Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 830005516
VALLEE DE L'AUZON

(n° régional : 00320004)

Commentaires généraux

La rivière Auzon et son petit affluent en rive droite venu de Nadaillat occupent deux vallées entaillées dans les granites du rebord occidental de la Limagne, qui se rejoignent au moulin de Flory. Les plateaux sommitaux environnants au sud et au centre sont recouverts d'une nappe de basalte, et la pédogenèse est fortement influencée par le colluvionnement de ces roches basiques. Il existe par ailleurs une petite langue basaltique au fond de la vallée de l'Auzon.

Cette géologie particulière et la topographie expliquent la prédominance de formations neutrophiles sur le site, en dehors de la partie nord plus purement granitique.

L'opposition entre les versants est assez forte, en liaison avec la topographie et les activités humaines anciennes ou actuelles, mais aussi avec les altitudes. Celles-ci avoisinent les 7m m et permettent au cortège de comporter à la fois des éléments thermophiles et des éléments montagnards.

Les versants nord, plus frais, sont occupés principalement par des forêts feuillues, dont l'état de maturité n'est pas très élevé, sans doute en relation avec des activités anciennes. On observe ainsi une dominance de frênaies-érablières dans des stations forestières de chênaies, et des chênaies charinaies en fond de vallée. Au sud-est de la zone, on rencontre une sapinière anciennement plantée, qui malgré l'altitude faible est de belle venue et abrite un fort contingent d'espèces neutrophiles.

Les abords immédiats de la rivière Auzon abritent des lambeaux d'Alno-Padion (habitat déterminant) : le développement de cette formation est un peu inhibé par la raideur des versants et localement par le pâturage (Moulin de Pradelle).

Les versants sud sont plus ouverts et thermophiles.

Le versant sud de l'Auzon abrite des pelouses initiales et secondaires sur granite, en mosaïque avec des rochers (milieu déterminant) : groupements saxicoles, Thero-Airion, et surtout Koelerio-Phleion à Pulsatille rouge (milieu déterminant). L'enfrichement par le Genêt à balai gagne le haut du versant, alors qu'on observe localement des lambeaux de lande à Callune. Le bas des versants est occupé par des prairies pâturées ou fauchées.

Le versant sud du ruisseau venu de Nadaillat est davantage influencé par la nappe de basalte sommitale, qui se présente sous forme d'orgue au sommet est, et porte par conséquent des pelouses plus foumies (Mesobromion non calcaire). Lorsque le granit affleure localement, on retrouve le Koelerio-Phleion. Ce versant est assez envahi par Prunelliers et Genêts à balais, alors qu'une pinède de Pin sylvestre (claire, thermophile) occupe la partie est.

Sur le plan patrimonial, on note la présence de deux espècee végétales protégées: la Gagée jaune qui affectione les frênaies fraîches et le Lis martagon, bien représenté dans les chênaies-charmaies.

En liaison avec la diversité des milieux et l'aspect relativement sauvage, l'avifaune présente un grand intérêt avec le Hibou Grand-Duc (liste rouge régionale), la Pie-grièche grise, le Torcol fourmilier et la Huppe fasciée (espèces en déclin), et l'Engoulevent d'Europe (espèce à surveiller).

Deux points noirs sont à noter: l'existence d'une décharge à l'est du cimetière de Nadaillat, et la présence d'une station d'épuration immédiatement au-dessus de la ZNIEFF et rejetant ses effluents dans l'Auzon, à 1 km de Theix.

En conclusion, la zone possède un grand intérêt et de bonnes conditions de conservation bien que l'enfrichement soit à surveiller en versant sud.

Commentaires sur la délimitation

la délimitation est fondée sur les espèces et habitats importants (notamment avifaune) et possède une unité fonctionnelle et topographique (vallées).