Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930012477
VALLON SOURN

(n° régional : 83185100)

Commentaires généraux

Commentaire général

Bel ensemble naturel ayant conservé un caractère sauvage et offrant des milieux très diversifiés : falaises, gorges, forêts, landes, ruisseaux permanents ou intermittents et nombreuses sources. Route pittoresque du vallon Sourn entre deux falaises abruptes, le long de l‘Argens. Nombreuses grottes, dont la grotte des Fées qui a servi de refuge pendant les guerres de religion.

Flore et habitats naturels

Ensemble floristique intéressant avec des associations rupicoles sur rochers comportant des cortèges classiques : formation à Asplenium petrarchae, Parietaria lusitanica, Phagnalon sordidum aux adrets, formation à Galium pusillum, Asplenium trichomanes subsp. pachyrachis sur les rochers ombragés. Très localement on trouve aussi une espèce rare et menacée, l’endémique Moehringia intermedia dont l’aire principale se trouve assez loin d’ici, autour du Verdon et de ses affluents. Elle représente le dernier écho vers le sud d’une formation propre aux encorbellements rocheux à l’abri du soleil une grande partie de la journée : le Phyteumetum villarsii. A la faveur de nombreuses sources, les tufs actifs sont assez nombreux. Les autres formations sont plus classiques : groupements à Genévriers de Phénicie, garrigue à romarin et bruyère multiflore (Erica multiflora), en limite orientale. Par ailleurs, les forêts bien conservées de chênes pubescents et chênes verts sur les plateau sont l’habitat de la Violette de Jordan (Viola jordanii).

Faune

Le Vallon Sourn abrite un peuplement faunistique intéressant. Celui ci se compose de 18 espèces animales patrimoniales dont 5 déterminantes.

L’avifaune nicheuse comprend un couple d’Autour des palombes, un couple de Circaète Jean le blanc, un couple de Faucon hobereau, un couple de Grand duc d’Europe, un couple de Monticole bleu, et peut être un couple de Faucon pèlerin. Plusieurs chauves-souris comme le Murin de Capaccini, le Murin à oreilles échancrées, le Minioptère de Schreibers, le Vespère de Savi, le Molosse de Cestoni.

L’entomofaune locale est diversifiée et représentée par six espèces remarquables associées à divers habitats secs ou aquatiques. Le cours de l’Argens abrite un abondant peuplement d’odonates qui se distingue par la présence de la Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii), espèce protégée d’affinité méditerranéo-atlantique qui affectionne les cours d’eau calmes bordés par la ripisylve et d’une très importante population de Caloptéryx occitan (Calopteyx xanthostoma), espèce ibéro-provençale associée aux cours d’eau à eaux claires. Dans les écoulements plus modestes et ensoleillés, surtout les ruisseaux et canaux, signalons l’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), espèce protégée d’affinité méditerranéo-atlantique. Quant à la présence du rare Sympétrum déprimé (Sympetrum depressiusculum), celle-ci demeure à actualiser car cet odonate inféodé aux milieux aquatiques temporaires est en régression. Dans les boisements clairs et garrigues arborées, se trouve l’Azuré du baguenaudier (Iolana iolas), lépidoptère méditerranéen étroitement lié à son unique plante hôte le Bauguenaudier (Colutea arboresens). Les parois et éboulis rocailleux sont quant à eux colonisés par l’Azuré des orpins (Scolitantides orion), lépidoptère à aire de répartition est morcelée, principalement lié à l’Orpin blanc (Sedum album).

Commentaires sur la délimitation

Zone centrée sur les gorges ainsi que les ravins adjacents excluant le cours d’eau (ZNIEFF : l’Argens). Les plateaux boisés périphériques ont aussi été inclus pour des raisons de logique de faune, flore et habitats.