Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

6120 - Pelouses calcaires de sables xériques

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractères généraux

Les pelouses calcicoles des sables xériques constituent un habitat rare des sables calcaires des régions continentales ou tout au moins soumises à de fortes influences continentales. En France, elles n’apparaissent que sur les sables siliceux enrichis en calcaire ou les sables calcaires des régions tertiaires du Bassin parisien, sur les sables alluviaux riches en base des vallées du Rhin, de la Seine, de la Loire, de l’Allier et du Rhône.
En contexte alluvial, l’habitat, associé aux perturbations hydrodynamiques des grands fleuves (Loire, Allier), présente souvent un caractère primaire sur les terrasses plus ou moins régulièrement rajeunies par les inondations. Ailleurs, il s’agit de situations secondaires héritées pour une part des traditions de parcours pastoraux et pour une autre part de perturbations anthropiques ponctuelles. Le lapin qui affectionne les substrats sableux propices au creusement de terriers a longtemps joué un rôle déterminant dans le maintien de ces communautés, rôle aujourd’hui en déclin considérable depuis la crise de la myxomatose.
L’aspect de l’habitat est habituellement celui d’une pelouse rase très écorchée avec un recouvrement herbacé assez faible, généralement doublé par un tapis de mousses et de lichens très développé. En France, l’habitat est surtout représentatif du domaine biogéographique continental, mais s’avance assez loin le long des fleuves dans le domaine atlantique.
La gestion de ces pelouses passe par un pâturage extensif qui permet d’en rajeunir le tapis végétal.

Déclinaison en habitats élémentaires

Bien que rarissime et en voie de disparition, l’habitat est encore imparfaitement connu et caractérisé en France, suite notamment aux difficultés d’analyse typologique et structurale des complexes de pelouses sur sables, ainsi qu’aux informations fragmentaires sur les espèces des genres Festuca et Koeleria. Un seul habitat élémentaire est proposé pour les quatre associations actuellement connues.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 1. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 445 p. + cédérom. (Source)

ALLORGE P., 1922 - Les associations végétales du Vexin français. A. Lesot, Nemours, thèse 342 p., 16 pl. et 1 carte h.-t.

BELIN B., 1978 - Contribution à l’étude des prairies mésoxérophiles à Chiendent des vallées de l’Allier et de la Loire. université de Clermont-Ferrand, manuscrit, 61 p.

BILLY F., 1988 - La végétation de Basse Auvergne. Bull. Soc. Bot. du Centre-Ouest, NS, numéro spécial, 9 : 1-416.

BOURNÉRIAS M., 1979 - Guide des groupements végétaux de la région parisienne. Bassin parisien - Nord de la France (Écologie et phytogéographie). SEDES, 2e édition, Paris, 509 p.

BRAQUE R., DESCHATRES R. et LOISEAU J.-E., 1971. – Les landes à Armoise du lit majeur dans les vallées de la Loire moyenne, de l’Allier et du Cher. Bull. Assoc. Géographes 393-394 : 1-9, 1 tab. h.t.

GUITTET J. et PAUL, P., 1974. – La végétation des pelouses xérophiles de Fontainebleau et ses relations avec quelques facteurs édaphiques. Vegetatio, 29 (2) : 75-88. Den Haag.

JOVET P., 1949.- Le Valois : phytosociologie et phytogéographie. Éd. SEDES, Paris, 389 p.

LEMÉE G., 1937. – Recherches écologiques sur la végétation du Perche. Thèse, 389 p. + 13 pl. h. t., Librairie générale de l’enseignement, Paris.

LOISEAU J.-E. et BRAQUE R., 1972 - Flore et groupements végétaux du lit fluvial dans le bassin de la Loire moyenne. Études ligériennes (Coll. n° 11, Orléans 1971) : 96-167.

LOISEAU J.-E. et FELZINES J.-C., 1995. – Étude, évaluation et évolution de la végétation naturelle du cours oriental de la Loire. C.R. Acad. Agric. Fr., 81(1) : 83-98.

LOISEAU J.-E. et FELZINES J.-C., 1998 - Les vallées de la Loire et de l’Allier dans le cadre régional (Nivernais-Berry). Bulletin de la Société botanique du Centre-Ouest, NS, 29 : 371-396.

LOISEAU J.-E., 1978. – La végétation alluviale de la Loire moyenne et de l’Allier inférieur. Ann. C.R.D.P. Clermont-Ferrand 58 (300) : 23-39.

LOISEAU J.-E., 1997.- Flore et végétation des alluvions de la Loire et de l’Allier en Nivernais-Berry. Le Journal de botanique de la Société botanique de France, 2 : 27-44.

OBERDORFER E., 1978 - Süddeutsche Pflanzengesellschaften. Teil II. G. Fischer, Jena, 2e édition, 355 p.

PHILIPPI G., 1971 - Sandfluren, Steppenrasen und Saumgesellschaften der Schwetzinger Hardt (nordbadische Rheinebene). Veröff. Landesst. Natur. Landsch. Baden-Württemberg, 39 : 67-130.

Plans de gestion de sites gérés par le CREN BOURGOGNE : île de Brain, îles de Maison-Rouge.

ROYER J.-M., 1971 - À propos de quelques observations phytosociologiques sur le sud du département de la Nièvre (régions de Decize et de Nevers). Ann. Scient. Univ. Besançon, série 3, 10 : 117-125.