Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

9560 et 5210 - Forêts endémiques à Juniperus spp. (9560*) ou Mattorals arborescents à Juniperus spp. (5210) (Peuplements de Genévrier thurifère)

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractères généraux

Le Genévrier thurifère est un petit arbre à feuillage persistant, présent en France :
- dans les Pyrénées (Haute-Garonne et Ariège) ;
- dans les Alpes (quelques localités dans les Alpes du nord et la plupart dans les Alpes du sud) ;
- en Corse.
Au niveau de son aire générale on notera qu’il est présent uniquement autour de la Méditerranée occidentale : Moyen et Haut Atlas marocains, massif des Aurès en Algérie, Espagne, France et en quelques points en Italie, à proximité du col de Tende.
Il est appelé Genévrier d’Espagne ou Porte Encens en raison de l’odeur forte que le bois dégage à la chaleur. Il est caractérisé par la présence de petites feuilles en écailles. C’est un arbre dioïque qui présente, jeune, un houppier dense et conique (allure de Cyprès) et qui, avec l’âge, prend des formes très diverses avec des troncs souvent noueux et tordus. L’arbre « record » en France métropolitaine s’observe à Saint-Crépin (Hautes-Alpes) : il mesure 7 m de circonférence. La longévité est importante ; certains individus ont plusieurs centaines d’années (il pourrait approcher un millénaire).
On peut considérer le Thurifère comme une essence méditerranéo-montagnarde. En France, il se rencontre essentiellement dans les milieux secs et très chauds (espèce xérothermophile par excellence), par ailleurs très ensoleillés (espèce héliophile). On l’observe donc sur les pentes exposées au sud, au sud-ouest, de 300 à 1 800 m d’altitude.
Il recherche donc les falaises et rochers, calcaires ou siliceux (en Corse), bien exposés au soleil et les pentes fortes rocailleuses, s’installant dans des stations laissées libres par les autres essences forestières (barres rocheuses, corniches, pentes très rocailleuses), stations qui lui permettent d’échapper à la concurrence ligneuse. Mais on le retrouve sur des pelouses, ou des terrasses agricoles anciennement cultivées puis abandonnées.
On le rencontre dans les étages bioclimatiques suivants :
- supraméditerranéen inférieur (Alpes du sud, Pyrénées) ;
- supraméditerranéen moyen et supérieur (Alpes, Corse) ;
- montagnard sous influence méditerranéenne (Corse, Alpes du sud) ;
- montagnard des Alpes internes (Alpes).
Avec des cortèges floristiques bien différents.
Les Thurifères créent leur propre microclimat : sur rochers, sous son couvert, et sur sa litière se rassemblent des espèces forestières absentes en plein découvert.
La dissémination serait assurée essentiellement par les Oiseaux (Grive, Corvidés…) qui assurent le transport sur de courtes distances (fruits ou « galbules » lourds) et la levée d’inhibition avec l’ingestion.
Les Genévriers thurifères « nourrissent » un nombre élevé d’insectes et principalement de Lépidoptères (présence sur les peuplements d’espèces ayant comme centre de gravité l’Espagne et/ou l’Afrique du Nord).

Données dynamiques synthétiques expliquant la répartition de l’espèce sur un site :
Ce le schéma synthétique (cf. le cahier d’habitat) de T. Gauquelin (Gauquelin et al., 1999) résume parfaitement le comportement dynamique de cette essence. On peut penser qu’il était présent en France, au moins, depuis la fin de la dernière glaciation, favorisé souvent par un climat méditerranéen « froid » et semi-aride (Jalut et al., 1999). Il aurait alors constitué des forêts claires étendues (-).
Puis avec les variations climatiques à l’origine de la migration successive des essences actuelles, il aurait peu à peu reflué vers les zones marginales rocheuses que l’on peut considérer comme les actuelles stations primaires.
L’espèce présente donc un caractère relictuel qui est à l’origine de son grand intérêt patrimonial. Les forêts (chênaies pubescentes, pineraies diverses…) qui lui ont succédé furent en partie défrichées pour le pastoralisme, voire la culture.
À partir des semenciers des stations primaires, il a pu s’installer dans les pelouses pâturées lors des baisses d’activités agricoles ce qui a conduit à des pelouses piquetées d’arbres jeunes à l’origine de certains peuplements âgés remarquables actuels.
Avec la déprise pastorale et agricole, dans un premier temps il colonise ces espaces délaissés. Mais par ailleurs reviennent les essences potentielles (Chêne pubescent, Pin sylvestre, Pin laricio de Corse en dissémination du Pin noir d’Autriche introduit) ; peu à peu elles surciment le Genévrier et le font disparaître souvent par compétition.
La conservation des stations primaires pose peu de problèmes dans la mesure où elles sont à l’abri des incendies. Par contre les stations secondaires sont menacées à moyen terme par la reconquête de la forêt potentielle.

