Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930012753
PIC DE CRIGNE ET EXTRÉMITÉ EST DE LA CRÊTE DES SELLES

(n° régional : 05128227)

Commentaires généraux

Description

Le site est établi dans la partie sud-ouest du département des Hautes-Alpes, au sud-ouest de la ville de Tallard. Il concerne la partie orientale de la Montagne d’Aujour – Montagne des Selles.

Le Pic de Crigne, qui en est l’élément le plus marquant, surplombe la vallée de la Durance, avec sa ligne de falaises tithoniques et ses coteaux marneux, d’axe est-ouest.

Situé dans la zone biogéographique des Préalpes delphino-provençales, à la rencontre des influences méditerranéennes et alpines, le site est inclus dans les étages de végétation supra-méditerranéen supérieur et montagnard, entre 600 m et 1366 m d’altitude. D’où la présence de plantes méditerranéennes sur le versant sud du site, en limite d’aire, et de plantes médio-européennes sur le versant nord.

La rencontre de ces influences climatiques et la géomorphologie particulière du site entraînent la présence de formations de végétation variées, et rarement associées dans un même site. Citons pour exemple le matorral à Genévriers thurifères et les hêtraies calcicoles méridionales à Andosace de Chaix (Androsace chaixii).

Milieux rocheux de falaises et d’éboulis, pelouses sèches, fruticées et boisements de Hêtre (Fagus sylvatica), Pin sylvestre (Pinus sylvestris) et Chêne pubescent (Quercus humilis) caractérisent le site.

Milieux remarquables

Deux habitats déterminants sont présents : les matorrals arborescents à Genévrier thurifère (Juniperus thurifera) [Amelanchiero ovalis-Juniperetum thuriferae] (32-136)] et les entrées de grottes et les balmes thermophiles à annuelles [asso. phyto. Anthrisco caucalidis-Asperugetum procumbentis) (65)] constituées par une végétation de petites plantes annuelles, dont de nombreuses espèces à forte valeur patrimoniale.

Les autres habitats remarquables du site comprennent : les hêtraies calcicoles méridionales à Andosace de Chaix (Androsace chaixii) (41.1752), les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)], les pelouses pionnières calcicoles écorchées sur dalles rocheuses calcaires à Orpins (Sedum pl. sp.) et Joubarbes (Sempervivum pl. sp.) [all. phyto. Alysso-sedion albi (34.1)] et les éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.31)].

D’autres habitats supra-méditerranéens, plus répandus, mais à riche floraison, s’y trouvent également, tels les landes supra-méditerranéennes et oro-méditerranéennes à Genêt cendré (Genista cinerea) et Lavande vraie (Lavandula angustifolia) [all. phyto. Lavandulo angustifoliae-Genistion cinereae (32.61 et 32.62)] et les fruticées des stations rocailleuses à Cotonéaster et Amelanchier à feuilles ovales (Amelanchier ovalis) (31.8123) ou des pelouses xérophiles, avec de nombreuses espèces végétales remarquables.

Flore

Ce site comprend cinq espèces déterminantes dont deux sont protégées en Provence-Alpes-Côte-d’Azur : la Dauphinelle fendue (Delphinium fissum), rare renonculacée des rocailles et éboulis xériques et le Cotonéaster du Dauphiné (Cotoneaster delphinensis). Les trois autres espèces déterminantes de ce site sont : l'Astragale d'Autriche (Astragalus austriacus), petite fabacée plus largement répartie en Europe centrale, très rare en France, où elle se localise aux seules vallées de la Durance et de l'Ubaye, où elle occupe les pelouses d'affinités steppiques, le Cotonéaster de Rabou (Cotoneaster raboutensis), petit arbuste endémique local, localisé à quelques stations du pourtour de Gap et le Cotonéaster intermédiaire (Cotoneaster x intermedius).

Il abrite également une espèces remarquable : le Sélin à feuilles de silaus (Katapsuxis silaifolia).

Faune

Seulement huit espèces animales patrimoniales, dont une est déterminante, habitent ce site.

Il s’agit chez les Mammifères du Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros), espèce remarquable en régression marquée, plutôt thermophile et anthropophile et assez rare en montagne, chez les Oiseaux de l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), du Circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus), du Faucon pèlerin (Falco peregrinus), de la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), espèce méridionale de montagne recherchant les versants montagneux ouverts et ensoleillés avec des barres rocheuses, semble-t-il en régression, du Grand-duc d’Europe (Bubo bubo), de la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et du Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), nicheur remarquable peu fréquent, inféodé aux alpages où il vient s’alimenter situés à proximité de falaises où il niche.

Des prospections complémentaires seraient à entreprendre sur ce site.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 est incluse dans la ZNIEFF de type 2 «05_128_100 - Massifs des préalpes delphino-provençales de Céüse, Crigne-Aujour et de l'aup Saint-Genis».

Ce massif se présente comme un zone intéressante de limite d’aire floristique et d’influences bioclimatiques.

Ce site s’inscrit au centre d’une série de trois synclinaux perchés delphino-provençaux, avec la montagne de Céüse, au nord, et la Montagne de l’Aup ou de Saint-Genis, au sud. L’ensemble de ces massifs présente de grandes similitudes floristiques et constitue un complexe méditerranéo-montagnard en inter-relations étroites.

Commentaires sur la délimitation

Les limites qui définissent le site, sont dictées par la coexistence d’habitats et de biotopes de fort intérêt, ainsi que par la présence de populations d’espèces animales et végétales à forte valeur patrimoniale. Au bas des versants, elles sont positionnées de façon à exclure les secteurs à anthropisation marquée (cultures intensives, espaces urbanisés…) ou d’intérêt biologique plus secondaire