Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930012395
LA BASSE DURANCE, DE LA ROQUE HAUTURIÈRE AU BARRAGE DE MALLEMORT

(n° régional : 84123139)

Commentaires généraux

LA BASSE DURANCE, DE LA ROQUE HAUTURIÈRE AU BARRAGE DE MALLEMORT


Commentaire général :


Description de la zone
Entre la Roque Hauturière en amont, et le barrage de Mallemort en aval, la Durance devient de plus en plus méditerranéenne. La ripisylve à peupliers blanc et noir, frêne oxyphylle, aulnes et saules blancs, remarquablement bien développée, s’enrichit par place de chênes, noyers et merisiers. Elle apparaît luxuriante au niveau des Borrys. Dans ces boisements, des milieux plus ouverts arrivent à se maintenir avec genévriers et pin d’Alep. Ils abritent encore de petites dunes fluviatiles fossiles (Iscles Saint Marcellin, en bordure du cours). Mais cet espace se caractérise également par un important enchevêtrement de lônes et de mares comportant une végétation remarquable de marais et de roselières. Celle ci est particulièrement bien développée en queue du barrage de Mallemort. En amont, les plages de galets s’avancent vers le lit central et sont propices au développement d’une saulaie pionnière. À proximité du barrage de Mallemort et tout près du petit Luberon, le contact entre les formations caducifoliées de la vallée de la Durance, et les formations sempervirentes à chêne kermès et à pin d’Alep de la Romane/les Martines à Mérindol est brutal et saisissant.

Flore et habitats naturels
Comme partout ailleurs sur la Durance, la biodiversité s’exprime essentiellement dans les formations à hydrophytes et à hélophytes des lônes ainsi que dans les formations xérothermophiles sableuses des iscles. De plus, quelques éléments de flore médio européenne existent toujours comme la laîche faux souchet (Carex pseudocyperus) () à l’Iscle Saint Marcellin. C’est aussi sur ce site que s’est installée, lorsque la ripisylve devient moins dense, et à la faveur d’un abaissement de la nappe phréatique, la formation à canne de Ravenne (Tripidium ravennae) des dunes fluviatiles fossiles (Imperato Erianthion) qui s’enrichit d'impérate cylindrique (Imperata cylindrica) () et d’ophrys frelon élevé (Ophrys fuciflora subsp. elatior). De plus, le polygale grêle (Polygala exilis) a été observé anciennement sur les étendues de galets et de sables humides du lit mineur, mais pourrait encore y exister dans la mesure où cette espèce se maintient toujours un peu plus en aval, près de la Barthelasse à Mérindol.

Faune
Ce secteur de Durance présente un intérêt faunistique assez élevé avec vingt-deux espèces animales patrimoniales dont cinq espèces déterminantes.
En ce qui concerne les mammifères, citons la présence du Castor d’Europe. L’avifaune nicheuse patrimoniale comporte notamment les espèces suivantes : le Rollier d’Europe, espèce affectionnant les paysages ouverts à semi-ouverts, et la Nette rousse, présente dans les basses vallées de la Durance, ont également été signalés sur cette zone, Grèbe huppé, Blongios nain, Sterne pierregarin, Martin pêcheur d’Europe, Lusciniole à moustaches, Héron pourpré, Bihoreau gris, Egrette garzette, Petit gravelot, Guépier d’Europe, Hirondelle de rivage, Cochevis huppé, Rousserole turdoïde, Huppe fasciée, Pic épeichette, Faucon hobereau, Bondrée apivore. Chez les poissons, 3 espèces d’eau douce plutôt intéressantes comme le Blageon, le Toxostome, le Barbeau méridional sont à signaler.
L’entomofaune locale est représentée par le Sphinx de l'argousier (Hyles hippophaes), espèce déterminante d’hétérocères, protégée en Europe, inféodée aux ravines sèches et berges de cours d'eau peuplées d'Argousiers, rare et probablement en régression, dont le bassin de la Durance représente un bastion en France, l'Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), espèce remarquable d’odonates (libellules et demoiselles) protégée en France, qui affectionne les écoulements modestes à eaux courantes claires, ensoleillées et peuplées d'hydrophytes et enfin le Criquet tricolore (Paracinema tricolor), espèce remarquable d’orthoptères qui peuple les milieux marécageux en zone méditerranéenne.

Commentaires sur la délimitation

Dans le but de maintenir le continuum de l’hydrosystème, la ZNIEFF intègre l’ensemble de l’espace durancien.

La bordure la plus externe s’appuie sur les champs cultivés.