ZNIEFF 930020435
MONTAGNE DE MARE

(n° régional : 05136248)

Commentaires généraux

Description

Le site se situe à cheval entre l’extrémité sud est de la région des Baronnies, à l’extrême sud du département des Hautes Alpes et la bordure nord ouest du département des Alpes de Haute Provence, à l’ouest de la ville de Sisteron, sur les communes de Saint Vincent sur Jabron et Eourres. Il comprend la partie sommitale de la montagne de Mare qui culmine à 1622 m et son versant sud.
Le site s’inscrit dans un ensemble de roches sédimentaires qui comprennent surtout des calcaires marneux et marnes du Berriasien et de l’Argovien, associés à des calcaires gris plus massifs et plus durs du Tithonique et du Kimméridgien, lesquels constituent l’ossature des crêtes et plateaux sommitaux et engendrent souvent de petites falaises et escarpements verticaux au niveau des ruptures de pentes. Les éboulis stabilisés couvrent des surfaces importantes sur les versants de pourtour.
Situé dans la zone biogéographique des préalpes sud dauphinoises, le site est soumis à un climat de type supra méditerranéen.
Il est inclus dans les étages de végétation supra méditerranéen et montagnard entre 1350 m et 1622 m d’altitude. La végétation se compose aux altitudes inférieures principalement de forêts claires xérophiles, comprenant surtout des chênaies pubescentes et des pinèdes sylvestres, et aux altitudes supérieures de pelouses, de rocailles et de landes. Sur les fortes pentes et sur substrat ébouleux, les pelouses rocailleuses sèches, les garrigues et les landes méditeranéo montagnardes dominent. Sur les pentes encore plus marquées et en pied de barres rocheuses, se trouvent des éboulis calcaires thermophiles. Quelques falaises et habitats rocheux surmontent le versant boisé en ubac.

Milieux remarquables

Le site compte deux habitats déterminants : les boisements de ravins ombragés et frais sur éboulis [all. phyto. Tilion platyphylli et Tilio platyphylli Acerion pseudoplatani (41.4)], principalement en ubac au pied des barres rocheuses, et les landes épineuses franco ibériques à Genêt de Villars (Genista pulchella subsp. villarsii) [All. phyto. Genistion lobelii (31.74)] qui se situent sur les crêtes au niveau de replats rocheux ventés.
Six autres habitats remarquables sont présents : les hêtraies calcicoles méridionales à Andosace de Chaix (Androsace chaixii) (41.1752), les pelouses écorchées pionnières des bas de falaises des rebords de corniches et des vires rocheuses ombragées d’ubac à Seslérie bleutée (Sesleria caerulea) et Androsace velue (Androsace villosa) [all. phyto. Seslerion elegantissimae (34.325)], les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae Cystopteridion fragilis (62.15)], les garrigues supra méditerranéennes à Thym (Thymus vulgaris) et Aphyllanthe de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis) [all. phyto. Helianthemo italici Aphyllanthion monspeliensis (32.63)], les landes supra méditerranéennes et oro méditerranéennes à Genêt cendré (Genista cinerea) et Lavande à feuilles étroites (Lavandula angustifolia) [all. phyto. Lavandulo angustifoliae Genistion cinereae (32.61 et 32.62)] et les éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.3)], ainsi que les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae Cystopteridion fragilis (62.15)].

Flore

Ce site abrite deux espèces végétales déterminantes : la Pivoine officinale (Paeonia officinalis subsp. huthii), plante spectaculaire qui occupe les bois clairs, lisières et landes du site et la Renoncule de Chas (Ranunculus chasii).
Il abrite également deux espèces végétales remarquables : la Gagée des prés (Gagea pratensis), protégée au niveau national et qui se rencontre sur les pelouses sèches et lande à Buis du site, et l'Anémone de Haller (Anemone halleri), qui fleurit au printemps sur les pelouses de crête.
Faune
Le site héberge dix-sept espèces patrimoniales de faune dont trois sont déterminantes.
Les oiseaux sont représentés par dix espèces remarquables : l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), espèce holarctique assez rare dans la région et présente du littoral à la haute montagne (concentrée sur les trois départements alpins) dans les milieux ouverts à sites rupestres, la Bondrée apivore (Pernis apivorus), rapace forestier d’affinité médioeuropéenne, recherchant les forêts claires de feuillus et les mosaïques de milieux boisés et de milieux ouverts, le Circaète Jean le Blanc (Circaetus gallicus), rapace d’affinité méridionale, au régime alimentaire ophiophage, l’Autour des palombes (Accipiter gentilis), espèce forestière peu commune et discrète, le statut du Tétras lyre (Tetrao tetrix), espèce remarquable fragile, emblématique des Alpes mais en régression sur les massifs externes, serait à préciser, le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), la Pie Grièche écorcheur (Lanius collurio), espèce de milieux ouverts et semi ouverts, en régression à l’heure actuelle, le Bruant fou (Emberiza cia), le Bruant ortolan (Emberiza hortulana) et le Monticole de roche ou Merle de roche (Monticola saxatilis).
La faune entomologique, d’un grand intérêt, est représentée par trois espèces déterminantes  : le Ropalope lombard (Ropalopus insubricus), de la famille des longicornes (Cérambycidés), rare, inféodée aux érables, plus rarement aux aulnes et aux frênes, présente en France presque exclusivement en région Provence Alpes Côte d’Azur, et quatre papillons de jour (lépidoptères rhopalocères), le Moiré de Provence (Erebia epistygne), espèce d’affinité méditerranéo montagnarde dont l’aire de répartition ibéro provençale est morcelée et restreinte, inféodée aux pelouses sèches à fétuques (surtout Festuca cinerea) et le Semi apollon (Parnassius mnemosyne), espèce déterminante et protégée au niveau européen, d'affinité montagnarde et liée à la présence de corydales, qui fréquente les pelouses et les lisières forestières, surtout entre 1000 et 2000 mètres d’altitude. Elles sont accompagnées de trois espèces remarquables : l'Échiquier de Russie (Melanargia russiae), espèce d'affinité steppique, localisée et dont la sous espèce cleanthe est endémique des montagnes du nord de l'Espagne et des Alpes du sud, l’Apollon (Parnassius apollo), espèce d'affinité montagnarde, protégée au niveau européen, peuplant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 500 et 2500 m d’altitude et le Cordulégastre bidenté (Cordulegaster bidentata), espèce localisée et peu commune inféodée par sa larve aquatique aux ruisseaux des versants pentus des montagnes sud européennes

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 est incluse dans les ZNIEFF de type 2 «05_136_100   Massifs des préalpes delphino provençales de la montagne de Chanteduc, du roc de Gloritte, des crêtes des Traverses et de l'Ane et de la montagne de Mare» et «04_146_100   Versants adrets de la crête de l'Ane et de la montagne de Mare».

Commentaires sur la délimitation

C’est une logique de massif qui préside ici également à la définition du site, lequel englobe une crête de moyenne montagne et ses flancs. Ses limites essaient de s’appuyer sur les bas de versant les plus marqués et sur les repères géographiques ou paysagers les plus évidents, tels que dessertes forestières, sentiers, ruptures de pentes, lisières…, lorsqu’il en existe. Au sud, elles coïncident avec la limite départementale.