ZNIEFF 820032019
Marais du val d’Ainan

(n° régional : 38140003)

Commentaires généraux
Aucune information disponible
Commentaires sur la délimitation

C'est l'un des complexes tourbeux les plus riches et les plus étendus du département de l'Isère. Il illustre une grande diversité de milieux naturels, en liaison avec l'hétérogénéité des types de sols, les divagations du lit du cours d'eau, ou le mode d'exploitation du marais. Des actions de conservation et de réhabilitation ont été entreprises sur sa partie amont. Il s'agit d'une tourbière alcaline ; celles-ci se développent sur des sols riches en calcaire. Elles sont également appelées "tourbières plates" ou "tourbières basses". La tourbe qui s'y accumule est formée de nombreuses laîches mais aussi de mousses particulières : les hypnacées. Essentiellement développées dans les vallées alluviales et les Préalpes calcaires où l'influence des glaciers jurassiens et alpiens a été importante, elles représentent 55% de la surface des tourbières de la région. Ce sont essentiellement des tourbières de plaine. Les milieux naturels associés aux tourbières alcalines sont très variés. Il s'agit le plus souvent de prairies à forte diversité floristique. La faune en est également assez riche. Elle comporte notamment plusieurs espèces de papillons en forte régression. Ce site est particulièrement intéressant car il est le seul à abriter dans le Val d'Ainan en période de maturation une population d'Agrion de Mercure, une espèce proche des libellules, protégée et connue ici depuis 1984. Les effectifs sont néanmoins modeste car les superficies de milieux ouverts propices à l'espèce (des prairies humides très intéressantes par ailleurs) sont restreintes, et le gîte de reproduction de l'espèce n'est pas encore localisé ; des mesures de gestion appropriées permettraient de favoriser sa présence. La Cordulie à taches jaunes est une autre espèce de libellule, qui affectionne les marais en cours de boisement tels qu'il peut en être observé ici sur de vastes étendues.