Logos SINP

ZNIEFF 930012479
VALLÉE DE L'ARGENS

(n° régional : 83139100)

Commentaires généraux

Commentaire général

Ce site porte sur l'ensemble du cours du fleuve Argens, depuis sa source à Seillons (270m) jusqu'à son embouchure, au sud de Fréjus. de nombreuses parcelles agricoles, en particulier des prairies sont incluses dans le site. Ce cours d'eau est le principal du Var, il parcourt les collines du Centre Var calcaire jusqu'à Vidauban où il suit en partie la dépression permienne jusqu'à la mer. Le cours est sinueux et souvent peu ou légérement encaissé dans les collines. Il traverse de petites gorges bordées de falaises en deux endroits: à Vallon Sourn et juste en amont du Muy

Flore et habitats naturels

Beaux peuplements de Nénuphar jaune (Nuphar lutea) aux sources de l’Argens. Fossé à Crypsis schoenoides dans la plaine de Roquebrune. Prairies de fauche résiduelles à Châteauvert.

Faune

La vallée de l’Argens représente une zone de très grand intérêt pour la faune. Les recensements par les naturalistes ont pu mettre en évidence la présence d’au moins 55 espèces animales patrimoniales dont 18 sont déterminantes.

Le cortège local de l’avifaune nicheuse en particulier est riche et très varié et possède des espèces généralement localisées et peu abondantes dans le Var : Bihoreau gris, Blongios nain, Busard cendré, Faucon hobereau, Petit Gravelot, Rollier d’Europe, Cincle plongeur, Pie-grièche à tête rousse, Rousserolle turdoïde. Parmi les mammifères, la zone est d’un intérêt majeur pour le Murin de Capaccini et le Murin à oreilles échancrées et l’on y trouve de belles populations de Minioptère de Schreibers, de Petit Murin, de Vespère de Savi, de Petit Rhinolophe et de Grand Rhinolophe. La Pipistrelle de Nathusius y est de passage. Le cours de l’Argens est habité par la Cistude d'Europe, le Barbeau méridional et le Blageon.

L’entomofaune présente un très fort intérêt sur le plan patrimonial grâce à la présence de peuplements diversifiés comportant de nombreuses espèces peu communes, en régression ou endémiques, associées à des habitats humides, secs, boisés et ouverts.

Dans les cours d’eau et autres zones humides citons les trois espèces remarquables d’odonates, la Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii) qui fréquente les parties calmes des cours d’eau de plaine bordés par la ripisylve, le Caloptéryx occitan (Calopteryx xanthostoma), associé aux cours d’eau méditerranéens à eau claire et l’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) qui affectionne les écoulements modestes, ensoleillés et peuplés d’hydrophytes. En bordure des cours d’eau dans les peuplements d’hélophytes ou dans la végétation herbacée riveraine, citons la Decticelle des roseaux (Roezeliana azami) espèce remarquable de sauterelle hygrophile et endémique du sud de la France. Dans les ripisylves de l’Argens ou leurs lisières, trois espèces remarquables de papillons de jour sont signalées, la Diane (Zerynthia polyxena), espèce protégée d’affinité méditerranéo-asiatique localement inféodée à l’Aristoloche à feuilles rondes (Aristolochia rotunda), la Thècle de l’orme (Satyrium w-album), espèce médio-européenne qui a fortement régressé suite au dépérissement des grands ormes suite aux attaques de la graphiose et la Thècle du frêne (Laesopis roboris), espèce méditerranéenne peu commune dont le var représente un bastion.

Les milieux aquatiques sont également colonisés par deux espèces remarquables de Mollusques Gastéropodes Hydrobiidés, Pseudamnicola astierii, endémique varois très localisé dans le département, et Fissuria boui, endémique provençal. Enfin, on y trouve, au titre des Crustacés, les Cyclops Mesocyclops leuckarti et Bryocamptus minutus (Copépodes),

Dans les milieux ouverts et secs, deux espèces remarquables sont signalées, le Scorpion languedocien (Buthus occitanus), espèce remarquable xéro-thermophile d’affinité ouest-méditerranéenne, peu commune et affectionnant les sols meubles voire sablonneux et la Proserpine (Zerynthia rumina), espèce remarquable et protégée de papillon de jour strictement lié à la présence de sa plante hôte locale Aristolochia pistolochia.

Les coléoptères présentent localement un fort enjeu car grâce au signalement de trois espèces déterminantes et endémiques. Citons le Carabe voyageur (Carabus vagans), endémique liguro-provençal associé à divers type de milieux semi-ouverts et les Staphylins endémiques provençaux Entomoculia argensis et Leptotyphlus argensis.

Enfin, citons le cloporte Trichoniscus darwini , espèce remarquable propre aux Alpes françaises (mais absente de la zone centrale de la chaîne) et du Jura méridional et rencontrée à une altitude moyenne.

Commentaires sur la délimitation

Limites fondées sur le lit du cours d’eau et qui englobe les habitats dépendants (ripisylves, prairies, bras morts …)