Platanthero bifoliae - Serapiadetum linguae B. Foucault et al. 1992

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse mésohygrophile oligotrophile acidicline thermo-atlantique sur substrat sidérolithique hydromorphe à pseudogley susceptible de s’assécher fortement en été.

Nom cité du syntaxon

Platanthero bifoliae - Serapiadetum linguae de Foucault et al. 1992 (Doc. Phytosociol., NS, XIV : 276, ‘… Serapietum …’ art. 41b).

Type nomenclatural

Rel. 1 du tab. 3 in de Foucault et al. (1992, Doc. Phytosociol., NS, XIV : 295).

Physionomie

Pelouse souvent non complètement fermée, laissant donc pénétrer quelques thérophytes, d’optimum médiovernal, bien marquée par une combinaison d’orchidées aux floraisons remarquables, dont Serapias lingua, Platanthera bifolia, Anacamptis morio.

Combinaison caractéristique d'espèces

Carex pilulifera, Serapias lingua, Centaurea nigra, Danthonia decumbens, Erica scoparia subsp. s., Hieracium pilosella, Hypochaeris radicata subsp. r., Luzula campestris, L. multiflora subsp. m., Anacamptis morio, A. laxiflora, Platanthera bifolia, Rumex acetosella.

Variations

- euphrasietosum nemorosae de Foucault et al. 1992 (Doc. Phytosociol., NS, XIV : 276, = typicum), surtout différencié par Euphrasia nemorosa, Potentilla argentea, Hypericum perforatum subsp. p., des niveaux supérieurs moins engorgés en hiver sur substrat faiblement engorgé et plus sec en été ;
- rumicetosum crispi de Foucault et al. 1992 (Doc. Phytosociol., NS, XIV : 276), typifié par le rel. 9 du tab. 3 in de Foucault et al. (1992, Doc. Phytosociol., NS, XIV : 295), différencié par Rumex crispus, Juncus effusus, J. conglomeratus, Veronica serpyllifolia subsp. s., Carex ovalis, Agrostis canina, des niveaux inférieurs plus longtemps engorgés.

Synchorologie

- territoire d’observation : syntaxon décrit de Brenne (de Foucault et al., 1992) et non recensé ailleurs pour l’instant ;
- sous-associations ou variantes géographiques : -.

Axes à développer

À rechercher en dehors de son aire de description initiale ; rechercher aussi d'éventuelles formes plus « primitives » peu ou pas pâturées dans lesquelles les espèces prairiales banales (Cynosurus cristatus, Holcus lanatus…) seraient absentes ou du moins faiblement représentées, ce qui n'est pas le cas des relevés publiés.

Bibliographie

de Foucault B., 2012. Contribution au prodrome des végétations de France : les Nardetea strictae Rivas Goday in Rivas Goday & Rivas-Mart. 1963. J. Bot. Soc. Bot. France, 59 : 241-344. (Source)

de Foucault B., Frileux P.-N. & Delpech R., 1992.