Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020032
BOIS DES TARDÉES - VERSANTS OUEST ET SUD DE LA TÊTE DE CUGURET

(n° régional : 04104100)

Commentaires généraux

Description

Localisé dans la partie nord-est du département des Alpes-de-Haute-Provence, dans la petite région naturelle de l’Ubaye, le site est établi sur les communes de Meyronnes, la Condamine-Châtelard et Jausiers. Ce site englobe les versants ouest et sud de la Tête de Siguret.

Sur le plan géologique, le site s’inscrit totalement dans la nappe sédimentaire du Parpaillon, composée essentiellement de flysches à Helminthoïdes. Des éboulis, des coulées de glissement et quelques dépôts morainiques occupent localement la partie inférieure des versants.

Etendu entre 1200 m et 2912 m d'altitude, le site s'inscrit dans les étages de végétation montagnard, subalpin et alpin.

Mélèzins, pinèdes sylvestres et localement boisements de Pin à crochets (Pinus uncinata) composent l’essentiel du couvert forestier du site, en partie inférieure et moyenne de versant. Prairies sèches montagnardes, landes et prairies subalpines, pelouses alpines, éboulis et escarpements rocheux, ruisselets et bas-marais constituent les autres formations végétales et minérales représentées.

Milieux naturels

Au moins huit habitats remarquables sont présents et se répartissent principalement entre des marécages et des milieux rocheux. Ce sont les bas-marais alcalins à Laîche de Davall (Carex davalliana) [all. phyto. Caricion davallianae (54.23)], les bas-marais acides [all. phyto. Caricion fuscae (54.4)], les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)], les éboulis calcaires alpins [all. phyto. Thlaspion rotundifolii (61.2)]. A ceux-ci s'ajoutent les pelouses calcicoles alpines et subalpines à Séslérie bleutée (Sesleria caerulea) et Laîche toujours verte (Carex sempervirens) [all. phyto. Seslerion caeruleae (36.43)], installées sur sols superficiels, les landes épineuses oro-méditerranéennes à Astragale toujours verte (Astragalus sempervirens) [all. phyto. Ononidion cenisiae (31.7E)] et les mélèzins-cembraies ou forêts de Mélèze (Larix decidua) et de Pin cembrot (Pinus cembra) (42.3).

Flore

Le site comprend sept espèces déterminantes dont une est protégée au niveau national : l'Inule variable (Inula bifrons), composée à fleurs jaunes des lisières et broussailles sèches. Deux espèces sont protégées en Provence-Alpes-Côte-d’Azur : le Dactylorhize couleur de sang (Dactylorhiza incarnata subsp. cruenta) et le Cotonéaster du Dauphiné (Cotoneaster delphinensis). Les autres espèces déterminantes de ce site sont le Sainfoin de Briançon (Hedysarum brigantiacum), légumineuse récemment décrite, l'Astragale d'Autriche (Astragalus austriacus), petite fabacée plus largement répartie en Europe centrale, localisée en France aux pelouses d'affinités steppiques des vallées de la Durance et de l'Ubaye, le Pied-d'alouette douteux (Delphinium dubium), spectaculaire renonculacée des mégaphorbiaies subalpines, des aulnaies vertes et des prairies fraiches, et le Cotonéaster intermédiaire (Cotoneaster x intermedius).

Par ailleurs, il abrite trois espèces remarquables protégées au niveau national avec la Primevère marginée (Primula marginata), spectaculaire plante des parois calcaires, la Petite massette (Typha minima) et l'Ancolie des Alpes (Aquilegia alpina).

Faune

Ce secteur est riche avec dix-sept espèces animales patrimoniales signalées, dont deux sont déterminantes.

Il s’agit de deux mammifères, le Lièvre variable (Lepus timidus), espèce remarquable et en régression, relicte de l’époque glaciaire, fréquentant des milieux assez variés (alpages, éboulis, landes, forêts, pelouses, champs, cultures, friches) de 1200 à 3100 m d’altitude, et le Cerf élaphe (Cervus elaphus), et de quatorze oiseaux nicheurs dont le Faucon pèlerin (Falco peregrinus) et la Chouette de Tengmalm ou Nyctale de Tengmalm (Aegolius funereus) petite chouette des forêts montagnardes, toutes deux déterminantes mais aussi la Bondrée apivore (Pernis apivorus), le Circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus), le Lagopède alpin (Lagopus mutus), le Grand duc d’Europe (Bubo bubo), la Chevêche d’Athéna (Athene noctua), l’Aigle royal (Aquila chrysaetos) le Tétras lyre (Tetrao tetrix), la Gélinotte des bois (Bonasa bonasia), la Perdrix bartavelle (Alectoris graeca), le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), le bruant fou (Emberiza cia) ou encore le Pic noir (Dryocopus martius), .

Une seule espèce d’insecte est connue sur la zone, l’Apollon (Parnassius apollo), lépidoptère remarquable et protégé, inféodé aux rocailles de montagne où croissent ses plantes hôtes, des crassulacées.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 2 n'englobe pas de ZNIEFF de type 1.

Commentaires sur la délimitation

Les limites du site englobent le versant ouest de la Tête de Siguret, de façon à inclure des habitats et populations d’espèces à très forte valeur patrimoniale. Les limites suivent autant que possible des repères topographiques, géographiques et paysagers très marqués : crêtes principales et secondaires, talwegs, ruptures de pentes, routes et dessertes locales, lisières…