Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930012597
HAUTES GORGES DU LOUP

(n° régional : 06100154)

Commentaires généraux

Description de la zone

Les Gorges du Loup sont connues pour compter parmi les plus beaux monuments naturels des Préalpes du Sud.

Le Loup s'écoule au fond de gorges très encaissées, entre de hautes parois verticales, séparant les plateaux karstiques de Caussols et de Saint-Barnabé. Il traverse une région très pittoresque présentant une multitude de curiosités naturelles : grottes, cascades (cascade de Courmes), barres rocheuses spectaculaires, énormes marmites, grottes. L'effet esthétique est encore augmenté par la coloration particulière de la roche. Au-dessus de ces paysages spectaculaires dominent de curieuses agglomérations perchées : Courmes, Gourdon, Le Bar-sur-Loup. Très grande richesse archéologique et historique (pont du Loup, etc...). C'est une zone d'un grand intérêt biologique, faunistique et floristique.

Flore et habitats naturels

On retrouve dans ces gorges un curieux mélange de flore mésophile, au bord de la rivière (la Scolopendre (Asplenium scolopendrium), et d'une flore thermophile voire xérophile sur les escarpements rocheux avec le Chou des montagnes (Brassica montana), l'Amarinthe (Cachrys trifida), la Lavatère maritime (Lavatera maritima) ...

Il convient de souligner la présence de l'Ephedra des Monts Nébrodes (Ephedra major) de découverte récente et ici dans sa seule localité des Alpes Maritimes.

Faune

Les hautes gorges du Loup offrent un intérêt faunistique très élevé. Ce sont en effet 37 espèces animales d’intérêt patrimonial qui ont été observées dans cette zone. Parmi elles, on dénombre 14 espèces déterminantes.

L’avifaune nicheuse et estivante locale est représentée par plusieurs espèces intéressantes: Aigle royal Aquila chrysaetos, prestigieux rapace diurne remarquable, actuellement en légère augmentation après avoir fortement régressé, occupant préférentiellement les régions accidentées avec zones rocheuses et étendues forestières, ici présent avec un couple nicheur certain, Faucon pèlerin Falco peregrinus, rapace diurne rupicole déterminant, rare et localisé en France et en région P.A.C.A. mais en augmentation, avec un couple nicheur certain, Grand duc d’Europe Bubo bubo, espèce remarquable rupicole, qui se nourrit préférentiellement dans les terrains dégagés proches des falaises et autres escarpements rocheux où il niche généralement, jusqu’à 2 600 m d’altitude, Cincle plongeur Cinclus cinclus, espèce remarquable, liée aux cours d’eau froids, propres et bien oxygénés, à courant plutôt vif, entre 100 et 2 400 m d’altitude, Monticole bleu Monticola solitarius, espèce rupicole remarquable d’affinité méditerranéenne, se rencontrant dans les zones de falaises et d’escarpements rocheux, les gorges, les ruines, les garrigues claires rocailleuses, jusqu’à 1 600 m d’altitude.

L’intérêt mammalogique du site résulte de la présence de la Genette Genetta genetta, petit carnivore remarquable, originaire d’Afrique et d’affinité méridionale, en expansion géographique dans notre pays, habitant les mosaïques de milieux variés avec forêts, bocages, coteaux, friches buissonneuses, broussailles, rochers, éboulis et cours d’eau, jusqu’à 2 000 m. d’altitude, ainsi que de plusieurs chauves souris intéressantes: le Petit Rhinolophe Rhinolophus hipposideros, espèce remarquable en régression marquée, plutôt thermophile et anthropophile, préférant les milieux boisés clairs sur substrat calcaire qui alternent avec des espaces dégagés, assez rare en montagne mais présent jusqu’à 2 000 m. d’altitude, le Grand Rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum, espèce remarquable et menacée, en diminution partout en France, plutôt thermophile mais présent jusqu’à au moins 2 200 m. d’altitude, chassant dans les bocages et les paysages karstiques riches en broussailles, pelouses, pâtures et prairies, souvent proches de l’eau courante ou stagnante, de grottes et d’habitations, le Vespère de Savi Hypsugo savii, espèce remarquable rupicole et montagnarde d’affinité méridionale, qui exploite d’une part les milieux forestiers (surtout ceux riverains de l’eau) pour la chasse et d’autre part les milieux rocheux (falaises) pour les gîtes, jusqu’à 2 400 m. d’altitude, la Noctule de Leisler Nyctalus leisleri, espèce remarquable arboricole et forestière, relativement fréquente, présente jusqu’à 2 200 m. d’altitude, le Vespertilion de Capaccini Myotis capaccinii, espèce déterminante rare d’affinité méditerranéenne, s’alimentant essentiellement dans les formations de ripisylves, le Vespertilion à oreilles échancrées Myotis emarginatus, espèce cavernicole remarquable, commensale des rhinolophes, localisée et peu fréquente, thermophile et d’affinité méridionale, en régression en France, affectionnant les milieux boisés et buissonnants proches de cavités rocheuses, jusqu’à au moins 1 500 m. d’altitude, le Minioptère de Schreibers Miniopterus schreibersii, espèce grégaire remarquable, menacée, en régression partout en France y compris dans notre région, d’affinité méditerranéenne et typiquement cavernicole et troglophile, recherchant les grottes et les cavernes proches d’endroits dégagés, les paysages karstiques riches en falaises avec cavités, jusqu’à 2 000 m. d’altitude et le Molosse de Cestoni Tadarida teniotis . L‘herpétofaune locale renferme le Lézard ocellé Timon lepidus, espèce déterminante d’affinité méditerranéenne des milieux ouverts, rocailleux et ensoleillés. Le Loup héberge aussi un poisson remarquable: le Barbeau méridional Barbus meridionalis, espèce d’affinité méridionale, liée aux cours d’eau clairs, rapides et bien oxygénés sur substrat de graviers, espèces toutes deux protégées au niveau européen.

