Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020380
CÔTEAUX ET PLATEAUX STEPPIQUES EN RIVE DROITE DE LA DURANCE, DES BAUMES À LA CHAPELLE SAINT-JAMES

(n° régional : 05100156)

Commentaires généraux

Description

Localisé dans la partie est du département des Hautes-Alpes, en bordure est du massif des Ecrins, dans la région de l’Embrunais, le site correspond au bas de versant en rive droite de la vallée de la Haute Durance.

Le site s'étend sur un substrat d'anciennes alluvions glaciaires, où affleurent localement des calcaires marneux.

Localisé dans la zone biogéographique intra-alpine dauphinoise, il est soumis à un climat montagnard de type continental marqué.

Il s’étend de 820 m à 935 m d'altitude et est totalement inclus dans l’étage de végétation montagnard inférieur.

Longé par la Durance, il est caractérisé par l'une des plus belles pelouses d'affinités steppiques des Alpes françaises, au regard de sa diversité biologique et de son état de conservation.

Milieux remarquables

Les pelouses steppiques sub-continentales [all. phyto. Stipo capillatae-Poion carniolicae (34.31)] constituent le seul habitat déterminant du site. Il s’agit d’un milieu semi-ouvert thermoxérophile d'une très grande valeur patrimoniale, qui apparaît de manière très caractéristique, avec l’ensemble de son cortège floristique, enrichi d'espèces végétales d'origine orientale et méditerranéenne).

Trois autres habitats remarquables sont présents : les pinèdes de Pin sylvestre (Pinus sylvestris) [all. phyto. Ononido rotundifolii-Pinion sylvestris (42.53) et Deschampsio flexuosae-Pinion sylvestris (42.55)], les pelouses pionnières calcicoles écorchées sur dalles rocheuses calcaires à Orpins (Sedum pl. sp.) et Joubarbes (Sempervivum pl. sp.) [all. phyto. Alysso-sedion albi (34.1)], milieux ponctuels disséminés au sein du complexe de pelouses, et les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)].

Notons la présence d'un autre habitat présentant un intérêt écologique marqué et à forte iodiversité : les prairies sèches méso-xérophiles à Brome dressé (Bromus erectus) [all. phyto. Mesobromion erecti (34.3265)].

Flore

Le site comprend une espèce végétale remarquable protégée en France : la Tulipe sauvage (Tulipa sylvestris subsp. sylvestris), belle liliacée aux fleurs jaunes affectionnant les friches culturales, ainsi qu’une espèce végétale protégée en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : la Gagée des champs (Gagea villosa) petite liliacée rudérale aux fleurs jaunes.

Faune

Ce site présente un patrimoine faunistique d’un intérêt élevé. Vingt-sept espèces animales patrimoniales, dont quatre déterminantes, y ont été inventoriées.

Au rang des mammifères locaux d’intérêt patrimonial, il convient de citer le Grand Murin (Myotis myotis), espèce de chauve-souris déterminante dont un important gîte de reproduction est situé à proximité immédiate du site, rendant probable l'existence de gîtes de reproduction secondaires dans la ZNIEEF. Les oiseaux nicheurs sont particulièrement représentés : le Moineau soulcie (Petronia petronia), espèce déterminante paléoxérique, d’affinité méridionale, le Circaète Jean le blanc (Circaetus gallicus), la Bondrée apivore (Pernis apivorus), le Grand duc d’Europe (Bubo bubo), le Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis), la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), l'Alouette lulu (Lullula arborea) et le Bruant ortolan (Emberiza hortulana), espèces remarquables d'intérêt communautaire, la Caille des blés (Coturnix coturnix), le Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), espèce remarquable d'affinité montagnarde où il recherche les rives de cours d'eau non pollués, le Pipit rousseline (Anthis campestris) espèce méridionale considérée vulnérable en Europe, la Fauvette grisette (Sylvia communis), le Torcol fourmilier (Jynx torquilla) et le Bruant fou (Emberiza cia).

Les insectes d’intérêt patrimonial sont représentés par un orthoptère, la Courtilière commune (Gryllotalpa gryllotalpa), espèce remarquable ayant régressée au cours des dernières décennies, observée dans les zones humides et parfois les jardins bien arrosés, un odonate, le Sympétrum du Piémont (Sympetrum pedemontanum), espèce remarquable des canaux et cours d'eau intermittents, peu commune en France et dont le bassin de la Durance représente un bastion et huit espèces remarquables et déterminantes de lépidoptères : l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, pelouses et friches sèches avec présence de ses plantes hôtes, des serpolets et de sa principale fourmi hôte, Myrmica sabuleti, jusqu’à 2400 m d’altitude, l’Apollon (Parnassius apollo), espèce remarquable d'affinité montagnarde, protégée au niveau européen, peuplant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 500 et 2500 m d’altitude, le Moiré de Provence (Erebia epistygne), espèce déterminante d’affinité méditerranéo-montagnarde dont l’aire de répartition ibéro-provençale est morcelée et restreinte, inféodée aux pelouses sèches à fétuques (surtout Festuca cinerea), la Piéride de la roquette (Euchloe simplonia), espèce remarquable à aire disjointe des Alpes occidentales, Pyrénées et monts Cantabriques, inféodée aux pelouses subalpines où croissent ses plantes hôtes des Brassicacées, l’Hermite (Chazara briseis), espèce remarquable bien représentée localement mais globalement en forte régression, liée aux milieux très ouverts et secs où croissent ses plantes-hôtes, plusieurs graminées (fétuques et brachypodes) le Louvet (Hyponephele lupina), espèce déterminante d’affinité méditerranéo-steppique, très localisée, rare et en régression et l’Isabelle (Actias isabellae), espèce déterminante de lépidoptère nocturne emblématique des Alpes du sud, protégée au niveau européen, de répartition ouest-méditerranéenne morcelée (en France : Hautes-Alpes, Alpes de-Haute-Provence et Pyrénées-Orientales), principalement inféodée aux peuplements de Pin sylvestre des versants abrités entre 600 et 1800 mètres d’altitude.

Enfin, les Crustacés sont représentés par l’Ecrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes), espèce remarquable aujourd’hui en régression.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 n’est pas incluse dans une ZNIEFF de type 2.

De part sa position le long de la Durance, large vallée glaciaire, qui est une voie importante de pénétration à l’intérieur des Alpes, le site se trouve sur un flux migratoire nord-sud.

Cette position géographique privilégiée se traduit dans les cortèges floristiques aux influences orientales et montagnardes marquées, auxquels s’ajoutent des remontées d’espèces méditerranéennes.

Le sol squelettique, associé à une pression pastorale suffisante, du plateau de la chapelle St-James limite la dynamique de recolonisation des pelouses steppiques par les ligneux. Seuls quelques secteurs font l'objet de l’installation de landes et de fourrés, prémices du reboisement par le Pin sylvestre (Pinus sylvestris). Ce stade de végétation ultime qui accroît les risques d'incendies et banalise le paysage ne s'est pas encore généralisé sur ce site.

Commentaires sur la délimitation

L’assemblage d’habitats rocheux et xérophiles (pelouses sèches, fruticées, boisements thermophiles) et de populations d’espèces à forte valeur patrimoniale est le critère essentiel ayant servi à la délimitation du site, dont le périmètre se cale sur des éléments topographiques marqués et sur des repères géographiques importants (ruptures de pente, routes, dessertes, etc.).