Logos SINP

ZNIEFF 930020025
VERSANT UBAC DE LA FOUX

(n° régional : 04100179)

Commentaires généraux

Description

Localisé à l’extrémité sud-est du département des Alpes de Haute-Provence, en limite du département des Alpes-Maritimes, le site est établi sur la commune de La Foux. Il intéresse principalement le versant ubac établi face à ce village.

Sur le plan géologique, le site est composé d’un plateau calcaire du Portlandien-Berriasien (Jurassique) surmontant un versant de calcaires-marneux et de marnes du Néocomien (Crétacé).

Du point de vue climatique, le site se localise dans une zone de transition entre le climat sec et ensoleillé d'affinités provençales à l'ouest et celui des Alpes-Maritimes plus humide avec nébulosité plus abondante à l'est.

Etendu entre 1100 m et 1320 m d'altitude, le site s'inscrit dans les étages de végétation supra-méditerranéen et montagnard inférieur

Principalement forestière, la végétation associe des pinèdes sylvestres qui couvrent une bonne partie du site, des hêtraies mésophiles et localement des îlots de sapinières.

Milieux naturels

Par manque de connaissances, aucun habitat déterminant ou remarquable n’est recensé sur le site.

Flore

Aucune espèce végétale patrimoniale n’est connue sur ce site, faute de prospections ciblées.

Le site est très insuffisamment connu sur le plan floristique. Des prospections complémentaires sont à entreprendre.

Faune

Le Montagne du Cheiron dont la présente zone constitue l’extrémité nord ouest offre un intérêt faunistique très élevé pour la faune. Pas moins de cinquante deux espèces animales patrimoniales, dont dix-neuf déterminantes, y ont été répertoriées.

Le peuplement mammalogique patrimonial est localement très diversifié avec des espèces telles que le Cerf élaphe (Cervus elaphus), le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros), espèce remarquable en régression marquée, plutôt thermophile et anthropophile et assez rare en montagne, le Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), espèce remarquable et menacée, en régression partout en France, le Vespertilion à oreilles échancrées (Myotis emarginatus), espèce remarquable localisée et peu fréquente, le Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersi), espèce remarquable et menacée, en régression partout en France, y compris dans notre région. Au niveau du peuplement avien nicheur, citons des espèces qui nichent sur ce site comme le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), nicheur certain sur le site (au moins deux couples reproducteurs), le Faucon hobereau (Falco subbuteo), la Bondrée apivore (Pernis apivorus), nicheuse probable sur le site (au moins quatre couples reproducteurs), L’Aigle royal (Aquila chrysaetos), nicheur certain sur le site (au moins trois couples reproducteurs), le Circaète Jean le blanc (Circaetus gallicus), nicheur probable sur le site (au moins quatre couples reproducteurs), l’Autour des palombes (Accipiter gentilis) nicheur certain sur le site (au moins six couples reproducteurs), la Caille des blés (Coturnix coturnix), la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), espèce méridionale de montagne recherchant les versants montagneux ouverts et ensoleillés avec des barres rocheuses, semble t il en régression, le Tétras lyre (Tetrao tetrix), espèce remarquable fragile, emblématique des Alpes, la Bécasse des bois (Scolopax rusticola), espèce forestière remarquable d’affinité médio européenne, nicheuse certaine localement, la Chouette chevêche ou Chevêche d’Athéna (Athene noctua), la Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus), espèce boréo alpine forestière et déterminante, des hêtraies, pessières, cembraies et mélézins, le Grand duc d’Europe (Bubo bubo), nicheur probable sur le site (au moins deux couples reproducteurs), le Petit duc scops (Otus scops), la Huppe fasciée (Upupa epops), le Torcol fourmilier (Jynx torquilla), le Pic épeichette (Dendrocopos minor), le Cincle plongeur (Cinclus cinclus), le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), nicheur certain sur le site (au moins deux couples reproducteurs), le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax) (une vingtaine de couples présents), la Pie grièche méridionale (Lanius meridionalis), la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), la Fauvette orphée (Sylvia hortensis), le Traquet oreillard (Oenanthe hispanica), le Monticole bleu (Monticola solitarius), le Monticole de roche (Monticola saxatilis), le Moineau soulcie (Petronia petronia), le Venturon montagnard (Serinus citrinella), espèce paléomontagnarde remarquable, typique des boisements de conifères semi ouverts, le Bruant fou (Emberiza cia), le Bruant ortolan (Emberiza hortulana), le Bruant proyer (Miliaria calandra). Ce site abrite encore la rarissime Vipère d’Orsini (Vipera ursinii), espèce déterminante d’affinité orientale aujourd’hui rare, très localisée, en régression et menacée d’extinction en France, liée aux pelouses rocailleuses à genévriers, ainsi que le Lézard ocellé (Timon lepidus), espèce remarquable d’affinité méditerranéenne des milieux ouverts, rocailleux et ensoleillés.

