ZNIEFF 930012524
MAURES SEPTENTRIONALES DE NOTRE-DAME DES ANGES À LA GARDE-FREINET

(n° régional : 83200121)

Commentaires généraux

Commentaire général

Ensemble forestier d’ubac continu, composé de très belles chênaies et châtaigneraies. Flore et Habitats naturels : Dans cette formation qui se rattache au Querco-Vicio-Caricetum depauperatae se rencontre tout un cortège d’espèces rares ou localisées comme Vicia laeta, Vicia melanops, Blechnum spicant, Doronicum plantagineum. On peut noter également la présence de l’Osmonde royale (Osmunda regalis) dans les vallons en sous-bois.

Ces formations végétales sont enrichies par de remarquables groupements de pelouses éphémères et de ruisseaux temporaires colonisés par les espèces des groupements à Isoetes.

Enfin, le long des berges sablo-rocailleuses des petits ruisseaux, se développe la remarquable association à Anagallis tenella et Spiranthes aestivalis.

Les affleurements rocheux plus chauds permettent le développement de groupements à fougères (Cheilanthes spp.) et Gaillet verruqueux (Galium verrucosum).

Géolologie

Le gisement des ruines du Pic Martin fournit barytine et fluorite. Bien qu’il constitue la plus importante concentration fluorée du massif des Maures, les cristallisations y sont peu spectaculaires.

Faune

Les Maures septentrionales possèdent un cortège d’espèces animales patrimoniales exceptionnel puisqu’on en compte 45 dont 17 sont déterminantes.

Parmi ces espèces, citons notamment, l’abondance de la Cistude d’Europe et de la Tortue d’Hermann et la présence du Lézard ocellé, assez rare et localisé ailleurs dans le massif des Maures proprement dit. Le reste de l’avifaune nicheuse locale est constitué par diverses espèces présentant un certain intérêt sur le plan patrimonial : Autour des palombes, Circaète Jean le Blanc, Faucon hobereau et Bondrée apivore pour les rapaces diurnes, Chouette chevêche, Petit duc scops, Pic épeichette, Torcol fourmilier, Huppe fasciée, Martin pécheur, Bruant ortolan, Gobe-mouche gris,. Chez les Batraciens, signalons aussi la présence de la médio européenne et forestière Grenouille agile ainsi que du pélodyte ponctué. Les chiroptères présentent un peuplement associé au bâtis et au réseau minier désaffecté (Petit rhinolophe, Grand rhinolophe, murin à oreilles échancrées) ainsi que des espèces forestières (Noctule de Leisler, Murin de Bechstein)

Les cours d'eau abritent des populations de Barbeau méridional.

Les Invertébrés sont quant à eux représentés par de nombreuses espèces de Coléoptères endogés dont certaines sont des endémiques de Provence et du Var, par deux Lépidoptères diurnes d’affinité méditerranéenne, la Thècle de l’Arbousier ou Thécla de l’Arbousier (Callophrys avis), espèce déterminante et vulnérable de Lycénidés Théclinés, rare et localisée, typiquement méditerranéenne, de répartition ouest méditerranéenne, fréquentant les maquis et broussailles où pousse sa plante hôte, et par un Odonate remarquable, le Caloptéryx xanthostome (Calopteryx xanthostoma), espèce remarquable dite « vulnérable » de Zygoptères Caloptérygidés, d’affinité méridionale, endémique du sud ouest de l’Europe mais assez commune, que l’on rencontre dans les ruisseaux et les rivières, notamment ceux et celles aux eaux claires et rapides. La Diane (Zerynthia polyxena) est abondante dans les subéraies claires et les châtaigneraies. 'Ephipiggère de Provence sont présentes dans les zones ouvertes. Les vieilles subéraies abritent tout un cortège de coléoptères saproxyliques parmi les plus diversifiés de France et comportant plusieurs espèces endémiques.

Commentaires sur la délimitation

La limite Nord suit celle de la ZNIEFF de type II des Maures. Au Sud, la limite suit la crête afin d’englober tout l’ubac.