Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820032436
Tourbières et sapinières de la haute vallée de l’Etui

(n° régional : 42060001)

Commentaires généraux

Le massif des Bois Noirs est situé au nord-ouest du département de la Loire, à cheval sur les régions Auvergne et Rhône-Alpes. C’est un vaste massif granitique entièrement boisé dont le sommet est à 1287 m d’altitude au Puy de Montoncel. Les précipitations abondantes (entre 1000 et 1300 mm par an) ont favorisé la formation de nombreuses tourbières au sein de la forêt dominée par les sapins. Le vaste ensemble décrit est situé en contrebas du Puy de Montoncel. Son intérêt naturaliste est multiple, avec la présence de milieux naturels rares. Il est dominé par une vieille sapinière à Sapin pectiné ponctuée de nombreuses clairières correspondant à de magnifiques bombements tourbeux alimentant de nombreux ruisseaux. Le principal est celui de l’Etui. Cette forêt de sapins traditionnellement gérée en futaies irrégulière et jardinée paraît moins intensément exploitée depuis quelques décennies, ce que traduit son vieillissement. Une telle sapinière peut-être rattachée en terme phytosociologique au "Vaccinio-Piceetea" du fait de la diversité des mousses, de la densité du tapis végétal et du développement spectaculaire de la Myrtille. Un milieu très particulier est ici représenté : il s’agit de la sapinière à Lycopode, différenciée entre-autres par la présence du Lycopode à rameaux annuels, espèce d’origine boréale par ailleurs très rare en France. Cette sapinière est également le lieu de vie d’oiseaux intéressants comme le Pic noir, qui niche dans les vieux arbres où il creuse son trou. Concernant les tourbières, elles forment ici un complexe tourbeux remarquable pour le département de la Loire. Sur la partie haute de la vallée, sept bombements ont été recensés de part et d’autre du ruisseau de l’Etui. Une épaisseur de tourbe supérieure à six mètres s'est accumulée sur certains d'entre-eux. La physionomie de ces lentilles tourbeuses s'apparente à celle d'une lande à Callune qu’il faut presque gravir pour en atteindre le sommet. Il s'agit de "hauts-marais" actifs. Les hauts-marais se forment grâce à l'action de mousses spécifiques, les sphaignes. Tandis que croît la partie supérieure de la mousse, sa partie inférieure périt et se transforme en tourbe. C’est ainsi que se forme lentement une épaisse couche de tourbe, qui s’élève au-dessus de la nappe phréatique. Ils sont pauvres en espèces mais renferment quelques trésors floristiques. L’Airelle (ou Canneberge) à petits fruits est abondante. La distinction avec la Canneberge proprement-dite n’est pas des plus aisée. Cette seconde espèce semble d'ailleurs absente du site. L’Andromède à feuilles de polium colonise les bombements de sphaignes bien éclairés. On retrouve ici une sphaigne rare d’origine boréale : Sphagnum fuscum. La Camarine noire est quant à elle protégée dans la Loire, où elle est uniquement présente dans le nord-ouest du département. Une autre sous-espèce de Camarine (la Camarine hermaphrodite) est relativement répandue dans les Alpes, mais absente de la Loire. Le Rossolis à feuilles rondes est très localisé ici. Cette plante carnivore est protégée en France. On remarque enfin la présence, le long des ruisseaux, de petites mégaphorbiaies (formations à hautes herbes) forestières. Elles se développent sur les sols humides et riches en matières nutritives. On y trouve quelques plantes intéressantes comme le Doronic d’Autriche, la Renoncule à feuilles d’aconit mais surtout de nombreuses fougères dont le très rare Dryoptéris espacé, absent des autres départements de la région Rhône-Alpes ainsi qu'en Auvergne.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible