Logos SINP

ZNIEFF 830005548
GORGES DU MADET

(n° régional : 00360005)

Commentaires généraux

La vallée du Madet s'encaisse profondément dans les granits au nord du Livradois pour déboucher sur la plaine de Limagne (et ses sédiments oligocènes).

Les versants, aux sols souvent assez superficiels et rocheux, sont dominés par la chênaie acidiphile, mêlée de pin sylvestre. Les bas de versants et certains fonds de vallée sont en revanche suffisamment neutrophiles grâce au colluvionnement pour accueuillir la chênaie-charmaie.

Le ruisseau voit se développer une belle aulnaie-frênaie riveraine (milieu déterminant).

La partie la plus encaissée des gorges s'originalise par l'abondance du buis, sans doute liée au caractère rocheux. La présence timide d'une fougère des ravins, le Polystic à soies, ne permet pas d'affirmer catégoriquement la présence de véritables forêts de ravin : il s'agit plutôt de transitions entre l'Alno-Padion et le Carpinion betuli. La fraîcheur est pourtant nette avec la descente d'espèces montagnardes come la Luzule blanc-de-neige.

Le ruisseau accueille l'Ecrevisse à pieds blancs (liste rouge régionale), qui exige une bonne qualité de l'eau.

Les batraciens comptent la Rainette verte (liste rouge régionale).

Parmi les oiseaux, on remarque plus particulièrement le Circaète Jean-le-Blanc (liste rouge régionale), la Chouette chevêche et le Torcol fourmilier (espèces en déclin), et le Faucon crécerelle (espèce à surveiller).

Les Gorges du Madet présentent donc un grand intérêt faunistique, ainsi qu'un fort intérêt paysager.

Intégrer au texte espèce suivante: Serapias lingua

Commentaires sur la délimitation

La délimitation s'appuie sur l'unité fonctionnelle et topographique correspondant à la vallée escaprée.