Variabilité des habitats au sein d’une région climatiquement homogène :
On peut donc distinguer des stations primaires :
- sur les barres rocheuses, les corniches… ;
- avec une flore pauvre en espèces, de fentes de rochers et de dalles ;
- sur les pentes fortes, chaudes, rocailleuses, sur des pelouses écorchées et des végétations de rochers et de dalles ;
- avec des arbres souvent de petite taille mais âgés ; ces stations correspondent à des complexes d’habitats.
Et des stations secondaires :
- sur d’anciens parcours pastoraux et donc sur des pelouses xérophiles ou des landes basses avec des individus plus ou moins âgés ;
- sur d’anciennes terrasses cultivées avec des populations jeunes piquetant des pelouses mésoxérophiles à xéroclines.
Quant à l’annexe I de la directive et au « Manuel d’interprétation
EUR 15 », ces deux documents distinguent :
- des forêts de Genévriers ;
- des matorrals (individus dispersés au sein de pelouses, landes, fruticées…) qui dériveraient de la dégradation des forêts.
Le plus souvent il n’en est rien : les jeunes peuplements correspondent à des phases pionnières, ayant pour origine les semences des peuplements en place.
On comprendra donc pourquoi nous traitons ensemble les forêts et les matorrals à Thurifères qui sont très liés spatialement et dans la dynamique des métapopulations.

Intérêt et données générales sur la gestion :
Compte tenu de la surface limitée qu’il occupe, de son caractère relictuel, le Genévrier thurifère possède un très grand intérêt patrimonial. Le paradoxe actuel est que l’espèce est en extension assez rapide sur une grande partie de son aire, mais qu’en même temps, il est menacé au cœur de certains de ses peuplements.
Les stations primaires souvent inaccessibles n’ont pas besoin d’une gestion particulière. Il faut simplement veiller à leur protection, éventuellement nécessaire, vis-à-vis des incendies.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)

ARCHILOQUE A. & BOREL L., 1965 - Une série résiduelle du Genévrier thurifère dans les Alpes du sud. Doc. Carte de la Végét. des Alpes III, Laboratoire de Biologie végétale de Grenoble et du Lautaret. Université de Grenoble, p. 119-132.

ARCHILOQUE A., BOREL L., DEVAUX J.-P., 1974 - Feuille d’Entrevaux (XXXV-41) au 1/50 000e. Bull. Carte Vég. Prov. Alp. Sud, I : 87-129.

ARCHILOQUE A., BOREL L., LAVAGNE A., 1970 - Feuille de la Javie (XXIV-40) au 1/50 000e. Documents pour la Carte de la Végétation des Alpes VIII, Laboratoire de Biologie végétale de Grenoble et du Lautaret. Université de Grenoble, p. 35-71.

BARBERO M. & QUEZEL P., 1986 - Place et rôle de Juniperus thurifera dans les structures de végétation des Alpes du sud. Lazaroa, 9, p. 255-275.

BARBERO M., et al., 1988 - Sur la découverte dans les Alpes-Maritimes italiennes du Genévrier thurifère (Juniperus thurifera L.), Webbia, 42 (1), p. 49-55.

BARTOLI M. et al., 1999 - Gestion intégrée d’un espace naturel : la Réserve biologique forestière de la montagne de Rié (Forêt communale de Marignac). ONF Actes du Colloque Genévrier thurifère, 26-27 sept. 97 Marignac (Haute-Garonne). Dossiers forestiers. XX.

BECKER M., et al., 1980 - Je reconnais les Arbres, Arbustes et Arbrisseaux. Région méditerranéenne. Édition A. Leson, Paris, p. 50-51.

BERTAUDIERE V., 1999 - Dendroécologie du Genévrier thurifère (Juniperus thurifera L.) dans la haute montagne méditerranéenne (Haut Atlas, Maroc) et dans une station xérothermique des Pyrénées centrales (France). Thèse Toulouse, 238 p.

BERTAUDIERE V., MONTES N., 1993 - Cartographie dynamique et aperçu floristique du versant sud de la station à Juniperus thurifera de la montagne de Rié (Haute-Garonne, France). Mémoire de maîtrise. Université de Toulouse, 55 p.