Les arthropodes patrimoniaux sont représentés par une quinzaine d’espèces appartenant à différents ordres. Chez les coléoptères citons le carabique Duvalius brujasi, espèce déterminante de Carabidés cavernicole dont la sous-espèce devillei est endémique des Alpes-Maritimes, le Carabique (Pterostichus ochsi = Troglorites ochsi), espèce déterminante et très rare, appartenant à un genre très ancien, endémique du département des Alpes-Maritimes, où on la rencontre dans les fentes des rochers, les avens et les grottes, sur substrat calcaire, le Carabe de Solier (Carabus solieri), espèce déterminante et protégée en France de coléoptère endémique des Alpes occidentales et de Ligurie, qui fréquente surtout les pelouses subalpines et lisières forestières des étages montagnards et subalpins, le charançon Lepretius poutiersi, espèce déterminante de Curculionidés, endémique du département des Alpes-Maritimes où elle est localisée aux gorges du Loup, au pied des Genêts cendrés (Genista cinerea), le charançon Meira vauclusiana (= Peritelus vauclusianus) , espèce déterminante endémique des Préalpes du sud (Vaucluse, Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes) dont la sous-espèce stierlini est endémique des Alpes-Maritimes où il est présent dans quelques stations, le Charançon Raymondionymus hoffmanni, espèce déterminante méditerranéo montagnarde de Curculionidés, endémique du Var et des Alpes-Maritimes, recherchant plus particulièrement les sols calcaires.

Les lépidoptères sont également bien représentés avec la présence de l’Alexanor (Papilio alexanor), espèce déterminante protégée au niveau européen, rare et dont l’aire de répartition est morcelée, inféodée aux éboulis et pentes rocailleuses jusqu’à 1700 m d’altitude où croît sa plante hôte locale Ptychotis saxifraga, de la Diane (Zerynthia polyxena), espèce méditerranéo-asiatique, protégée au niveau européen, localement surtout inféodée à Aristolochia pistolochia, dans les chênaies claires et pentes rocailleuses bien exposées jusqu’à 1300 m d’altitude, de la Proserpine (Zerynthia rumina), espèce d’affinité ouest-méditerranéenne protégée en France, dont la chenille vit sur l’Aristoloche pistoloche (Aristolochia pistolochia) dans les forêts claires et sur les coteaux pierreux, chauds et ensoleillés, de l'Azuré des orpins (Scolitantides orion), espèce remarquable à aire de distribution morcelée, inféodée aux milieux rocheux où croissent les plantes nourricières de sa chenille, des orpins (Sedum), de l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, pelouses et friches sèches avec présence de ses plantes hôtes, des serpolets et de sa principale fourmi hôte, Myrmica sabuleti, jusqu’à 2400 m d’altitude et de la Zygène cendrée (Zygaena rhadamanthus), espèce remarquable d’affinité ouest-méditerranéenne, protégée en France, liée aux friches, garrigues et boisements clairs.

Un unique représentant des orthoptères est cité, il s’agit du Dolichopode dauphinois (Dolichopoda azami), espèce cavernicole remarquable, endémique franco-italienne du sud-ouest des Alpes, assez répandue, troglophile, hygrophile et lucifuge, liée aux grottes, fentes des rochers et autres recoins obscurs et humides.

Citons également la présence de l’Écrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes), Crustacé décapode remarquable, en régression et devenu assez rare et localisé en région Provence Alpes Côte d’Azur aujourd’hui.

Enfin, les mollusques gastéropodes patrimoniaux sont localement représentés par le Cochlostome du Verdon (Cochlostoma macei), espèce remarquable rare et localisée, d’affinité méditerranéenne, endémique des départements du Var, des Alpes-Maritimes et des Alpes de Haute-Provence, se rencontrant à la surface des rochers calcaires, l’Aiguillette de Grasse (Renea moutonii moutonii), sous-espèce remarquable d’Aciculidés, rare et vulnérable, endémique provençale des départements du Var et des Alpes-Maritimes, protégée en France, habitant la litière des forêts et les rochers et le Luisant fragile (Oxychilus maceanus), espèce remarquable d’escargot endémique du département des Alpes-Maritimes, entre 200 et 900 mètres d’altitude.

Commentaires sur la délimitation

Suivi des gorges pour englober toutes les populations et les habitats caractéristiques du milieu.