Logos SINP

ZNIEFF 830005482
VERSANTS DE LA VALLEE DU LAGNON

(n° régional : 00190010)

Commentaires généraux

Le lagnon prend sa source au pied du Plomb du Cantal, et occupe vers l'est-sud-est une vallée creusée par les glaciers dans des brèches andésitiques, constituant aujourd'hui la majeure partie des versants. Le secteur d'Auzolles, an aval, est particulièrement intéressant pour l'étude des écoulements pyroclastiques. L'andésite affleure surtout dans les crêtes élevées venant du Plomb du Cantal, et dans un versant raide en rive gauche du Lagnon-eval. La vallée du Benet, parallèle à celle du Lagnon, et comparable sur le plan géomorphologique, est également incluse dans la ZNIEFF.

Celle-ci regroupe les versants boisés (jusqu'à 1500 m environ), mais évite les secteurs anthropisé de plus basse altitude.

Les versants sont occupés principalement par la hêtraie-sapinière, mais aussi par d'importantes plantations assez anciennes d'Epicéa et de Mélèze au sud de la zone, et par du Pin sylvestre au nord. Plus hauut encore, le petit secteur situé à l'extrémité nord-est de la ZNIEFF, jointif avec celle du Plomb du Cantal, comporte des pelouses d'altitude (nardaies) et des landes sèches montagnardes (dont landes à Genêt purgatif, habitat déterminant).

A l'est de la zone (Auzolle Haut et Granges de Magne), des affleurements rocheux (habitat déterminant) voisinent avec des lambeaux de pelouses sèches et des accrus feuillus. Deux éboulis (habitat déterminant) tranchent sur la forêt alentour au sud-est d'Albepierre-Bredons.

Le lit majeur du Lagnon est englobé dans la ZNIEFF pour sa partie aval : on y observe quelques prairies humides et marécages à hautes herbes (Reine des prés).

Les replats des versants sont occupés par des pâtures et prairies de fauche.

L'intérêt botanique est très fort, avec pas moins de 11 espèces protégées et 3 espèces non protégées mais inscrites en liste rouge régionale.

Plusieurs espèces protégées ont leur optimum à l'étage subalpin : la Bartsie des Alpes, espèce arctico-alpine mésohygrophile présente en Auvergne dans les Monts du Cantal, Le lycopode à rameaux annuels, périalpine de dysmoder, et la Luzule jaunâtre, ororphyte acidiphile.

D'autres sont liées aux forêts montagnardes, comme la Cardamine à cinq feuilles, le Lis martagon, la Circée des Alpes, la Listère cordée (litières épaisses), le Streptope à larges feuilles (protégées), et l'Arabette des Cévennes (liste rouge régionale seulement).

La Joubarbe des toits (liste rouge régionale seulement) est liée aux rochers.

On observe également le Chardon bardane et la Droséra à feuille rondes (protégées), l'Epipactis des marais et la Mélique penchée (liste rouge régionale seulement).

Parmi les oiseaux, on note une espèce de la liste rouge régionale, le Circaëte Jean-le-Blanc, et 2 espèces à surveiller, le Faucon crécerelle et le Pipit spioncelle.

Le site est également une voie de passage très fréquentée par les migrateurs qui franchissent le col de Prat-de-Bouc.

La vallée du Lagnon revêt un intérêt majeur de par la diversité des milieux, notamment ceux d'altitude qui lui confèrent une grande richesse botanique.

CBNMC : Modification de l'objet notamment vers Auzolles ; de plus, objet diminué au profit de la ZNIEFF PLOMB DU CANTAL, PRAT DE BOUC

Commentaires sur la délimitation

La délimitation englobe la partie supérieure principalement boisée des versants ainsi qu'une partie de la vallée du Lagnon, plus ou moins humides, et évite le bassin d'Albepierre-Bredons, plus anthropisé.