BERTAUDIERE V., MONTES, N., 1999 - Approche dendrochronologique du Genévrier thurifère : exemple de la montagne de Rié (Pyrénées, France). Dynamique du peuplement et sensibilité de l’arbre au climat. Actes du colloque Genévrier thurifère, 26-27 sept. 97, Marignac (Haute- Garonne). ONF Les dossiers forestiers.

BLOT J., 1992 - Situation et évolution des stations à Juniperus thurifera dans le massif des Pyrénées : impact du pastoralisme et rôle de l’avifaune pour la conservation des stations. Comm. Coll. Oiseaux et pastoralisme. Collection. Économie et Perspectives dans les systèmes agropastoraux européens. Pau, p. 1-9.

BONTZOLAKIS - BOUCHIA N., 1993 - Les peuplements à Genévrier thu- rifère de la montagne de Rié (Haute-Garonne). Approche édaphologique et fonctionnelle. DEA. Géographie et aménagement. Université de Toulouse, UPS 64 p.

BOREL A., POLIDORI J.-L., 1983 - Le Genévrier thurifère (Juniperus thu- rifera L.) dans le Parc national du Mercantour (Alpes-Maritimes). Bull. de la Soc. Bot. de France, Lettres botaniques, 130 (3), p. 227-242.

BOREL A., POLIDORI J.-L., 1986 - Le Genévrier thurifère, espèce nouvelle pour les Alpes-Maritimes. Le Monde des Plantes, 80 (423-424), p. 3-6.

BOULLARD B., 1986 - Les mycorhizes des Juniperus de la flore française. Bull. de la Société Mycologique de France, 102 (1), p. 1-18.

BRAUN-BLANQUET J., 1961 - Die Inneralpine trockenvegetation von der Provence bis zu Steiermark. Geobotanica Selecta, Stuttgart, 273 p.

BREISTROFFER M., 1936 - La flore de la vallée de la Méouge dans les Baronnies (Hautes-Alpes et Drôme). PV de la Société dauphinoise d’études biologiques, 277, p. 149-153.

CARENE, 1988 - Remembrement-Aménagement commune de Saint- Crépin, Hautes-Alpes. Étude réalisée pour la Direction départementale de l’Agriculture par le Bureau d’étude CARENE (Coopérative architecture énergie environnement), 75 p.

CHARRAS A., 1993 - Quelques réflexions sur le Genévrier thurifère des Baronnies ou sur quelques subtilités dans le découpage des départements en 1970. Gentiana, Société Botanique dauphinoise D. Villars, 3, p. 6-7.

CHAS E., 1994 - Atlas de la Flore des Hautes-Alpes. Conservatoire Botanique national Alpin de Gap, Conservatoire des Espaces naturels de Provence et des Alpes du sud, Parc national des Écrins, Gap, p. 80-81.

CLEU H., 1928 - Les Lépidoptères parasites de Juniperus thurifera dans les Hautes-Alpes. L’Amateur de Papillons, 4, 87-96.

CONRAD M., 1986 - Essai sur la répartition de Juniperus thurifera L. en Corse. Le Monde des Plantes, 80 (423-424), p. 1-2.

De COINCY A., 1897 - Sur le Juniperus sabina var. arborea des environs de Grenoble. Bull. de la Soc. Bot. de France, 44, p. 231-232.

De COINCY A., 1898 - Remarques sur le Juniperus thurifera L. et les espèces voisines du bassin de la Méditerranée. Bull. de la Soc. Bot. de France, 45, p. 429-433.

DEBAZAC E.-F., 1977 - Manuel des Conifères. Édition ENGREF, Nancy, p. 137-142.

DUPIAS G., 1960 - La montagne de Rié. Le Monde des Plantes n° 329, p. 3-5. GAUQUELIN T., LEBRETON Ph., 1998 - Systématique de Juniperus thurifera L. : le cas de la population pyrénéenne de la montagne de Rié (Haute-Garonne, France). J. Bot. Soc. Bot. Fr. 5, p. 105-109.

DURAFOUR A., 1940 - Le Genévrier porte encens. Bull. de la Société des Naturalistes de l’Ain, 54, p. 143-145.

ESCAREL G., 1952 - Notes sur des herborisations en Corse et confirmation sur l’existence de quelques espèces rares. Bulletin de la Société botanique de France, 99 : 144-145.

GAMISANS J., 1991 - La végétation des montagnes corses. Thèse Phytocoenologia, 4(4), p. 377-432, p. 384-395.

