Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

Dactylorhizo latifoliae - Nardetum strictae Ritter & B. Foucault 2012

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse acidicline de l’étage subalpin supérieur (moins souvent inférieur) des Préalpes, sur versants et combes nettement exposés à l’ouest - sud-ouest, dons soumis à des précipitations abondantes ; sol brun calcaire à brun acide développé sur roche mère calcaire, avec humus de type mull acide ou cryptomull.

Nom cité du syntaxon

Dactylorhizo latifoliae - Nardetum strictae Ritter & de Foucault nom. nov.

Synonymes

Sierversio montanae - Nardetum strictae Ritter 1972 (Vegetatio 24 (4-.6) : 351) nom. illeg. (art. 31, non Sierversio montanae - Nardetum strictae Lüdi 1948).

Type nomenclatural

Typus nominis : rel. 67 du tab. VIII in Ritter (1972, Vegetatio 24 (4-.6) : 353).

Physionomie

Pelouse très fermée, d’un vert très soutenu, sans taxon nettement dominant sur les autres (même Nardus stricta n’est pas marquant), particulièrement remarquable par quelques Orchidées (Dactylorhiza latifolia, D. viridis) ; d’une strate inférieure à taxons présentant des feuilles basales en rosette émergent des espèces dressées comme Meum athamanticum.

Combinaison caractéristique d'espèces

Nardus stricta, Carex sempervirens subsp. s., Luzula campestris, Plantago alpina, Dactylorhiza latifolia, D. viridis, Alchemilla alpina, Geum montanum (= Sieversia montana), Phyteuma orbiculare, Potentilla aurea, Viola calcarata subsp. c.

Variations

- typicum, différencié par Homogyne alpina ;
- ranunculetosum pyrenaei Ritter & de Foucault [basion. : ranunculetosum pyrenaei Ritter 1972 (Vegetatio 24 (4-.6) : 354)], typifié par le rel. 66 (typus nominis) du tab. VIII in Ritter (1972, Vegetatio 24 (4-.6) : 353), différencié plutôt par Ranunculus pyrenaeus, des niveaux inférieurs et des dépressions enneigées.

Synchorologie

- territoire d’observation : pelouse décrite de l’étage subalpin supérieur du Vercors méridional, entre 1 830 et 1 930 m d’altitude (Ritter, 1972) ; il semble bien qu’on puisse y rattacher aussi ce que Philippe (1982 : tab. VIII p.p.) décrit sous le nom de Sieversio - Nardetum strictae ;
- sous-associations ou variantes géographiques : -.

Axes à développer

Par sa richesse en taxons calcicoles et la faible représentation de plusieurs taxons acidiphiles, par son sol brun calcaire à mull acide au lieu de brun acide ou lessivé à cryptomull, le Sierversio montanae - Nardetum strictae globularietosum nudicaulis Ritter 1972 (Vegetatio 24 (46) : 354), différencié par Globularia nudicaulis, Plantago atrata, Anthyllis vulneraria subsp. alpestris, Koeleria pyramidata, Senecio doronicum, Potentilla crantzii, Polygala calcarea…, pauvre en ou dépourvu de Geum montanum, Potentilla aurea, Dactylorhiza viridis, Vaccinium myrtillus, sur pentes convexes, relève sans aucun doute d'une association différente de celle présentée dans cette fiche.

Bibliographie

de Foucault B., 2012. Contribution au prodrome des végétations de France : les Nardetea strictae Rivas Goday in Rivas Goday & Rivas-Mart. 1963. J. Bot. Soc. Bot. France, 59 : 241-344. (Source)

Philippe Th., 1982

Ritter J., 1972.