ZNIEFF 930020126
LE GRAND BUËCH, SES ISCLES ET SES RIPISYLVES DE L'AVAL DU BARRAGE DE SAINT-SAUVEUR À EYGUIANS

(n° régional : 05130231)

Commentaires généraux

Description

Etabli dans la partie sud-ouest du département des Hautes-Alpes, entre les villages de Méreuil et d’Eygians, le site correspond au cours du Grand Buëch, avec ses iscles et ses ripisylves, de l'aval du barrage de Saint-Sauveur à Eyguians.

Le site s’étend sur un substrat d’alluvions fluviatiles récentes, principalement calcaires issues de l’érosion des roches sédimentaires en place sur le bassin versant . Celles-ci comprennent surtout des calcaires marneux et marnes de l’Hauterivien et du Berriasien, avec des calcaires gris plus massifs du Tithonique.

Situé dans la zone biogéographique des préalpes delphino-provençales à la rencontre des influences méditerranéennes et alpines, le site est compris dans l’étage de végétation supra-méditerranéen entre 590 m et 630 m d’altitude.

Il est caractérisé par une bonne représentativité de tous les stades de la dynamique de végétation, depuis les stades initiaux composés de bancs de graviers nus, en passant par les formations pionnières de colonisation des alluvions et délaissées, les saulaies arbustives et de larges ripisylves, où se rencontrent à la fois des espèces végétales d'origine montagnarde et méditerranéenne.

Le lit de la rivière est composé de nombreux bras séparés par de vastes bancs de galets pour la plupart remaniés chaque année par les eaux et colonisés par une végétation pionnière composée d’espèces végétales annuelles. Des stades de maturation de la végétation de ces bancs de galets sont bien représentés dans les zones les plus exhaussées et les moins soumises aux crues, sous la forme de végétation herbacée vivace à Pavot cornu (Glaucium flavum), de fourrés à Saules, de forêts riveraines ou de pelouses sèches et de garrigues à Thym dans les zones plus sèches.

Milieux remarquables

Ce site compte plusieurs habitats remarquables que sont : les groupements amphibies méridionaux (22.34), qui se développent sur les vases exondées au niveau de mares et bras d’eau calme temporaires. Le lit de la rivière comprend également des formations végétales pionnières herbacées des alluvions torrentielles et bancs de graviers méditerranéens à Pavot cornu (Glaucium flavum) [all. phyto. Glaucion flavi (24.225)], associés en mosaïque avec des bancs de graviers sans végétation (24.21)], ainsi qu’avec des bancs de sable (24.3) et des bancs de vase des cours d’eau (24.5).

Parmi les habitats typiques ou représentatifs, le lit de la rivière comprend également des formations végétales pionnières herbacées des alluvions torrentielles et bancs de graviers méditerranéens à Pavot cornu (Glaucium flavum) [all. phyto. Glaucion flavi (24.225)], associés en mosaïque avec des bancs de graviers sans végétation (24.21), ainsi qu’avec des bancs de sable (24.3) et des bancs de vase des cours d’eau (24.5).

Flore

Le site ne comprend aucune espèce végétale déterminante et aucune espèce végétale remarquable.

Faune

Six espèces animales patrimoniales, dont une déterminante, ont été recensées sur ce site.

Les oiseaux sont uniquement représentés par la Pie-Grièche écorcheur (Lanius collurio) mais des prospections complémentaires sont à réaliser. Les poissons d’eau douce comprennent notamment le Toxostome (Chondrostoma toxostoma) et le Barbeau méridional (Barbus meridionalis).

Quant au peuplement entomologique , mentionnons surtout son intérêt odonatologique à travers la présence de trois espèces intéressantes : l’Agrion bleuissant (Coenagrion caerulescens), espèce méditerranéenne déterminante liée aux eaux courantes claires et ensoleillées, globalement rare, localisée et menacée en France, l'Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), espèce remarquable et protégée qui affectionne les écoulements modestes à eaux courantes claires, ensoleillées et peuplées d'hydrophytes et le Sympétrum du Piémont (Sympetrum pedemontanum), espèce remarquable d'odonates Libellulidés des canaux et cours d'eau intermittents, peu commune en France et dont le bassin de la Durance représente un bastion.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 est incluse dans la ZNIEFF de type 2 «05_130_100 - Le Grand Buëch et le Petit Buëch à l'aval de Veynes jusqu'à la confluence avec la Durance et leurs principaux affluents : le Céans, la Blème et la Blaisance».

Les habitats liés au Buech et à ses rives, en particulier les cordons forestiers et de ripisylve, sont d’un grand intérêt écologique, pour le fonctionnement de l’écosystème lié au cours d’eau, pour leur rôles multiples : fixation des berges, maintien de la biodiversité, corridors en contact avec les milieux adjacents...

De part son orientation nord-sur et par sa position biogéographique en bordure intérieure des préalpes, où il succédent ou anticipent la dépression du sillon alpin (Trièves, Grésivaudan et Combe de Savoie) le Buëchforme de plus un axe migratoire important pour l’avifaune et de dispersion pour la flore (remontée d’espèces méditerranéennes, descente d’espèces alpines).

Commentaires sur la délimitation

Les limites du site englobent l’écocomplexe fonctionnel d’un tronçon du Grand Buëch à l’aval du barrage de Saint-Sauveur, associant le cours d’eau proprement dit, ses bras secondaires, ses ripisylves et ses espaces connexes directement associés. Les espaces périphériques plus fortement artificialisés : terres labourées, espaces semi-urbains sont exclus et justifient le périmètre, par les ruptures écologiques et paysagères nettes qu’ils occasionnent.