Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020069
MARAIS ET FONTAINE PÉTRIFIANTE DE RÉOTIER - CÔTEAU STEPPIQUE ASSOCIÉ

(n° régional : 05100151)

Commentaires généraux

Description

Localisé dans la partie est du département des Hautes-Alpes dans la région du Guillestrois, le site est établi en rive droite de la vallée de la Haute Durance, entre le massif des Ecrins à l'ouest et le massif du Queyras à l'est.

Il s'étend sur un substrat d'éboulis et de moraines mélangés, où affleurent localement des gypses et des flyschs.

Localisé dans la zone biogéographique intra-alpine dauphinoise, il est soumis à un climat montagnard de type continental marqué.

Etendu entre 880 m et 1050 m d'altitude, il est inclus dans l’étage de végétation montagnard.

Longé par la Durance dans sa partie basse et bordée par des pinèdes sylvestres dans sa partie haute, il est caractérisé par des pelouses d'affinités steppiques et par une grande concrétion de tuf formant une splendide vasque et un surplomb.

Milieux remarquables

Trois habitats déterminants sont présents : il s’agit d’une résurgence d'eaux minéralisées Il s’agit d’une résurgence d'eaux minéralisées créant d’une part un pré salé continental (15.41), l’une des très rares formations végétales de ce type en France intérieure, alors que ces milieux se rencontrent habituellement sur le littoral, et d’autre part se matérialisent en importantes et spectaculaires concrétions de tuf [all. phyto. Riccardio pinguis-Eucladion verticillati (54.12)]. Le troisième habitat déterminant est composé par des pelouses steppiques sub-continentales [all. phyto. Stipo capillatae-Poion carniolicae (34.31)], milieu semi-ouvert thermoxérophile d'une très grande valeur patrimoniale, qui apparaît de manière très caractéristique, avec l’ensemble de son cortège floristique, enrichi d'espèces végétales d'origine orientale et méditerranéenne.

Trois autres habitats remarquables sont présents : les pinèdes de Pin sylvestre (Pinus sylvestris) [all. phyto. Ononido rotundifolii-Pinion sylvestris (42.53) et Deschampsio flexuosae-Pinion sylvestris (42.55)], les bas-marais alcalins à Laîche de Davall (Carex davalliana) [all. phyto. Caricion davallianae (54.23)] et les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)].

Les prairies sèches méso-xérophiles à Brome dressé (Bromus erectus) [all. phyto. Mesobromion erecti (34.3265)] constituent également sur le site un habitat de fort intérêt écologique.

Flore

Le site abrite une seule espèce déterminante : l'Ophioglosse commun (Ophioglossum vulgatum), protégée en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Faune

Ce site dispose d’un patrimoine faunistique revêtant un intérêt biologique moyen où on y rencontre cinq espèces animales patrimoniales, principalement des insectes, dont une est déterminante.

Les oiseaux nicheurs probables sur le site sont le Cincle plongeur (Cinclus cinclus) et le Bruant fou (Emberiza cia).

Quant aux Insectes d’intérêt patrimonial, ils comprennent notamment au niveau local : l’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), espèce remarquable d’Odonates Zygoptères Coenagrionidés dite « vulnérable », protégée au niveau européen (directive CEE « Habitats »), d’affinité plutôt méridionale, assez localisée et peu fréquente, qui se rencontre dans les cours d’eau ensoleillés, à courant plus ou moins vif, sur substrat calcaire (fossés, petits ruisseaux, effluents de sources, marais envahis de joncs), l’Apollon (Parnassius apollo), espèce alpine remarquable et en régression de Lépidoptères Papilionidés, protégée au niveau européen, habitant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées des étages montagnard à alpin, entre 300 et 2500 m. d’altitude, , le Moiré provençal (Erebia epistygne), espèce déterminante de Nymphalidés Satyrinés dont la répartition est étroitement limitée au sud ouest de l’Europe et en France à quelques départements méridionaux, qui se rencontre dans les bois clairs, secs et rocailleux jusqu’à 1500m. d’altitude où vit la plante hôte de sa chenille (la Fétuque des moutons Festuca ovina), l’Isabelle de France (Actias isabellae), espèce déterminante de Lépidoptères Attacidés, endémique des Hautes Alpes et des Alpes de Haute Provence, protégée en France et au niveau européen (directive CEE « Habitats »), habitant les moyennes montagnes à climat sec de type méridional où elle colonise les pentes boisées en Pins sylvestres entre 600 et 1800 m d’altitude.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 n’est pas incluse dans une ZNIEFF de type 2.

De part sa position le long de la Durance, large vallée glaciaire, qui est une voie importante de pénétration à l’intérieur des Alpes, le site se trouve sur un flux migratoire nord-sud.

Sa position géographique à la conjonction des influences orientales et montagnardes permet également la remontée d'espèces méditerranéennes.

Aux alentours de la résurgence, l'abandon des cultures ou de l’irrigation et de la fauche sur les anciennes terrasses agraires, conduit à l'installation de pelouses sèches propices à l’installation de zones de parcours ovins. La pression pastorale tendant actuellement à se réduire, la dynamique de végétation se poursuit par la colonisation d’une végétation ligneuse comprenant des landes et fourrés, précurseurs de la recolonisation forestière de ce versant par des bois de Pin sylvestre. Ce stade végétal ultime qui accroît les risques d'incendies et banalise le paysage, tend à se généraliser sur et à proximité du site.

La fréquentation touristique du site de la fontaine pétrifiante est importante et des aménagements sont en cours pour d'une part, en réduire les effets négatifs et d'autre part, la mettre en valeur.

Commentaires sur la délimitation

Les limites du site englobent un ensemble ponctuel de surface réduite, caractérisé par une résurgence, et de ses abords immédiats comprenant un coteau de friches, pelouses et rocailles sèches. Elles tentent de se caler au mieux sur des repères topographiques et géographiques.