Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020253
COLLINES DU RECOUX

(n° régional : 83122100)

Commentaires généraux

Commentaire général

Le Recou est un anticlinal calcaire brisé au N-E par la grande faille des coudouls au Vieux-Cannet. A sa base affleurent les pélites rouges du permien.

Flore et habitats naturels

Les associations rupestres sont particulièrement développées au Pas Recou, avec la formation à Asplenium petrarchae enrichie d’éléments thermophiles comme le Gaillet sétacé (Galium setaceum). C’est là que, surtout à l’ubac, se trouve une importante population d’Amarinthe (Prangos trifida), connue ici depuis le milieu du XIXème siècle (Hanry in Huet, 1860). Elle est accompagnée par la petite Férule (Ferulago campestris) qui se retrouve aussi sur les coteaux bien exposés de Sainte-Héléne. Au pied nord des hautes falaises, la Scolopendre a été signalée (Asplenium scolopendrium). Les pelouses sèches recèlent peut-être encore le Picris très élevé signalé régulièrement jusque dans les années 1950. Les talus érodés sur pélites portent de beaux peuplements d’Astragale hérisson, et très localement vers le Vieux Cannet, du Sainfoin de Crète (Astragalus echinatus et Onobrychis aequidentata). Une tuffière est à signaler dans le vallon des Maigres.

Faune

Seulement deux espèces animales patrimoniales, toutes deux déterminantes, fréquentent cette zone : la Tortue d’Hermann, présente en faible densité, et le Cloporte de Provence (Porcellio provincialis), espèce rare de Crustacés Isopodes, endémique des collines calcaires sèches de Provence et des Préalpes du sud.

Commentaires sur la délimitation

Logique de massifs englobant le Recou et la colline voisine de Sainte-Hélène, tout en évitant les zones trop abîmées (carrières, lotissements) et en privilégiant les habitats ouverts, de manière à englober les différentes populations d’espèces patrimoniales.