ZNIEFF 930012520
LA VERNE

(n° régional : 83200120)

Commentaires généraux

Commentaire général

Zone composée d’une prestigieuse forêt domaniale entourant la Chartreuse de la Verne, important ensemble roman et 18ème.

Les altitudes, expositions et biotopes de ce vaste territoire sont très variés comme en témoigne la diversité des peuplements de valeur assez inégale de cette série domaniale de la Verne. Plusieurs sources pérennes favorisent l’existence d’une belle ripisylve le long de la Verne, dont certaines portions sont alimentées en eau toute l’année.

Flore et habitats naturels

La forêt est composée d’une yeuseraie acidophile, à sous bois de yeuseraie sur calcaire mais dont les stades de dégradation sont ceux de la subéraie. Les Chênes verts s’y trouvant sont parmi les plus beaux spécimens de Provence et les peuplements qu’ils constituent sont souvent considérés comme climaciques.

Remarquables bouquets de Chênes pubescents, de Châtaigniers sauvages se rapportant à l’association du Querco-Vicio-Caricetum depauperatae. Présence de chênaies-châtaigneraies d’ubacs, froids et humides, à sous-bois à Arbousiers et Houx hébergeant des espèces rares comme Blechnum spicant.

Dans le sous-bois et notamment le long de la Verne se rencontrent de nombreuses espèces rares ou menacées de disparition, comme l’Osmonde royale (Osmunda regalis), Anagallis tenella, Gratiole (Gratiola officinalis) etc… Dans les secteurs plus ensoleillés s’observe une formation devenue très rare, à Pycreus flavescens.

Les affleurements rocheux accueillent, à l’adret, la formation à Phagnalon saxatile et Cheilanthes spp., ainsi que plusieurs géophytes précoces (romulées, gagées etc.) et localement le Liseron de Sicile et le Gaillet verruqueux (Convolvulus siculus et Galium verrucosum).

Faune

Le secteur de la Verne dans les Maures internes possède un intérêt patrimonial relativement élevé sur le plan faunistique avec la présence de 17 espèces animales remarquables et déterminantes. Ces dernières sont au nombre de trois.

Les Oiseaux nicheurs locaux sont représentés par tout un cortège d’espèces forestières et d’espèces de milieux plus ouverts. Les rapaces diurnes sont représentés par trois espèces : le Circaète Jean le blanc (1 couple nicheur), l’Autour des palombes (1 couple nicheur) et la Bondrée apivore (1 couple nicheur). Les autres oiseaux patrimoniaux sont représentés par le Pic épeichette, le Torcol fourmilier, le Pic noir (récemment arrivé et potentiellement nicheur en 2014), la Fauvette orphée, le Gobemouche gris, la Pie-grièche écorcheur, le Martin-pécheur d'Europe, le Bruant ortolan et l'Alouette lulu. L’herpétofaune locale renferme les 3 espèces patrimoniales caractéristiques du massif : la Tortue d’Hermann, la Cistude d’Europe et la Grenouille agile.

Quant aux insectes, remarquons la présence du coléoptère endémique provençal Leptotyphlus monachus et,la Perle Rhabdiopteryx thienemanni. Cette dernière espèce déterminante appartenant à l’ordre des Plécoptères et à la famille des Taeniopterygidés vient d’être récemment découverte en France, dans le cours d’eau temporaire de la Verne ; elle n’était jusqu’à présent connue que de la péninsule ibérique.

A noter enfin, chez les Crustacés, la présence de Cyclops prealpinus prealpinus, Copépode propre aux eaux oligotrophes de la retenue du barrage de la Verne.

Commentaires sur la délimitation

La limite Nord suit le cours de la Verne.

La limite Sud suit la ligne de crête.

La limite Est est dictée par la ZNIEFF des Lambert.