Logos SINP

ZNIEFF 930012593
COL DE VENCE - PIC DE COURMETTES - PUY DE TOURETTE

(n° régional : 06109100)

Commentaires généraux

Description de la zone

Ce territoire englobe une partie des premiers contreforts des Préalpes de Vence ; c’est un ensemble de plateaux et de corniches, premiers balcons au dessus de la Côte d’Azur.

L’ensemble de la zone a été modelée par l’érosion karstique et par une activité humaine de longue date (villages, terrasses, cabanons en pierres sèches...). Ainsi, les immenses étendues de pâturage tranchent avec les forêts et les taillis boisés qui occupent les versants nord et les vallons. La variété des paysages et des milieux confère à cette zone une diversité biologique élevée.

Flore et habitats naturels

On y trouve une garrigue à Genêt de Villars, des bois de Chênes pubescents à Buis ou à Frênes à fleurs, des forêts de ravin à Tilleul, de très belles ostryaies en limite d’aire, des hêtraies. D’autre part, la forte condensation atmosphérique est favorable à une puissante dynamique du noisetier qui forme des peuplements remarquables. On note aussi la présence de mares temporaires sur calcaires sur le domaine des Courmettes.

Les espèces végétales patrimoniales sont également nombreuses. On y trouve entre autre l’Ancolie de Bertoloni (Aquilegia bertolonii), l’Iris à feuilles de graminées (Iris graminea), la Nivéole de Nice (Leucojum nicaeense), l’Ophrys aurélien (Ophrys aurelia), la Pivoine officinale (Paeonia officinalis subsp. villosa), la Primevère marginée (Primula marginata) ou le Verâtre noir (Veratrum nigrum).

Faune

Le patrimoine faunistique revêt un intérêt biologique exceptionnel car il est riche de 72 espèces animales d’intérêt patrimonial. Parmi elles figurent 24 espèces déterminantes.

