ZNIEFF 930020362
BARRE DES DOURBES - SOMMETS DE COUARD, DE CUCUYON ET DE CLUCHEMET - COL DE LA CINE

(n° régional : 04123161)

Commentaires généraux

Description
Localisé au centre du département des Alpes de Haute Provence, le site est établi sur les communes de Digne-les-Bains, Draix, Tartonne, Archail et Clumanc. Il englobe la crête principale et ses sommets de versant culminant au sommet du Couard.
Sur le plan géologique, le site est composé de roches sédimentaires associant des calcaires, marno calcaires et marnes du Crétacé et du Jurassique. Les calcaires tithoniques (Jurassique supérieur) plus durs ont engendrés des escarpements et de petites falaises qui couronnent la crête sommitale sur toute sa longueur. Le versant ouest du site est occupé par des terrains marneux (terres noires du Bathonien et de l’Oxfordien) plus friables et parcourus de profondes ravines. Les éboulis anciens ou encore actifs et les zones de glissements occupent la majeure partie de ce versant.
Le site est soumis à un climat de montagne aux influences supra méditerranéennes marquées.
Etendu entre 1000 m et 2000 m d'altitude, il s'inscrit dans les étages de végétation montagnard et subalpin.
Falaises et escarpements calcaires, éboulis, rocailles, pelouses et prairies subalpines et montagnardes, landes, fruticées, hêtraies, pinèdes et mélèzins en sont les principales composantes du paysage minéral et végétal.

Milieux naturels
Le site compte six habitats remarquables ou représentatifs avec les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae Cystopteridion fragilis (62.15)], les éboulis calcaires alpins, à éléments moyens, à Tabouret à feuilles rondes (Noccaea rotundifolia) [all. phyto. Thlaspion rotundifolii (61.22)], qui possèdent de nombreuses plantes endémiques des Alpes sud occidentales, les éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.3)], les landes épineuses oro méditerranéennes à Astragale toujours verte (Astragalus sempervirens) [all. phyto. Ononidion cenisiae (31.7E)], les pelouses écorchées à Avoine toujours verte (Helictotrichon sempervirens) des Alpes du sud [sous all. phyto. Ononido cristatae Helictotrichenion sempervirentis (36.432)], les landes xérophiles d’adret à Genévrier nain (Juniperus nana) et/ou Raisin d’ours (Arctostaphylos uva ursi) [all. phyto. Juniperion nanae (31.43)] et les pinèdes sylvestres sèches supra méditerranéennes [all. phyto. Cephalanthero rubrae Pinion sylvestris (42.59)].

Flore
Le site comprend six espèces végétales déterminantes. Trois d’entre elles sont protégées au niveau national : l'Ancolie de Bertoloni (Aquilegia reuteri), superbe renonculacée endémique des Alpes du Sud-Ouest, le Dracocéphale d'Autriche (Dracocephalum austriacum), labiée à floraison spectaculaire inféodée aux rocailles et pelouses steppiques, rarissime en France et inscrite au Livre Rouge National des espèces menacées, et la Pivoine velue (Paeonia officinalis subsp. huthii), plante spectaculaire des bois clairs, lisières et landes. Le Doronic mort aux panthères (Doronicum pardalianches), rare composée forestière des boisements frais de l’étage montagnard, et le Cotonéaster intermédiaire (Cotoneaster x intermedius) constituent les autres espèces végétales déterminantes du site.
Le site possède également deux autres espèces végétales remarquables, dont une est protégée au niveau national : la Primevère marginée (Primula marginata), plante à floraison spectaculaire et typique des parois calcaires, et l'Androsace de Chaix (Androsace chaixii), primulacée endémique, typique des hêtraies calcicoles du sud-est de la France.

Faune
Ce site possède un cortège faunistique d’un intérêt patrimonial élevé avec vingt espèces animales patrimoniales, dont dix sont déterminantes.
Les oiseaux nicheurs de ce site comprennent plusieurs espèces qui méritent d’être mentionnées telles que l’Autour des palombes (Accipiter gentilis), Le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), le Tétras lyre (Tetrao tetrix), espèce fragile, emblématique des Alpes, la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), le Pipit rousseline (Anthus campestris), le Pic noir (Dryocopus martius), la Fauvette grisette (Sylvia communis), le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), le Bruant fou (Emberiza cia), le Bruant ortolan (Emberiza hortulana). L’herpétofaune locale renferme notamment la Vipère d’Orsini (Vipera ursinii), reptile déterminant d’affinité orientale aujourd’hui rare, très localisé, en régression et menacé d’extinction en France, inféodé aux pelouses rocailleuses à genévriers.
Parmi les insectes d’intérêt patrimonial, sont connus sur ce périmètre le Moiré de Provence (Erebia epistygne), espèce déterminante de lépidoptère d’affinité méditerranéo-montagnarde dont l’aire de répartition ibéro-provençale est morcelée et restreinte, inféodée aux pelouses sèches à fétuques (surtout Festuca cinerea), l’Apollon (Parnassius apollo), espèce alpine remarquable et en régression de Papilionidés, relicte de l’ère tertiaire, protégée au niveau européen, habitant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées des étages montagnard à alpin, entre 300 et 2500 m d’altitude, le Semi apollon (Parnassius mnemosyne), espèce déterminante protégée au niveau européen, d'affinité montagnarde et liée à la présence de corydales, qui fréquente les pelouses rases sur les crêtes et en lisière forestière, surtout entre 1000 et 2000 mètres d’altitude et l’Apollon (Parnassius apollo), espèce remarquable protégée au niveau européen, relicte de l’ère tertiaire, habitant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 500 et 2 500 m. Concernant les coléoptères, 5 espèces de taupins (Elatéridé) déterminantes ont été signalées sur ce secteur : l’Athous frigide (Athous frigidus), espèce endémique franco-italienne ici en limite d’aire, liée aux prairies sèches de montagne et souffrant de la colonisation de ses biotopes ouverts de prédilection par les ligneux, l’Athous olbiensis que l’on retrouve aussi sur le Massif de la Sainte-Baume et de Lure, l’ Athous puncticollis, espèce endémique franco-italien ici en limite d’aire et recherchant les milieux forestiers et le Megathous nigerrimus, espèce endémique franco-italienne en limite d’aire en région Provence‑Alpes‑Côte d’Azur, à répartition restreinte et localisée.
Deux espèces de Charançons déterminantes sont également à signaler sur ce secteur : le Charançon Polydrusus griseomaculatus, espèce endémique provençale des départements du Vaucluse, où on ne la rencontre qu’au Mont Ventoux, des Alpes de Haute Provence et des Alpes Maritimes et le Charançon Trachyphloeus recognitus, espèce endémique de la Barre des Dourbes.
Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF
Cette ZNIEFF de type 1 est incluse dans la ZNIEFF de type 2 «Massif de la montagne de Coupe   barre des Dourbes   le Couard».

Commentaires sur la délimitation

Le site englobe une crête d’altitude élevée et ses sommets de versant proches. Ses limites, qui englobent des habitats et populations d’espèces à forte valeur patrimoniale, tentent de s’appuyer le plus possible sur des repères géographiques ou paysagers importants, lorsqu’il en existe (ruptures de pente, sentiers, lisières…).