Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020130
MONTAGNE DU PIED DU MULET

(n° régional : 05136247)

Commentaires généraux

Description

Localisé à l’extrémité sud-est de la région des Baronnies, à la pointe sud du département des Hautes-Alpes, à la limite avec les Alpes-de-Haute-Provence et la Drôme, ce site comprend la montagne du Pied du Mulet culminant à 1537 m.

Le site s’inscrit dans un ensemble de roches sédimentaires qui comprennent surtout des calcaires marneux et marnes du Berriasien, associés à des calcaires gris plus massifs et plus durs du Tithonique et du Kimméridgien, lesquels constituent l’ossature des crêtes et plateaux sommitaux et engendrent souvent de petites falaises et escarpements verticaux au niveau des ruptures de pentes. Les éboulis stabilisés couvrent des surfaces importantes sur les versants de pourtour.

Situé dans la zone biogéographique des préalpes sud-dauphinoises, le site est soumis à un climat de type supra-méditerranéen.

Il est inclus dans les étages de végétation supra-méditerranéen et montagnard, entre 1050 m et 1587 m d’altitude. Si les pelouses et les landes occupent l’essentiel de la surface du site, ses versants nord et ouest comprennent surtout des rocailles sèches, des falaises calcaires et des boisements d’ubac.

Milieux remarquables

Le site compte deux habitats déterminants : les boisements de ravins ombragés et frais sur éboulis [all. phyto. Tilion platyphylli et Tilio platyphylli-Acerion pseudoplatani (41.4)], établis principalement en ubac au pied des barres rocheuses, et les landes épineuses franco-ibériques à Genêt de Villars (Genista pulchella subsp. villarsii) [All. phyto. Genistion lobelii (31.74)], milieux typiques des crêtes au niveau de replats rocheux calcaires ventés.

Quatre autres habitats remarquables sont recensés : les hêtraies calcicoles méridionales à Andosace de Chaix (Androsace chaixii) (41.1752), les pelouses écorchées pionnières des bas de falaises, des rebords de corniches et des vires rocheuses ombragées d’ubac à Seslérie bleutée (Sesleria caerulea) et Androsace velue (Androsace villosa) [all. phyto. Seslerion elegantissimae (34.325)], les bas-marais alcalins à Laîche de Davall (Carex davalliana) [all. phyto. Caricion davallianae (54.23)], qui occupent le fond de certains talwegs humides, et les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)].

Flore

Quatre espèces végétales déterminantes sont recensées sur ce site : l’Inule variable (Inula bifrons), composée à fleurs jaunes des lisières et broussailles sèches et l’Ancolie de Bertoloni (Aquilegia bertolonii), superbe renonculacée endémique liguro-provençale, toutes deux protégées au niveau national et la Renoncule à tête d'or (Ranunculus auricomus) et le Cotonéaster intermédiaire (Cotoneaster x intermedius).

La Gagée des prés (Gagea pratensis), rare liliacée des pelouses sèches est l’unique espèce végétale remarquable de ce site protégée au niveau national.

Faune

Seize espèces animales patrimoniales, dont une déterminante, sont recensées sur ce site.

Chez les mammifères, citons le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros), espèce remarquable assez rare en montagne, en régression marquée, plutôt thermophile et anthropophile et chez les oiseaux nicheurs l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), la Bondrée apivore (Pernis apivorus), le Tétras lyre (Tetrao tetrix), espèce remarquable fragile, emblématique des Alpes, la Chouette chevêche ou Chevêche d’Athéna (Athene noctua), le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), nicheur remarquable peu fréquent, inféodé aux alpages où il vient s’alimenter situés à proximité de falaises où il niche, l'Alouette lulu (Lullula arborea) et les Fauvettes grisette (Sylvia communis) et orphée (S. hortensis).

Quant aux Insectes lepidoptères, on peut citer la présence du Moiré de Provence (Erebia epistygne), espèce déterminante de lépidoptère d’affinité méditerranéo-montagnarde dont l’aire de répartition ibéro-provençale est morcelée et restreinte, inféodée aux pelouses sèches à fétuques (surtout Festuca cinerea), de l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, pelouses et friches sèches avec présence de ses plantes hôtes, des serpolets et de sa principale fourmi hôte, Myrmica sabuleti, jusqu’à 2400 m d’altitude, de l’Apollon (Parnassius apollo), espèce alpine remarquable et en régression de Lépidoptères Papilionidés, protégée au niveau européen, habitant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées des étages montagnard à alpin, entre 300 et 2500 m. d’altitude, de l'Échiquier de Russie (Melanargia russiae), espèce remarquable de lépidoptère d'affinité steppique, localisée et dont la sous-espèce cleanthe est endémique des montagnes du nord de l'Espagne et des Alpes du sud et de la Zygène cendrée (Zygaena rhadamanthus), espèce remarquable de lépidoptère diurne d’affinité ouest-méditerranéenne, protégée en France, liée aux friches, garrigues et boisements clairs où croît la principale plante nourricière de sa chenille, la Badasse (Dorycnium pentaphyllum). Enfin, les odonates sont représentés par le Cordulégastre bidenté (Cordulegaster bidentata), espèce remarquable de grande taille, inféodée par sa larve aquatique aux ruisseaux des versants pentus des montagnes sud-européennes.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 est incluse dans la ZNIEFF de type 2 «Massifs des préalpes delphino-provençales de la montagne de Chanteduc, du roc de Gloritte, des crêtes des Traverses et de l'Ane et de la montagne de Mare».

Commentaires sur la délimitation

C’est une logique de massif qui préside ici à la définition du site, lequel englobe une crête de moyenne montagne et ses flancs. Ses limites essaient de s’appuyer sur les bas de versant les plus marqués et sur les repères géographiques ou paysagers les plus évidents, tels que dessertes forestières, sentiers, ruptures de pentes, lisières…, lorsqu’il en existe. Au sud et à l’ouest, elles coïncident avec la limite départementale.