Le peuplement mammalogique est essentiellement caractérisé par la présence du Cerf élaphe Cervus elaphus, grand ruminant remarquable, aujourd’hui plutôt forestier, en expansion géographique et numérique en France et en région P.A.C.A., et de diverses chauves souris telles que le Petit Rhinolophe Rhinolophus hipposideros, espèce remarquable en régression marquée, plutôt thermophile et anthropophile, préférant les milieux boisés clairs sur substrat calcaire qui alternent avec des espaces dégagés, assez rare en montagne mais présent jusqu’à 2000 m. d’altitude, le Vespère de Savi Hypsugo savii, espèce remarquable rupicole et montagnarde d’affinité méridionale, qui exploite d’une part les milieux forestiers (surtout ceux riverains de l’eau) pour la chasse et d’autre part les milieux rocheux (falaises) pour les gîtes, jusqu’à 2 400 m. d’altitude, le Minioptère de Schreiber Miniopterus schreibersii, le Grand rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum et la Pipistrelle de Nathusius Pipistrellus nathusii. L’avifaune nicheuse et estivante locale comprend un grand nombre d’espèces intéressantes, d’affinité biogéographique variée (médioeuropéenne, voire nordique méditerranéenne, montagnarde): Bondrée apivore Pernis apivorus, rapace forestier remarquable, d’affinité médioeuropéenne, recherchant les forêts claires de feuillus et les mosaïques de milieux boisés et de milieux ouverts, Aigle royal Aquila chrisaetos, prestigieux rapace diurne remarquable, actuellement en légère augmentation après avoir fortement régressé, occupant préférentiellement les régions accidentées avec zones rocheuses et étendues forestières, qui utilise le site comme zone de chasse, Circaète Jean le blanc Circaetus gallicus, rapace remarquable d’affinité méridionale, au régime alimentaire ophiophage, , Autour des palombes Accipiter gentilis, rapace forestier remarquable, d’affinité médioeuropéenne, affectionnant les grands massifs forestiers avec des clairières jusqu’à 2 000 m. d’altitude, Caille des blés Coturnix coturnix, espèce remarquable des milieux dégagés à végétation herbeuse haute (prairies et cultures notamment), jusqu’à 2 200 m. d’altitude, Petit duc scops Otus scops, espèce remarquable d’affinité méridionale, en diminution aujourd’hui, présent jusqu’à 1 800 m. d’altitude, Grand duc d’Europe Bubo bubo, espèce remarquable rupicole, qui se nourrit préférentiellement dans les terrains dégagés proches des falaises et autres escarpements rocheux, Chevêche d’Athéna Athene noctua, espèce remarquable de milieux semi ouverts, d’affinité méridionale, en déclin général, Huppe fasciée Upupa epops, espèce remarquable de milieux semi ouverts, d’affinité méridionale, en diminution aujourd’hui, Torcol fourmilier Jynx torquilla, espèce forestière remarquable plutôt localisée et pas très fréquente en région P.A.C.A., des milieux boisés clairs à tendance xérothermique jusqu’à 1 400 m. d’altitude, Pic épeichette Dendrocopos minor, espèce forestière remarquable plutôt localisée et pas très fréquente en région P.A.C.A., liée aux forêts claires de feuillus caducifoliés jusqu’à 1 600 m. d’altitude, Monticole bleu Monticola solitarius, espèce rupicole remarquable d’affinité méditerranéenne, se rencontrant dans les zones de falaises et d’escarpements rocheux, les gorges, les ruines, les garrigues claires rocailleuses, jusqu’à 1 600 m. d’altitude, Monticole de roche Monticola saxatilis, espèce rupicole remarquable, moins méridionale que la précédente, des terrains accidentés secs, rocailleux et ensoleillés à végétation rase, jusqu’à 2 700 m. d’altitude, Traquet oreillard Oenanthe hispanica, espèce déterminante d’affinité méditerranéenne, rare et localisée, en légère régression en région P.A.C.A., affectionnant les zones rocailleuses dénudées avec quelques buissons et arbustes jusqu’à 1300 m. d’altitude, Fauvette orphée Sylvia hortensis, passereau remarquable, en léger déclin, d’affinité méridionale marquée, plutôt localisé, propre aux coteaux boisés, secs et ensoleillés riches en buissons élevés jusqu’à 1 300 m. d’altitude, Fauvette à lunettes Sylvia conspicillata, espèce remarquable méditerranéenne des zones ouvertes, peu fréquente et localisée en région P.A.C.A., Tichodrome échelette Tichodroma muraria, espèce remarquable typiquement rupicole et d’affinité montagnarde, peu abondante, liée aux falaises, canyons, gorges et parois rocheuses abruptes, entre 400 et 2 900 m. d’altitude, Pie grièche méridionale Lanius meridionalis , espèce remarquable de milieux ouverts et semi ouverts, en régression à l’heure actuelle, Pie grièche écorcheur Lanius collurio, espèce remarquable de milieux ouverts et semi ouverts, en régression à l’heure actuelle, , Crave à bec rouge Pyrrhocorax pyrrhocorax, espèce grégaire et rupicole remarquable, assez rare et en légère régression, d’affinité montagnarde, présente jusqu’à 2 300 m. d’altitude, propre aux falaises et escarpements rocheux (où il niche) situés à proximité de prairies, landes et pâturages où il se nourrit), Moineau soulcie Petronia petronia, espèce déterminante paléoxérique de milieux ouverts et rocailleux et d’affinité méridionale, en forte régression depuis plusieurs décennies, Bruant fou Emberiza cia, passereau remarquable d’affinité à la fois méridionale et montagnarde, propre aux milieux ouverts et rocailleux, secs et ensoleillés, de 300 à 2 600 m. d’altitude, Bruant ortolan Emberiza hortulana, espèce remarquable xérothermophile des milieux ouverts et semi ouverts, secs et ensoleillés, parsemés d’arbres et de buissons, d’affinité méridionale, en nette régression en France depuis 1950, jusqu’à 1 300 m. d’altitude, Bruant proyer Emberiza calandra, espèce remarquable de milieux ouverts, encore assez fréquente de nos jours mais en régression. L‘herpétofaune locale renferme notamment Lézard ocellé Timon lepidus, espèce déterminante d’affinité méditerranéenne des milieux ouverts, rocailleux et ensoleillés. Les amphibiens sont localement représentés par le Pélodyte ponctué Pelodytes punctatus, espèce remarquable franco ibérique et ouest méditerranéenne, aujourd’hui en régression et vulnérable, liée aux milieux ouverts humides proches de points d’eau riches en végétation aquatique jusqu’à 1 200 m. d’altitude, et par la Grenouille agile Rana dalmatina, espèce remarquable forestière, d’affinité médioeuropéenne, très localisée dans le département des Alpes Maritimes.

