Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020473
PLAINE DES MAURES (Type 1)

(n° régional : 83211150)

Commentaires généraux

Commentaire général

Cette zone représente la partie la plus préservée de la plaine des Maures. Cette plaine est constituée de grès permiens sur lesquels se développent de magnifiques formations végétales, et entoure la vallée alluviale de l’Aille.

Flore et habitats naturels

On trouve dans la Plaine des Maures, en particulier, toutes les communautés de milieux temporairement humides méditerranéens qui se développent au bord des mares ou au long des ruisseaux intermittents, ainsi que les formations mésophiles à Serapias ou celles des dalles rocheuses à andropogonées, fougères ou bulbeuses. La grande richesse flotistique et écosystémique de la plaine des Maures, ainsi que la beauté des paysages associés, lui vallent une réputation internationale, qui attire chaque année de nombreux naturalistes.

Faune

La Plaine des Maures possède un patrimoine faunistique extrêmement intéressant avec la présence au sein de la ZNIEFF de type I d’au moins 49 espèces animales d’intérêt patrimonial dont 16 sont déterminantes.

Le cortège avien nicheur y est très varié et riche en espèces déterminantes (Coucou geai, Rollier d’Europe, Pie-grièche à tête rousse, Blongios nain) et remarquables ( Bihoreau gris, Bondrée apivore, Autour des Palombes, Faucon hobereau, Petit duc scops, Guêpier d’Europe, Huppe fasciée, Martin pécheur, Pies-grièches écorcheur et méridionale, Bruant ortolan, Bruant proyer, Alouette Lulu, Pipit rousseline, Pic épeichette). C’est aussi l’une des zones primordiales pour la survie en France et en Provence de 3 espèces patrimoniales de reptiles qui possèdent ici sans doute leurs plus belles populations : il s’agit bien sûr de la Tortue d’Hermann, de la Cistude d’Europe et du Lézard ocellé. Chez les amphibiens, sont notamment présents le Pélodyte ponctué et la Grenouille agile. Les mammifères sont en particulier représentés par plusieurs espèces de chauves souris : le Petit Rhinolophe, le Grand Rhinolophe, le Petit Murin, la Noctule de Leisler, le Murin à Oreilles échancrées, le Minioptère de Schreibers, le Murin de Bechstein, le Vespère de Savi.

Le cortège des invertébrés patrimoniaux est tout à fait intéressant avec entre autres des espèces telles que la Diane (Zerynthia polyxena), espèce méditerranéo-asiatique, protégée au niveau européen, localement inféodée à Aristolochia pistolochia et parfois Aristolochia pallida, dans les chênaies claires et pentes rocailleuses bien exposées jusqu’à 1300 m d’altitude, la Nonagrie des marais (Archanara geminipunctata), espèce palludicole remarquable présente un peu partout en France mais plus localisée dans le Sud dont la chenille endophyte vit dans les tiges de Phragmites australi, , le Coléoptère du sol Leptotyphlus lucensis, le Macrotome écussoné (Prinobius myardi), espèce déterminante de coléoptère longicorne (Cerambycidae), dont la présence en France est pour l’essentiel limitée à de vieux boisements de chênes lièges, dont la larve se nourrit du bois sénescent ou mort, en Corse et dans le Var siliceux, le carabique Metadromius myrmidon, espèce déterminante très rare du Midi de la France, qui semble surtout inféodée à la litière des cistes dans les endroits secs et sablonneux, le Lepture à deux taches (Nustera distigma), espèce remarquable de coléoptère longicorne (Cerambycidae) d'affinité ouest-méditerranéenne à aire morcelée, dont les collines du Var rassemble la principale population française, le Melolonthidae Triodonta bucculenta, le coléoptère Mimela junii, espèce remarquable de coléoptère de la famille des rutelidés, très localisée et en populations dispersées en France dans les milieux sablonneux, le Staphylin Abemus chloropterus, la Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii), espèce remarquable d’odonate, protégée en Europe, d’affinité ouest-méditerranéenne, dont la larve aquatique se développe au niveau du chevelu racinaire des arbres rivulaires des cours d’eau de plaine et certains lacs bordés par la ripysylve, l'Ephippigère de Provence (Ephippiger provincialis) ou « boudrague », espèce remarquable et endémique provençale qui peuple les friches, bois clairs et clairières qu’elle anime de sa stridulation durant les chaudes journées d’été. Enfin, citons le Scorpion languedocien (Buthus occitanus), espèce remarquable xéro-thermophile d’affinité ouest-méditerranéenne, peu commune et affectionnant les sols meubles voire sablonneux fréquent sur le site sur les secteurs à dalles de grès.

Commentaires sur la délimitation

Toutes les parcelles anthropiques (vignes notamment) ont été évitées dans le contour de la ZNIEFF.

Les zones jugées trop abîmées ou mitées par les activités humaines également.