ZNIEFF 930020532
CORDON LITTORAL DE LA MADRAGUE A L'ILE ROUSSE ET COLLINE DE LA GACHE

(n° régional : )

Commentaires généraux

Flore
Flore halophile et halorésistante classique mais bien conservée. Localement, l’Oléolentisque côtier est bien développé. La garrigue à romarin (Rosmarinus officinalis) et bruyère (Erica multiflora) sous pins pignons (Pinus pinaster) ou pins d’Alep (Pinus halepensis) occupe de grandes surfaces avec présence de quelques espèces ibériques en limite d'aire. Persistance, malgré les aménagements, d'une florule de grand intérêt avec la très rare Violette sous-arbustive (Viola arborescens), ainsi que l'Astragalede Marseille (Astragalus tragacantha), le Liseron laineux (Convolvulus lanuginosus). L'Hélianthème à feuille de Lavande (Helianthemum syriacum) qui était là à sa limite orientale absolue en France, n'a pas été confirmé récemment. La colline de la Gâche montre une formation dunaire tout à fait remarquable à plusieurs égards. Tout d'abord par son origine éolienne, du temps où les plages de sables n'avaient pas été remplacées par l'agglomération de Saint-Cyr, et d'autre part car on y retrouve un cortège psammophile devenu, hors Camargue, exceptionnel en Provence. Des espèces autrefois communes mais aujourd'hui très raréfiées dans la région s'y trouvent : la Cruciannelle maritime (Crucianella maritima), l'Impérata (Imperata cylindrica) avec ses inflorescences soyeuses, le Pâturin intermédiaire (Catapodium rigidum subsp. hemipoa) etc. Cette formation dunaire remarquable est menacée par un excès de fréquentation.

Faune
Neuf espèces d’intérêt patrimonial sont présentes dans cette zone, dont cinq sont déterminantes.
Les mammifères sont représentés par le Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii), espèce déterminante typiquement méditerranéenne et strictement cavernicole présente dans les régions aux paysages karstiques riches en grottes.
Chez les oiseaux nicheurs, ou probablement nicheurs, citons la présence deux espèces déterminantes, le Cormoran de Desmaret ou Cormoran huppé de Méditerranée (Phalacrocorax aristotelis desmarestii), oiseau marin côtier, nicheur dans la région depuis 1999 et dont les observations sont en augmentation régulière et le Puffin cendré (Calonectris diomedea), espèce pélagique nichant dans des zones de falaises ou d'escarpements rocheux du littoral, accompagnées de deux espèces remarquables, le Monticole bleu (Monticola solitarius) et le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), espèce paléo-montagnarde relativement rare, recherchant les gorges et escarpements rocheux.
Du côté des invertébrés, deux espèces déterminantes de lépidoptères se rencontrent dans cette zone : le Faux-cuivré smaragdin ou Ballous (Tomares ballus), espèce ouest méditerranéen inféodée aux pelouses, vergers extensifs et abords de cultures exemptes de pesticides et où croissent des petites légumineuses dont se nourrit sa chenille, notamment Tripodion tetraphyllum et la Thécla de l'arbousier (Callophrys avis), Lycénidés d'affinité ouest-méditerranéenne liée aux maquis et garrigues à Arbousier, son unique plante-hôte.
Deux mollusques remarquables ont également été inventoriés : l'Elégante des calanques (Tudorella sulcata), taxon ouest-méditerranéen à aire de répartition fragmentée, en France, localisé aux massifs calcaires littoraux des Bouches-du-Rhône et de l’ouest du Var où il peut y être plus ou moins abondant et Marmorana serpentina, de la famille des Helicidae.

Commentaires sur la délimitation

Les motivations de la délimitation de cette ZNIEFF sont avant tout d’ordre fonctionnel, de façon à inclure des habitats et populations d’espèces à forte valeur patrimoniale. Le positionnement de ses limites est établi au mieux sur des repères visuels marqués et sur des éléments topographiques ou géographiques important.