Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020162
LE VAR

(n° régional : 06140100)

Commentaires généraux

Description de la zone

Dans sa partie amont, le Var forme des gorges très spectaculaires en traversant des schistes rouges (Gorges de Dalius) ou des bancs de calcaire très durs (Défilé de Chaudan).

Dans sa partie aval du pont de Manda jusqu’à la mer, le Var est bordé par des ripisylves de la série méditerranéenne du peuplier blanc. Le cours d’eau est totalement endigué et aménagé par des microcentrales électriques, des pont. Malgré cela, entre divers ouvrages se sont reconstitués des biotopes liés aux zones humides.

Flore et habitats naturels

C’est une des rares plaines alluviale à avoir conservé une diversité de flore hygrophile. On y trouve par exemple des ripisylves à aulne glutineux, des roselières et formations herbacées, des eaux courantes, fossés et berges, des sables et des graviers. Du confluent de l'Estéron jusqu'à la mer subsistent des peuplements de la très rare Masette naine (Typha minima). En revanche, les remarquables peuplements palustres qui ont fait la renommée de l'embouchure du Var en aval de Colomars ne sont plus qu'un souvenir. les différents aménagements dont a été victime le fleuve ont été fatals aux Fimbristylis bisumbellata, Pycreus flavidus, Cyperus laevigatus ...

Faune

Cette rivière abrite un cortège faunistique d’un intérêt biologique élevé avec 51 espèces animales patrimoniales dont 15 déterminantes.

Le cortège mammalogique se compose du Grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), une espèce déterminante et du Petit rhinolphe (Rhinolophus hipposideros) une espèce remarquable rare et localisée dans les Alpes-Maritimes.

L‘herpétofaune locale renferme notamment le Lézard ocellé (Timon lepidus), espèce déterminante d’affinité méditerranéenne des milieux ouverts, rocailleux et ensoleillés dont il existe encore sur le site d’importantes populations en nombre d’individusLes amphibiens comprennent notamment le Spélerpès de Strinatii (Speleomantes strinatii), également appelé Hydromante, espèce remarquable peu abondante à répartition très localisée en région P.A.C.A., correspondant à un endémique franco italien présent en France uniquement dans deux départements (Alpes Maritimes essentiellement et Alpes de Haute Provence), recherchant les milieux humides, frais et ombragés (forêts, grottes, cavernes, éboulis) de 0 à 2 400 m. d’altitude. Quant aux poissons d’eau douce, ils sont notamment représentés par des espèces aussi intéressantes que la Blennie fluviatile (Blennius fluviatilis), espèce remarquable d’affinité méditerranéenne, assez localisée et pas très fréquente en région P.A.C.A. et dans le département des Alpes Maritimes (le Var étant sa seule station connue dans ce département), vulnérable, menacée et exigeante sur les conditions écologiques de son habitat (les cours d’eau, canaux et lacs aux eaux claires et peu profondes, stagnantes ou à courant lent, sur substrat rocheux), la Truite de mer (Salmo trutta), taxon remarquable dit « vulnérable » signalé sur le cours aval du Var, encore rare dans le département des Alpes Maritimes mais en augmentation, sensible à la pollution et à la modification de ses habitats, dont les effectifs actuels restent globalement faibles, et le Barbeau méridional (Barbus meridionalis), espèce remarquable d’affinité méridionale, liée aux cours d’eau clairs et bien oxygénés à débit rapide sur substrat de graviers.

L’avifaune nicheuse locale d’intérêt patrimonial comprend nombre d’espèces rares et localisées en région P.A.C.A. et dans le département des Alpes Maritimes, en particulier des espèces liées aux milieux aquatiques et littoraux: la Marouette ponctuée (Porzana porzana), espèce paludicole déterminante, très rare, sporadique et extrêmement localisée, nicheuse en nette régression en France depuis le XIXème siècle, le Blongios nain (Ixobrychus minutus), espèce paludicole déterminante liée aux phragmitaies, devenue rare et localisée en France et en région P.A.C.A. à la suite d’une régression marquée de ses effectifs reproducteurs, l’Autour des palombes (Accipiter gentilis), rapace forestier remarquable, d’affinité médioeuropéenne, affectionnant les grands massifs forestiers avec des clairières jusqu’à 2 000 m. d’altitude, la Sterne pierregarin (Sterna hirundo), espèce déterminante et localisée liée aux milieux aquatiques et littoraux, dont jusqu’à 200 couples nichent sur les rives du Var et à son embouchure, la Sterne naine (Sterna albifrons), espèce littorale déterminante, rare et très localisée en région P.A.C.A., les rives du Var constituant son unique station de nidification du département des Alpes Maritimes (au moins 2 couples présents), le Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), espèce paléarctique remarquable, liée aux rivières et torrents à courant rapide, assez localisée et peu abondante comme nicheuse en région P.A.C.A., le Petit Gravelot (Charadrius dubius), espèce remarquable plutôt localisée en région P.A.C.A. et liée au milieu aquatique (cours d’eau), le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), espèce littorale remarquable, localisée et assez rare en région P.A.C.A., dont une vingtaine de couples nichent localement (seule station de cette espèce dans le département des Alpes Maritimes), le Petit duc scops (Otus scops), espèce remarquable de nette affinité méridionale, encore assez fréquente mais en diminution sensible, la Huppe fasciée (Upupa epops), espèce remarquable de milieux semi ouverts, d’affinité méridionale, en diminution aujourd’hui, présent jusqu’à 1 800 m. d’altitude, le Pic épeichette (Dendrocopos minor), espèce forestière remarquable plutôt localisée et pas très fréquente en région P.A.C.A., liée aux forêts claires de feuillus caducifoliés jusqu’à 1 600 m. d’altitude, affectionnant en particulier les formations de ripisylves, l’Hirondelle rousseline (Cecropis daurica), espèce déterminante d’affinité méditerranéenne, en expansion en région P.A.C.A., le Cincle plongeur (Cinclus cinclus), espèce remarquable, liée aux cours d’eau froids, propres et bien oxygénés, à courant plutôt vif, de 100 à 2 400 m. d’altitude, le Monticole bleu (Monticola solitarius), espèce rupicole remarquable, d’affinité méditerranéenne, peu abondante et assez localisée, se rencontrant dans les zones de falaises et d’escarpements rocheux, les gorges, les ruines, les garrigues claires rocailleuses, jusqu’à 1 600 m. d’altitude, la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), espèce remarquable de milieux ouverts et semi ouverts, en régression à l’heure actuelle, le Bruant proyer (Emberiza calandra), espèce remarquable de milieux ouverts, encore assez fréquente de nos jours mais en régression.

