Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020036
MASSIF À L'EST DE LA MOTTE-DU-CAIRE - LA BLACHÈRE - ROCHER ROUX - JALINIER - LE SAPET

(n° régional : 04107100)

Commentaires généraux

Description

Etabli dans la partie nord-ouest du département des Alpes-de-Haute-Provence, sur les communes de Faucon-du Caire, La Motte, Le Caire et Clamensane, le site est établi à une dizaine de kilomètres à l’est de la Durance et à l’est du village de La Motte-du-Caire.

il englobe un petit massif de moyenne montagne dont la crête principale est orientée nord-sud. Il correspond à des terrains de moyenne montagne, aux pentes et aux orientations variées.

Sur le plan géologique, le site est établi au contact de deux unités tectoniques principales. Au sud-ouest, au sud du Caire, les terrains sont constitués principalement de terres noires du Jurassique moyen (Secondaire), associés avec les marnes du Callovien moyen et supérieur, les marnes à bancs calcaires pourpres de l’Oxfordien inférieur et moyen, les marnes calcaires de l’Oxfordien moyen et les calcaires marneux du Domérien inférieur. Ces terrains sont en partie recouverts d’éboulis à gros blocs d’écroulement récent (Quaternaire). Sur les parties nord et est du site, le substrat est principalement constitué de terrains Tertiaires (Oligocène) à Secondaires, associant des molasses gréseuses rouges et des molasses vertes, des marnes rouges et des marnes grises à miches calcaires de l’Oxfordien inférieur. Ces terrains sont localement recouverts d’éboulis anciens à récents et de zones glissées.

Positionnée dans la zone biogéographique des Préalpes-de-Haute-Provence, le site est soumis à un climat de moyenne montagne aux nettes influences supra-méditerranéennes.

Etendu approximativement entre 650 m et 1 600 m, il est inclus dans les étages de végétation montagnard et supra-méditerranéen. Le site atteint la base de l’étage subalpin dans sa partie haute.

Sa végétation est dominée les formations forestières, représentées par la chênaie pubescente, la pinède sylvestre et la hêtraie mésophile. Sur les fortes pentes à substrat instable soumis à une forte érosion, les formations ouvertes de pelouses, de garrigues et de landes plus ou moins rocailleuses, et d’éboulis, occupent de larges plages.

Milieux naturels

Trois habitats déterminants sont présents. Ce sont : les hêtraies et hêtraies-sapinières neutrophiles méridionales des Alpes du sud à Trochiscanthe à fleurs nues (Trochiscanthes nodiflora) [all. phyto. Fagion sylvaticae – Asso. phyto. Trochiscantho-fagetum (41.17)], les boisements de feuillus mixtes des pentes et ravins ombragés et frais sur éboulis [all. phyto. Tilion platyphylli (41.4)] et les matorrals arborescents à Genévrier thurifère (Juniperus thurifera) [Assoc. phyto. Amelanchiero ovalis-Juniperetum thuriferae (32-136)]. Mais l’un des milieux de plus fort intérêt patrimonial du site est constitué par un vallon humide de marnes noires parcouru de ruissellements intermittents (24.16), au cortège floristique particulièrement remarquable associant l’Ephédra de Négri (Ephedra negrii) et le Cynoglosse pustuleux (Cynoglossum pustulatum).

Le site possède également au moins deux autres habitats remarquables : les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)] et les prairies mésophiles de fauche, de plaine et de moyenne altitude, à Fromental (Arrhenatherum elatius) [all. phyto. Arrhenatherion elatioris (38.22)].

Ce site compte de plus comme autre habitat à valeur patrimoniale, les prairies sèches méso-xérophiles à Brome dressé (Bromus erectus) [all. phyto. Mesobromion erecti (34.3265)].

Les autres habitats typiques ou représentatifs du site comprennent : les éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.3)], les garrigues supra-méditerranéennes à Thym (Thymus vulgaris) [all. phyto. Helianthemo italici-Aphyllanthion monspeliensis (32.63)], les landes supra-méditerranéennes et oro-méditerranéennes à Genêt cendré (Genista cinerea) et Lavande à feuilles étroites (Lavandula angustifolia) [all. phyto. Lavandulo angustifoliae-Genistion cinereae (32.61 et 32.62)], les boisements thermophiles et supra-méditerranéens de Chêne pubescent (Quercus humilis) [all. phyto. Quercion pubescenti-sessiliflorae (41.711)] et les pinèdes sylvestres sèches supra-méditerranéennes [all. phyto. Cephalanthero rubrae-Pinion sylvestris (42.59)].

Flore

Le site comprend huit espèces déterminantes dont deux sont protégées au niveau national : l'Inule variable (Inula bifrons), composée à fleurs jaunes des lisières et broussailles sèches, et l'Ancolie de Bertoloni (Aquilegia bertolonii), superbe renonculacée endémique liguro-provençale. Trois autres sont protégées en Provence-Alpes-Côte-d’Azur : l'Ephèdre de Négri (Ephedra negrii), rarissime plante archaïque des rochers calcaro-marneux très xériques, le Cotonéaster du Dauphiné (Cotoneaster delphinensis) et la Dauphinelle fendue (Delphinium fissum), rare renonculacée des rocailles et éboulis xériques. Le Cynoglosse de Dioscoride (Cynoglossum dioscoridis), la Gesse blanchâtre (Lathyrus pannonicus subsp. asphodeloides) et le Cotonéaster intermédiaire (Cotoneaster x intermedius) sont les trois autres espèces déterminantes de ce site.

Par ailleurs, il abrite trois espèces remarquables dont deux sont protégées au niveau national : la Primevère marginée (Primula marginata), spectaculaire plante des parois calcaires, et la Gagée des champs (Gagea villosa). Le Sélin à feuilles de silaus (Katapsuxis silaifolia) est la dernière espèce remarquable de ce site.

Faune

Ce site présente un cortège faunistique constitué de huit espèces animales patrimoniales, toutes remarquables.

Ce sont cinq espèces d’oiseaux potentiellement nicheuses : la Caille des blés (Coturnix coturnix), le Petit-duc scops (Otus scops), le Torcol fourmilier (Jynx torquilla), la Fauvette orphée (Sylvia hortensis), la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), le Pic épeichette (Dendrocopos minor), le Bruant fou (Emberiza cia) ou encore l’Aigle royal (Aquila chrysaetos).

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 2 englobe la ZNIEFF de type 1 suivante : «Versant ouest de la Blachère et du rocher Roux».

Commentaires sur la délimitation

La délimitation du site englobe un petit massif de moyenne montagne. Si les motivations de la délimitation de cette ZNIEFF sont avant tout d’ordre fonctionnel, de façon à inclure des habitats et populations d’espèces à forte valeur patrimoniale, le positionnement de ses limites est établi au mieux sur des repères visuels marqués et sur des éléments topographiques ou géographiques importants : ruptures de pentes, talwegs, crêtes secondaires, réseau routier local, dessertes, lisières, etc.