Saxifrago bryoidis - Festucetum halleri Mikolajczak in Corriol & Mikolajczak 2017

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse pionnière à déterminisme stationnel, située entre (2 300) 2 400‑2 900 (3 000) m d’altitude, colonisant les éboulis stabilisés, les moraines inactives sur substrat acide cristallin. Les facteurs écologiques discriminants sont la quasi‑absence de sol et les situations plutôt longuement enneigées (sytèmes nival et intermédiaire). Une lente succession végétale, associée à une pédogenèse, confère très progressivement à cette végétation un caractère physionomique davantage fermé.

Nom cité du syntaxon

Saxifrago bryoidis - Festucetum halleri Mikolajczak ass. nov. hoc loco.
Groupement n° 9 in Mikolajczak et al. (2014). Tab. 2 hoc loco.

Type nomenclatural

Désigné par Corriol & Mikolajczak (2017 : 79) : rel. 663616 de la BD Flore© du CBNA, groupement n° 9 in Mikolajczak et al. 2014 (Doc. Phytosociol., série 3, 1) : 07/08/2008, Jean‑Charles Villaret, Saint‑Christophe‑en‑Oisans, France, 2330 m, exposition nord‑est, pente 20°, surface 25 m2, recouvrement herbacé 20%, « Végétation herbacée pionnière à Saxifraga bryoides et Luzula lutea, colonisant une moraine à éléments fins au niveau d’une pente douce (20°) ») ; Saxifraga bryoides 2, Senecio incanus 1, Gnaphalium supinum 1, Luzula lutea 1, Lotus corniculatus subsp. alpinus 1, Veronica alpina +, Vaccinium uliginosum subsp. microphyllum +, Silene acaulis subsp. bryoides +, Sedum alpestre +, Salix herbacea +, Rhododendron ferrugineum +, Rhinanthus glacialis +, Poa alpina +, Plantago alpina +, Minuartia sedoides +, Luzula spicata +, Leucanthemopsis alpina +, Juncus trifidus +, Festuca halleri subsp. halleri +, Euphrasia minima +, Epilobium dodonaei subsp. fleischeri +, Cardamine resedifolia +.

Physionomie

Pelouse rase ouverte, en moyenne de 30 % de recouvrement et d’une diversité de 20 taxons, sans réel type biologique dominant. Salix herbacea et Saxifraga bryoides y sont souvent bien représentés tout comme Festuca halleri en petites touffes dispersées.

Variations

- présence régulière mais en quantité très variable d’espèces transgressives des éboulis siliceux des Androsacetalia alpinae

Synchorologie

- massifs cristallins des Alpes du Nord d’altitude élevée : Tarentaise, Vanoise, Oisans, Belledonne, Briançonnais, Grandes‑Rousses.

Axes à développer

- poursuite de l’étude des groupements pionniers très nombreux dans les Alpes au niveau des moraines d’anciens systèmes glaciaires, des pieds d’escarpements rocheux et des éboulis.

Bibliographie

 Corriol G. & Mikolajczak A. 2017. Contribution au prodrome des végétations de France : les Caricetea curvulae Braun-Blanq. 1948 nom. conserv. propos. J. Bot. Soc. Bot. France, 77 : 57‑86. (Source)

Mikolajczak A., Van Es J. & Dalmas J.P. 2014. Proposition méthodologique pour la synthèse de données phytosociologiques à l’échelle régionale ; exemple des pelouses acides des Alpes (Caricetea curvulae). Doc. Phytosoc., série 3, 1 : 337‑ 348.