Orchido morionis - Serapiadetum linguae B. Foucault 1986

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse mésophile oligotrophile acidicline thermo-atlantique, surtout sur molasse détritique en piémont pyrénéen.

Nom cité du syntaxon

Orchido morionis - Serapiadetum linguae de Foucault 1986 (Doc. Phytosociol., NS, X (1) : 229, ‘... morio - Serapietum...’ art. 41b).

Type nomenclatural

Rel. 2 du tab. 5 in de Foucault (1986f, Doc. Phytosociol., NS, X (1) : 228).

Physionomie

Pelouse très dense à fermée (80-100 %), assez basse, dominées par des monocotylédones mais bien colorée par quelques orchidées : Anacamptis morio, Neotinea ustulata, Dactylorhiza viridis, Serapias lingua, plus rarement S. vomeracea subsp. v., Ophrys lupercalis ; l’optimum phénologique est médiovernal.

Combinaison caractéristique d'espèces

Carex caryophyllea, Serapias lingua, Dactylorhiza viridis, Danthonia decumbens, Festuca arundinacea subsp. a., Galium verum subsp. v., Hieracium pilosella, Luzula campestris, Leontodon hispidus subsp. h., Lotus corniculatus subsp. c., Plantago media, Polygala vulgaris subsp. v, Scabiosa columbaria subsp. c, Sanguisorba minor subsp. m., Anacamptis morio (= Orchis morio), Neotinea ustulata.

Variations

- plantaginetosum mediae de Foucault 1986 (Doc. Phytosociol., NS, X (1) : 229, = typicum), surtout différencié par Plantago media, Leontodon hispidus subsp. h., Ononis spinosa subsp. maritima, Sanguisorba minor subsp. m., des niveaux supérieurs secs ;
- oenanthetosum pimpinelloidis de Foucault 1986 (Doc. Phytosociol., NS, X (1) : 229), typifié par le rel. 17 du tab. 5 in de Foucault (1986f, Doc. Phytosociol., NS, X (1) : 229), différencié par Oenanthe pimpinelloides, Silene flos-cuculi, Senecio aquaticus, Veronica serpyllifolia subsp. s., Carex ovalis, Agrostis canina, des niveaux inférieurs en contact avec les prairies plus hygrophiles.

Synchorologie

- territoire d’observation : syntaxon décrit d’Armagnac et du Labourd oriental (de Foucault, 1986f), puis reconnu du Gers et des Hautes-Pyrénées (Corriol, 2008, 2012) ; sans doute présent en Haute-Vienne (Botineau, 1985, tab. 13 : rel. 7-.8) ;
- sous-associations ou variantes géographiques : -.

Axes à développer

À rechercher en dehors de son aire de description initiale, dans l'ensemble du sud-ouest sur terrains secondaires et tertiaires ; rechercher aussi d'éventuelles formes plus « primitives » peu ou pas pâturées dans lesquelles les espèces prairiales banales (Cynosurus cristatus, Trifolium pratense, Holcus lanatus…) seraient absentes ou du moins faiblement représentées, ce qui n'est pas le cas des relevés publiés.

Bibliographie

de Foucault B., 2012. Contribution au prodrome des végétations de France : les Nardetea strictae Rivas Goday in Rivas Goday & Rivas-Mart. 1963. J. Bot. Soc. Bot. France, 59 : 241-344. (Source)

 de Foucault B., 2016. Errata et compléments à propos du Prodrome des végétations de France, quatrième note. J. Bot. Soc. Bot. France, 75 : 63-68. (Source)

Billy F., 2000

Botineau M., 1985

Corriol G., 2008, 2012

de Foucault B., 1986f.