GAMISANS J., 1999 - La végétation de la Corse (2e édition). Édisud, Aix-en-Provence, 391 p.

GAMISANS J., et al., 1994 - Le Genévrier thurifère (Juniperus thurifera L.) en Corse. Candollea, 49, p. 600-607.

GAMISANS J., et Gruber, M., 1979 - La végétation du Niolu (Corse). Écol. Méditerr., 4, p. 141-156.

GAUQUELIN T., BERTAUDIERE V., MONTES N., BADRI W., ASMODE J.-F., 1999 - Endangered stands of thuriferous juniper in the western Mediterranean Basin. Ecological status, conservation and management. Biodiversity and Conservation. À paraître.

GAUQUELIN T., et al., 1988 - Le Genévrier thurifère, Juniperus thurifera L. (Cupressacée) : Analyse biométrique et biochimique ; propositions systématiques. Écol. Méditerr. Revue d’écologie terrestre et limnique, 14(3/4), 31-42.

GAUSSEN H., 1926 - Végétation de la moitié orientale des Pyrénées. Le Chevalier. Édit. Volume I, p. 19-336.

GAUSSEN H., 1967 - La classification des Genévriers (Juniperus). CRS. Ac. Sciences, 265 (D14), p. 954-957.

GAUSSEN H., 1968 - Les Gymnospermes actuelles et fossiles ; fascicule X : les Cupressacées. CNRS Toulouse, 327 p.

GRISON P., 1980 - Objets des études et nature des problèmes posés dans le Niolu. Écol. Méditerr. Revue écologie terrestre et limmique, 6 : études écologiques et ethnologiques dans le Niolu, p. 9-24.

GUERBY L., 1993 - Une nouvelle station de Genévrier thurifère (Juniperus thurifera L.) dans les Pyrénées : le Quié de Lujat (Ussat-les-Bains, Ariège). Le Monde des Plantes, 447, p. 26-27.

GUIGUES P., 1902 - Une forêt de Sabines dans les Hautes-Alpes. Bull. des Sci. Pharm., 5, p. 33-38.

GUINIER E., - Le Juniperus thurifera dans les Alpes. Note personnelle manuscrite. 2 p.

GUINIER P., - Le Juniperus thurifera en France. Notes personnelles (ENGREF Nancy).

GUINIER P., 1929 - Note biologique sur un Genévrier des Alpes françaises. Comptes rendus des séances de la Société de Biologie de Nancy, séance du 12 avril. Tome C, p. 1142-1144.

GUINIER P., 1931 - Le peuplement de Genévrier thurifère de Saint-Crépin (Hautes-Alpes). IIe Congrès international pour la Protection de la Nature, p. 235-238.

IDRISSI Hassani M., 1985 - Étude de la variabilité flavonique chez deux conifères méditerranéens : le Pin maritime et le Genévrier thurifère. Thèse doctorale. Université de Lyon I, 180 p.

JACAMON M., 1992 - Guide de Dendrologie : Arbres, Arbustes, Arbrisseaux des forêts françaises ; troisième édition. Édition de l’ENGREF, p. 78-82.

JALUT G., et al., 1999 - Le rôle possible du Genévrier thurifère dans la composition de la couverture végétale de la dernière transition glaciaire- interglaciaire dans les Pyrénées. Actes du colloque Genévrier thurifère, 26-27 sept. 97 Marignac (Haute-Garonne). ONF Dossiers forestiers. XX.

JENOT F., 1993 - Étude d’un peuplement à Juniperus oxycedrus L. MST Corte, 20 p.

LATHUILLIERE L., 1996 - Le Genévrier thurifère, élément remarquable du patrimoine naturel. Le Courrier de la Nature, 155 : p. 34-38 ; 157 : p. 36 39.

LAURENT L., 1933 - À propos de la découverte de nouvelles stations de Juniperus thurifera dans les basses Alpes. Revue de la Société Horticole et Botanique des Bouches-du-Rhône, 779, p. 88-93.

LAURENT L., 1934 - Une nouvelle station dans les basses Alpes de Juniperus thurifera. Le Monde des Plantes, 48, p. 27.

LAVAGNE A., et al., 1983 - Phytosociologie et cartographie : végétation du Parc naturel régional du Queyras. Biol. Écol. Méditerr., Annales de l’université de Provence, X(3), p. 178-188 et carte phytoécologique au 1/50 000e.

LEBRETON P., 1990 - Diversité biologique du Genévrier commun, espèce collective flavoniquement polymorphe. Écol.Méditerr., XVI. 13-39.