Quant aux arthropodes d’intérêt patrimonial, le cortège local est singulièrement riche, diversifié et abritant un grand nombre d’espèces patrimoniales.

Citons ainsi pour les orthoptères le Grillon testacé (Eugryllodes pipiens), espèce ouest-méditerranéenne dont la sous-espèce provincialis est endémique du sud de la France, qui peuple les pentes rocailleuses et pelouses sèches sur les reliefs exposés.

Du côté des coléoptères citons le Zuphine fascié (Polistichus fasciolatus), espèce déterminante et très rare de Carabidés de prairies marécageuses, le Carabique Duvalius ochsi, espèce déterminante cavernicole et endémique de certains massifs calcaires des départements des Alpes-Maritimes (débordant sur les Alpes de Haute-Provence), le carabique Duvalius brujasi, espèce déterminante de Carabidés, le carabique Duvalius paulinae, espèce déterminante cavernicole et troglobie, endémique du département des Alpes- Maritimes où elle est assez localisée, le Carabique (Pterostichus ochsi = Troglorites ochsi), espèce déterminante et très rare, appartenant à un genre très ancien, endémique du département des Alpes-Maritimes, où on la rencontre dans les fentes des rochers, les avens et les grottes, sur substrat calcaire, le Carabe de Solier (Carabus solieri), espèce déterminante et protégée en France de coléoptère endémique des Alpes occidentales et de Ligurie, qui fréquente surtout les pelouses subalpines et lisières forestières des étages montagnards et subalpins, le Carabe à chaînons (Carabus alysidotus), coléoptère rare et en régression qui affectionne principalement les marais littoraux, le charançon Meira vauclusiana (= Peritelus vauclusianus) , espèce déterminante endémique des Préalpes du sud (Vaucluse, Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes) dont la sous-espèce stierlini est endémique des Alpes-Maritimes où il est présent dans quelques stations, le Charançon Polydrusus griseomaculatus, espèce déterminante de Coléoptères Curculionidés, endémique provençale des départements du Vaucluse, où on ne la rencontre qu’au Mont Ventoux, des Alpes de Haute Provence et des Alpes Maritimes, le charançon Meira vauclusiana (= Peritelus vauclusianus stierlini), espèce déterminante endémique du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence, la silphe Troglodromus bucheti, espèce déterminante, endémique du département des Alpes Maritimes, Paramaurops varensis, espèce déterminante de la sous-famille des Pselaphinés (Coléoptères endogés), d’affinité méditerranéenne et endémique des départements du Var et des Alpes Maritimes (débordant sur les Alpes de Haute-Provence), où il est bien répandu, la Rosalie des Alpes (Rosalia alpina), espèce remarquable de coléoptère longicorne (Cerambycidés), protégée à l'échelle européenne, inféodée au bois sénescent de vieux arbres feuillus, surtout des hêtres.

