ZNIEFF 930020128
CRÊTES ET MASSIF DU SUD-ROSANNAIS - COUSTOURAN - BOIS D'ESTÈVE - CRÊTE DE RASCUEGNE - MONTAGNE DE LÈBRE

(n° régional : 05134100)

Commentaires généraux

Description

Etabli à l’extrémité sud-ouest du département des Hautes-Alpes, dans la région des Baronnies – Rosanais, au sud des villages de Rosans, Saint-André de Rosans, Sorbiers et Chanousse, le site est disposé en une longue bande montagneuse orientée est-ouest, comprenant une succession de crêtes et de petites montagnes delphino-provençales d’altitudes modestes : Pié Léger (689 m), Risou 1181 m), Serre de Bout, crêtes de la Couale et de Rascuègne (1212 m), Forêt Domaniale de l’Eygue, La Pastourelle, crête du Bois d’Estève, Montagne de Lèbre Cuite (sommet de la Fayée 1293 m) et crête la Plane. Leurs versants se déversent sur les bassins de l’Eygue et de la Blaisance et sont régulièrement sillonnés de ravins et torrents.

Sur le plan géologique, l’ensemble du site est dominé par des roches sédimentaires comprenant une succession de terrains marneux (marnes bleues du Gargasien), de bancs calcaires et marno-calcaires ou calcaréo-marneux appartenant à des formations d’âge Bédoulien à Berriasien. Ces dernières comprennent des calcaires plus durs qui dominent dans le secteur de la crête de la Plane et à l’adret de la crête de Rascuegne. Les autres terrains, un peu plus tendres, ont donné naissance à une succession de petits ravins et vallons d’orientation nord sud qui sillonnent le versant principal.

Situé dans la zone biogéographique des Préalpes delphino-provençales, à la rencontre des influences méditerranéennes et alpines, le site est inclus dans les étages de végétation supra-méditerranéen et montagnard, entre 530 m et près de 1300 m d’altitude.

Les formations forestières sont largement prépondérantes sur le site. Aussi variées que bien constituées, elles associent principalement des boisements de Chêne pubescent (Quercus humilis) et de feuillus mixtes thermophiles, des pinèdes sylvestres et des hêtraies-pinèdes méso-xérophiles en altitude. Prairies sèches, pelouses rocailleuses, fruticées xérophiles, lavandaies, fourrés hygrophiles des bords de ruisseaux, éboulis thermophiles et petits milieux rocheux sont les autres milieux les plus représentatifs du site. Les cours d’eau présents sont du plus grand intérêt biologique (les rives de l’Eygues et de la Lidane) dans les parties non aménagées.

Milieux remarquables

Un habitat déterminant particulièrement remarquable est présent et justifie la désignation de ce site : il s’agit des boisements de Genévrier thurifère (Juniperus thurifera) [all. phyto. Juniperion thuriferae (42.A28)]. Ces boisements plus ou moins denses sont associés à des matorrals à Génévrier thurifère (Juniperus thurifera) et à Amelanchier à feuilles ovales (Amelanchier ovalis) [assoc. phyto. Amelancherio ovalis-Juniperetum thuriferae (32.136)]. Dans le département des Hautes-Alpes, seuls quatre sites présentent de très beaux peuplements de Thurifères : Saint-Crépin, le plus célèbre d’entre-eux, l’adret de Théus, le Bois du Revuaire à Saint-Genis et la Forêt Domaniale de l’Eygues à Saint-André de Rosans. Localisés essentiellement dans les Alpes du sud, ils constituent un habitat rare particulièrement remarquable en France. A ce titre ils sont classés déterminants. La thuriféraie du site, bien préservée, est pure, et mélangée parfois avec des pinèdes sylvestres sèches supra-méditerranéennes à Buis (Buxus sempervirens) [all. phyto. Cephalanthero rubrae-Pinion sylvestris (42.59)].

Le site possède également plusieurs autres habitats remarquables ou représentatifs, parmi lesquels se remarquent divers milieux forestiers où figurent des hêtraies et hêtraies-pinèdes sèches sur calcaire [all. phyto. Cephalanthero rubrae-Fagion sylvaticae (41.16)], des pinèdes sylvestres sèches supra-méditerranéennes à Buis (Buxus sempervirens) [all. phyto. Cephalanthero rubrae-Pinion sylvestris (42.59)], des pinèdes sylvestres mésophiles [sous-all. phyto. Molinio arundinaceae-Pinenion sylvestris (42.54)] et des boisements thermophiles et supra-méditerranéens de Chêne pubescent (Quercus humilis) à Buis (Buxus sempervirens) [all. phyto. Quercion pubescenti-sessiliflorae – ass. phyto. Buxo-Quercetum (41.711)].