LEBRETON P., 1990 - La chimiotaxonomie des Gymnospermes. Bull. de la Soc. Bot. de France, 137(1), p. 35-46.

LEMOINE-SEBASTIAN C., 1964 - Observations sur les cônes femelles de quelques Juniperus. Bull. Soc. Bot. de France 111 (7-8), p. 316-320.

LEMOINE-SEBASTIAN C., 1966 - Les bois des Juniperus, essai d’anato- mie écologique de quelques espèces. Botanica Rhedonica, Série A, 2, p. 37-86.

LENOBLE F., 1924 - Découverte de Juniperus thurifera dans les montagnes du Diois (Drôme). Bull. de la Soc. Bot. de France, 71, p. 49-51.

LENOBLE F., 1935 - Les Genévriers de la Flore Française. L’Arbre. Bull. Soc. Fr. des Amis des Arbres, 2, p. 30-36.

LESTRA L., 1921 - Contribution à l’étude du Juniperus thurifera var. galli- ca. Thèse doctorale. Université de Lyon, Édition Guitard, Toulouse, 84 p.

LITARDIERE R. de, 1956 - Sur la présence en Corse de Juniperus phoeni- cea. CR Ac. Sc. 242, p. 2198-2201.

OFFNER J., 1922 - À propos d’un Genévrier intéressant ; Aire géogra- phique du Juniperus thurifera L. et du J. thurifera L. var Gallica. De Coincy. La Parfumerie moderne, Lyon, 3 p.

OFFNER J., BREISTROFFER M., 1949 - Sur la répartition géographique du Juniperus thurifera L. Soc. Sc. Dauphiné 63(1), p. 6-8.

ONF (SID de la Haute-Garonne et du Gers), 1995 - Révision d’aménage- ment de la forêt communale de Marignac 1995. 2014, 41 p.

OZENDA P., 1966 - Perspectives nouvelles pour l’étude phytogéograhique des Alpes du sud. Doc. Carte de la Végét. des Alpes IV. Université de Grenoble, p. 25-26 et p. 97-101.

PARDE J.-M., 1999 - Impact du pastoralisme sur le Genévrier thurifère. Expérience de pâturage par des chèvres pyrénéennes à la montagne de Rié (Marignac, Pyrénées centrales). ONF Actes du colloque Genévrier thuri- fère, 26-27 sept. 97 Marignac (Haute-Garonne). Dossiers forestiers. XX, p. 248-256.

PETIT A., 1995 - Étude de Juniperus thurifera L. en Corse. MST Corte, 31 p. et annexes.

PRAT H., 1940 - Sur les peuplements de Juniperus thurifera de la haute vallée de la Durance et leur signification écologique. Bull. de la Soc. Bot. de France, 87, p. 141-148.

QUEZEL P., 1980 - Biogéographie et Écologie des conifères sur le pourtour méditerranéen. In Actualités d’Écologie Forestière : Sol, Flore, Faune (Collection P. PESSON, Institut national Agronomique). Édition Gauthier- Villars, Paris, p. 205-255.

REVOL L., 1935 - Genévrier à encens (Juniperus thurifera L.) et son essen- ce. Bull. Sci. Pharm., 42, n° 11, p. 577-589.

REVOL L., 1937 - Juniperus thurifera L. dans le Vercors Septentrional. Bull. de la Soc. Bot. Linnéenne de Lyon, p. 100-103.

ROQUES A., et al., 1984 - La colonisation des cônes et galbules des gené- vriers méditerranéens par les insectes et acariens et son influence sur les possibilités de régénération naturelle de ces essences. Écol. Mediterr., 10(1-2), p. 158-169.

SAVOIE J.-M., 1995 - Les types de stations forestières des Pyrénées cen- trales. ONF, p. 11-78 et p. 123-127.

SIMI P., et GRISON P., 1980 - Spécificité du Niolu dans la Corse de l’inté- rieur. Écol. Méditerr. Revue écologie terrestre et limmique), 6 : études écologiques et ethnologiques dans le Niolu, p. 25-34.

VERNET J.-L., 1973 - Étude sur l’histoire de la végétation du sud-est de la France au Quaternaire d’après l’étude des charbons de bois principalement. Paléobiologie continentale (Montpellier), 4, 90 p. et 13 planches.

VIDAL L., 1897 - Note sur le Genévrier des environs de Grenoble. Bull. de la Soc. Bot. de France, 44, p. 51-58.

WIDMANN M., 1950 - Le Genévrier thurifère dans les Hautes-Alpes. Revue de Géographie Alpine, III, p. 493-508.