Les insectes de la montagne du Cheiron se distinguent par des cortèges de très fort intérêt patrimonial parmi les coléoptères, les orthoptères et les lépidoptères.

Chez les coléoptères, sept espèces déterminantes ont été répertoriées, le Carabe de Solier (Carabus solieri), espèce endémique des Alpes occidentales et de Ligurie, qui affectionne les pelouses subalpines et lisières forestières des étages montagnards et subalpins, le Carabique Bembidion grisvardi, qui recherche les zones accidentées situées au bord des eaux courantes, dont la répartition est localisée en France à cinq départements (Tarn, Pyrénées orientales, Var, Alpes Maritimes et Alpes de Haute-Provence), le Carabique Duvalius ochsi, espèce cavernicole et endémique de certains massifs calcaires du département des Alpes Maritimes (débordant sur les Alpes de Haute-Provence), Paramaurops varensis, espèce de la sous-famille des Pselaphinés (Coléoptères endogés) d’affinité méditerranéenne et endémique des départements du Var et des Alpes Maritimes (débordant sur les Alpes de Haute-Provence), où il est bien répandu, le Charançon Polydrusus griseomaculatus, espèce endémique provençale des départements du Vaucluse (où on ne la rencontre qu’au Mont Ventoux), des Alpes de Haute Provence et des Alpes Maritimes, le Charançon Meira stierlini, espèce déterminante endémique du département des Alpes Maritimes et Alpes de Haute-Provence où il semble assez bien répandu dans les stations colonisées.

Les orthoptères se distinguent par la présence du Criquet hérisson (Prionotropis hystrix azami), espèce déterminante, protégée et en régression, endémique de Provence, qui colonise les pelouses rases, notamment sur les plateaux calcaires, du Criquet de la Bastide (Chorthippus binotatus daimei), sous-espèce remarquable endémique de Haute-Provence et des Alpes du sud, peuplant les landes et pelouses des versants montagneux, de l'Arcyptère provençale (Arcyptera kheili), espèce remarquable de criquet à mobilité réduite, endémique de Provence, qui peuple les pelouses sur les plateaux calcaire et garrigues ouvertes, et du Grillon testacé (Eugryllodes pipiens), espèce ouest-méditerranéenne dont la sous-espèce provincialis est endémique du sud de la France, qui peuple les pentes rocailleuses et pelouses sèches sur les reliefs exposés.

Les peuplements de lépidoptères sont remarquablement diversifiés et se singularisent par la présence du Semi-apollon (Parnassius mnemosyne), espèce déterminante protégée au niveau européen, d'affinité montagnarde, liée à ses plantes hôtes (corydales), qui fréquente les pelouses et lisières forestières, surtout entre 1000 et 2000 mètres d’altitude, l’Apollon (Parnassius apollo), espèce remarquable relicte de l’ère tertiaire, protégée au niveau européen, habitant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 600 et 2500 mètres d’altitude, l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, pelouses et friches sèches avec présence de ses plantes hôtes, des serpolets et de sa principale fourmi hôte, Myrmica sabuleti, l’Azuré des orpins (Scolitantides orion), espèce d’affinité méridionale à aire de distribution morcelée, inféodé aux milieux rocheux où croissent les plantes nourricières de sa chenille, des orpins.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 n’est pas incluse dans une ZNIEFF de type 2.

Elle complète et poursuit vers le nord-ouest une ZNIEFF de type 1 étabie sur le département voisin des Alpes-Maritime qui englobe la Montagne du Cheiron.

Commentaires sur la délimitation

Le site concerne un versant ubac situé face au village de la Foux. Il complète une ZNIEFF établie sur le département des Alpes-Maritimes et couvrant la Montagne du Cheiron. Son périmètre suit au nord et à l’ouest le cours de l’Artuby et s’appuie sur le contour départemental à l’est et au sud.