En ce qui concerne les arthropodes, leur peuplements sont diversifiés et comprennent des espèces peu communes parmi les crustacés et insectes, dont plusieurs espèces sont endémiques des Alpes-Maritimes voire même de la vallée du Var.

Chez les crustacés, signalons la présence du Gammare Echinogammarus pungens, espèce remarquable d’Amphipodes, peu fréquente et localisée en région P.A.C.A. à l’embouchure de quelques fleuves et rivières des Alpes-Maritimes, du Var et des Bouches‑du‑Rhône (Var, Siagne, Argens, Touloubre, Rhône),des cloportes Trichoniscus nicaensis, dont une seule station est connue pour cette espèce, endémique des Alpes-Maritimes, sur les rive du fleuve Var, et le Cloporte Armadillidium simoni, espèce remarquable calcicole, des pinèdes, chênaies et garrigues jusqu’à 650 mètres d’altitude, liée aux substrats datant de l’ère secondaire, principalement les calcaires jurassiques, endémique des Alpes-Maritimes mais localement abondante, ainsi que de l’Aselle Proasellus rouchi, espèce remarquable et endémique d’Isopodes Asellidés, inféodée aux nappes de graviers et sables sous écoulement du fleuve Var.

Quant aux insectes, les coléoptères sont notamment représentés par des espèces endémiques, citons le staphylin Paramaurops varensis, espèce déterminante de la sous-famille des Pselaphinés (Coléoptères endogés), d’affinité méditerranéenne et endémique des départements du Var et des Alpes-Maritimes (débordant sur les Alpes de Haute-Provence), où il est bien répandu, le carabique Harpalus punctipennis, espèce déterminante de Carabidés orophile, endémique des Alpes de Haute-Provence et des Alpes-Maritimes où elle est très localisée, présente sous les pierres dans les éboulis et prairies alpines,, le carabique Laemostenus obtusus, espèce déterminante cavernicole et troglophile, endémique franco-italienne, en limite d’aire et strictement localisée en France aux départements des Alpes de Haute-Provence et des Alpes-Maritimes, entre 350 et 1 700 mètres d’altitude dans les grottes et les cavités et le Charançon Trachyphloeus lothari, espèce déterminante de Curculionidés, endémique des Alpes-Maritimes françaises où elle est localisée à seulement deux stations. Chez les odonates, signalons la présence de l'Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), espèce remarquable et protégée qui affectionne les écoulements modestes à eaux courantes claires, ensoleillées et peuplées d'hydrophytes et du Caloptéryx occitan (Calopteryx xanthostoma), espèce remarquable d'odonate ouest-méditerranéen, inféodée aux rivières à eaux claires. Parmi les orthoptères, citons le Dolichopode dauphinois (Dolichopoda azami), espèce cavernicole endémique franco-italienne du sud-ouest des Alpes, assez répandue, troglophile, hygrophile et lucifuge, liée aux grottes, fentes des rochers et autres recoins obscurs et humides.

Enfin, les peuplements de lépidoptères sont représentés les espèces patrimoniales suivantes : l’Alexanor (Papilio alexanor), espèce déterminante de lépidoptère, protégée au niveau européen, rare et dont l’aire de répartition est morcelée, inféodée aux éboulis et pentes rocailleuses jusqu’à 1700 m d’altitude où croît sa plante hôte locale Ptychotis saxifraga, l’Hespérie des cirses (Pyrgus cirsii), espèce remarquable d’Hespéridés en régression, inféodée aux milieux ouverts et secs, et l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, pelouses et friches sèches avec présence de ses plantes hôtes, des serpolets et de sa principale fourmi hôte, Myrmica sabuleti.

Commentaires sur la délimitation

La znieff prend en compte l’ensemble du cours du Var depuis la commune d’Entraunes jusqu’à son embouchure à Saint-Laurent-du-Var.