Les autres milieux remarquables ou typiques sur le site comprennent des fourrés humides (44.1) sur les rives de l’Eygues et de la Lidane, des garrigues supra-méditerranéennes à Aphyllante de Montpellier (Aphyllanthes monspelliensis) [all. phyto. Helianthemo italici-Aphyllanthion monspeliensis (34.72)], des pelouses xérophiles du Xerobromion (34.33)], des landes supra-méditerranéennes et oro-méditerranéennes à Genêt cendré (Genista cinerea) et Lavande à feuilles étroites (Lavandula angustifolia) [all. phyto. Lavandulo angustifoliae-Genistion cinereae (32.61 et 32.62)], des éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.3)], et les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis (62.15)].

Flore

Le site comprend huit espèces végétales déterminantes. Trois sont protégées au niveau national : l'Inule variable (Inula bifrons), composée à fleurs jaunes des lisières et broussailles sèches, l'Euphorbe à feuilles de graminée (Euphorbia graminifolia) et le Rosier de France (Rosa gallica), très bel églantier sauvage, un des ancêtres des rosiers horticoles demeurant très rare dans les Alpes du Sud, où il est assez vulnérable du fait de l’isolement des stations. Deux sont protégées en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : le Cytise de Sauze (Cytisus sauzeanus), endémique locale occupant les rocailles, lisières et sous-bois clairs sur substrats calcaires et le Danthonie des Alpes (Danthonia alpina). Trois espèces n’ont pas de statut de protection : la Gesse blanchâtre (Lathyrus pannonicus subsp. asphodeloides), le Cytise faux-lotier (Cytisus lotoides), sub-endémique franco-espagnole, en limite nord de son aire de répartition et le Cotonéaster intermédiaire (Cotoneaster x intermedius).

Par ailleurs, le site comprend une espèce végétale remarquable qui n’a pas de statut de protection : le Sélin à feuilles de silaus (Katapsuxis silaifolia).

Faune

Le site renferme un cortège faunistique d’un intérêt marqué et composé de vingt quatre espèces animales patrimoniales, dont cinq déterminantes.

Les mammifères sont notamment représentés par le Castor d’Europe (Castor fiber), présent sur le cours de l’Eygues et par plusieurs espèces de chauves-souris dont trois sont déterminantes : le Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), la Barbastelle (Barbastella barbastellus) et le Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus) et quatre sont remarquables : le Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis), le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros), la Noctule de Lesler (Nyctalus leisleri) et la Vespère de Savi (Hypsugo savii). Parmi les oiseaux nicheurs patrimoniaux, citons l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), le Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), la Caille des blés (Coturnix coturnix), le Tétras lyre (Tetrao tetrix), espèce remarquable fragile, emblématique des Alpes mais en forte régression sur les massifs externes et dont la présence serait à confirmer, le Petit-duc scops (Otus scops), le Torcol fourmilier (Jynx torquilla), la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), le Bruant fou (Emberiza cia), le Bruant proyer (Emberiza calandra) et le Bruant ortolan (Emberiza hortulana).

Les peuplements d’insectes ne bénéficient que d’une connaissance préliminaire mais révèlent déjà un intérêt patrimonial certain avec la présence d’une espèce déterminante, la cantharide Malthinus pseudobiguttatus, coléoptère endémique distribué de la Sainte-Baume au Queyras et six espèces remarquables. Ces dernières appartiennent aux lépidoptères, avec la Zygène des bugranes (Zygaena hilaris), d'affinité ibéro-provençale et liée aux pelouses et friches sèches où croît sa plante hôte la Bugrane jaune (Ononis natrix), la Zygène cendrée (Zygaena rhadamanthus), d’affinité ouest-méditerranéenne, protégée en France, localement liée aux pelouses à Onobrychis ou à Dorycnium pentaphyllum , les plantes nourricières de sa chenille , et l'Échiquier de Russie (Melanargia russiae), d'affinités steppique et montagnarde, localisée et dont la sous-espèce cleanthe est endémique des montagnes du nord de l'Espagne et des Alpes du sud, et aux orthoptères avec le Grillon testacé (Eugryllodes pipiens), espèce ouest-méditerranéenne dont la sous-espèce provincialis est endémique du sud de la France, qui peuple les pentes rocailleuses et pelouses sèches sur les reliefs exposés et le le Tétrix des grèves (Tetrix tuerki), espèce remarquable et peu commune de criquet dont la présence est strictement liée aux bordures de cours d'eau dynamique, notamment en tresses, dont une population colonise le lit de l’Eygues.

Fonctionnalité / liens éventuels avec autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 2 englobe les trois ZNIEFF de type 1 suivantes : «05_134_217 - Montagne de Pié Léger» ; «05_134_218 - Côteau du Serre d'Autruy - la Bergerie» & «05_134_220 - Forêt Domaniale de l'Eygue».

Commentaires sur la délimitation

Le site englobe un assemblage de secteurs de moyenne montagne à fort recouvrement forestier et qui concentre des enjeux biologiques importants. Sa délimitation s’arrête au sud, aux plus hautes crêtes qui définissent également le pourtour départemental. Au nord, sa délimitation s’appuie au mieux sur des repères géographiques ou topographiques, quand il en existe.