De nombreux lépidoptères sont également présents, citons le Sablé de la luzerne (Agrodiaetus dolus dolus), espèce déterminante dont la sous-espèce type (dolus) est endémique de Provence et peuple les chênaies claires, lisières et pelouses où croissent ses plantes hôtes des sainfoins (Onobrychis ssp), l'Azuré des orpins (Scolitantides orion), espèce remarquable à aire de distribution morcelée, inféodée aux milieux rocheux où croissent les plantes nourricières de sa chenille, des orpins (Sedum), l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, pelouses et friches sèches avec présence de ses plantes hôtes, des serpolets et de sa principale fourmi hôte Myrmica sabuleti, le Moiré de Provence (Erebia epistygne), espèce déterminante d’affinité méditerranéo-montagnarde dont l’aire de répartition ibéro-provençale est morcelée et restreinte, inféodée aux pelouses sèches à fétuques (surtout Festuca cinerea), l’Hermite (Chazara briseis), espèce remarquable en forte régression, liée aux milieux très ouverts, secs et rocailleux où croissent ses plantes-hôtes plusieurs graminées (fétuques et brachypodes), le Louvet (Hyponephele lupina), espèce remarquable d’affinité méditerranéo-steppique très localisée et globalement rare, l’Alexanor (Papilio alexanor), espèce déterminante et protégée au niveau européen, rare et dont l’aire de répartition est morcelée, inféodée aux éboulis et pentes rocailleuses jusqu’à 1700 m d’altitude où croît sa principale plante hôte Ptychotis saxifraga, le Semi-apollon (Parnassius mnemosyne), espèce déterminante et protégée au niveau européen, d'affinité montagnarde et liée à la présence de corydales, qui fréquente les pelouses et les lisières forestières, l’Apollon (Parnassius apollo), espèce remarquable d'affinité montagnarde, protégée au niveau européen, peuplant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 500 et 2500 m d’altitude, la Proserpine (Zerynthia rumina), espèce d’affinité ouest-méditerranéenne protégée en France, dont la chenille vit sur l’Aristoloche pistoloche (Aristolochia pistolochia) dans les forêts claires et sur les coteaux pierreux, chauds et ensoleillés, la Diane (Zerynthia polyxena), espèce méditerranéo-asiatique, protégée au niveau européen, localement inféodée à Aristolochia pistolochia,dans les chênaies claires et pentes rocailleuses, l’Hespérie des cirses (Pyrgus cirsii), espèce remarquable d’Hespéridés en régression, inféodée aux milieux ouverts et secs, la Zygène cendrée (Zygaena rhadamanthus),espèce remarquable d’affinité ouest-méditerranéenne, protégée en France, liée aux friches, garrigues et boisements clairs, la Zygène des gesses (Zygaena nevadensis), espèce remarquable et peu commune dont la sous-espèce gallica est endémique de Provence et des Préalpes occidentales françaises, la Cléophane des œillets (Teinoptera olivina = Copiphana olivina), espèce déterminante d'Hétérocères Noctuidae (« papillons de nuit ») à répartition peu étendue, d’affinité méridionale, vivant sur les œillets (Dianthus sp.), l’Eupithécie striée (Eupithecia spissilineata), Geometridae remarquable et en limite d’aire de répartition, la Laineuse du prunellier (Eriogaster catax), espèce européenne remarquable, de la famille des bombyx (Lasiocampidés), protégée au niveau européen, globalement rare, sensible aux pesticides, inféodée à divers habitats pré-forestiers tels que les lisières forestières, bocages et friches et la Plusie provençale (Abrostola agnorista), espèce remarquable de Noctuidés méditerranéenne, rare et liée aux pariétaires dont elle se nourrit au stade larvaire.

Pour terminer, signalons la présence de l’Araignée Leptoneta manca, espèce déterminante de Leptonetidés, cavernicole et troglobie, endémique du département des Alpes-Maritimes où elle est extrêmement localisée, de la Lycose de Narbonne (Lycosa tarantula), espèce remarquable d'affinité ouest-méditerranéenne qui recherche les pelouses sèches dans lesquelles elle creuse son terrier et du cloporte Porcellionides myrmecophilus, espèce remarquable et endémique franco-italienne, méditerranéenne et localisée en France au Var et aux Alpes-Maritimes, myrmécophile ayant comme hôte exclusif des fourmis granivores du genre Messor.

Commentaires sur la délimitation

La znieff s’étend dans la partie orientale des Préalpes de Grasse. Ce plateau karstique est délimité à l’ouest par le Loup, au nord et à l’est par la Cagne, et au sud par la falaise dominant Tourrettes sur Loup et Vence.