Callitricho hamulatae - Myriophylletum alterniflori Steusloff ex Weber-Oldecop 1967

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Ass. héliophile, acidiphile (pH 5-6), oligotrophile des ruisseaux et rivières peu profondes (< 1 m) à courant assez fort à fort, sur substrat de sables grossiers, graviers ou galets.

Nom cité du syntaxon

Callitricho hamulatae - Myriophylletum alterniflori Steusloff ex Weber-Oldecop 1967 (Mitt. Florist.-Soziol. Arbeitsgem. nF 11/12 : 26).
Nom original : Callitricho - Myriophylletum alterniflori. incl. : Myriophyllo alterniflori - Potametum crispi Rivas Goday 1964 (Vegetación … del Guadiana : 775, sub comunidad Myriophyllum alterniflorum et Potamogeton crispus : 197) (art. 3c note ; rec. 10C) proposé ici comme variante à Potamogeton crispus.

Synonymes

Myriophylletum alterniflori Steusloff 1939, nom. nud. ; Callitrichetum hamulatae Oberd. 1970, nom. nud.
Corresp. syntax. : Ranunculo - Callitrichetum hamulatae Oberd. 1957 nom. invers. Myriophyllum alterniflorum-subass. sensu T. Müll. in Oberd. 1977 (Süddeutsche Pflanzengesellschaften Teil I : 99).
Nommé aussi Callitrichetum hamulatae Oberd. 1970 myriophylletosum alterniflori dans le tab. 18 : 96), c’est un nom. inval. (art. 3a) et nom. amb. (art. 36 : Müller a réuni Ranunculus fluitans et R. penicillatus s.l. sous la forme non valide « Ranunculus fluitans* penicillatus »).

Type nomenclatural

Rel. 4 (lectotypus nominis), tab. p. 26 in Weber-Oldecop, 1967 (Mitt. Florist.-Soziol. Arbeitsgem. nF 11/12 : 26).

Physionomie

Végétation vivace paucispécifique qui présente des faciès très différents selon la nature du substrat et la vitesse du courant. La végétation typique est dominée par les touffes allongées et vert foncé de Myriophyllum alterniflorum et par la forme rhéophile de Ranunculus peltatus subsp. peltatus (myriophyllides) en mosaïque avec les touffes vert clair de Callitriche hamulata mêlé ou non à C. platycarpa (péplides) ; présence assez fréquente d’hémicryptophytes sous leur forme submergée (Berula erecta, Sparganium emersum).

Combinaison caractéristique d'espèces

Myriophyllum alterniflorum, Callitriche hamulata, C. platycarpa, Ranunculus peltatus subsp. peltatus.

Variations

Ranunculus peltatus subsp. peltatus étant une des espèces diagnostiques de l’association, la validation du ranunculetosum peltati Wiegleb 1979 : 98, nom. nud. (art. 2b, 3o) est superflue mais une variante à Ranunculus peltatus peut être admise. en France continentale, on peut distinguer plusieurs variantes :
- celles des têtes de bassin, en eau vive peu profonde et substrat sablo-graveleux avec : une variante à Potamogeton polygonifolius et Luronium natans (luronietosum natantis Haury 1994, nom. inval. (art. 3o)) ; une variante à Littorella uniflora submergée et Isoetes echinospora sur le plateau de Millevaches en Limousin (Chatenet et al., 2000 ; Chabrol & Reimringer, 2011 : 23 ; Mady, com. pers., 2014) et en Auvergne (Renaux, 2014 : 15) ; une variante à Ranunculus peltatus subsp. peltatus en Auvergne (Delcoigne, 2006 : 20 et tab. 1) ; une variante riche en bryophytes aquatiques (chiloscyphetosum rivularis Weber-Oldecop 1970 : 949 et 1971 : 88) ;
- une variante à Callitriche platycarpa, Sparganium emersum, Elodea canadensis et potamots (Potamogeton alpinus, P. natans) (sparganietosum emersi Weber-Oldecop 1970 : 949 et 1971 : 99) en eau plus calme et sur substrat moins grossier. En espagne, se développe une variante à Potamogeton crispus (corresp. syntax. : Myriophyllo alterniflori - Potametum crispi Rivas Goday 1964) : gr. appauvri de la partie occidentale de la péninsule ibérique avec une abondance-dominance plus forte pour Potamogeton crispus, une très faible fréquence de Callitriche hamulata plus ou moins remplacée par C. brutia. gr. thermo-atlantique des eaux à courant peu rapide, acidiclinophile-neutrophile, sur substrat sablo-vaseux. Remarques :
- par suite de l’eutrophisation, les espèces polluosensibles sont éliminées et apparait un gr. à Sparganium emersum, Sagittaria sagittifolia (formes rhéophiles) mais dépourvu de Stuckenia pectinata et de Nuphar lutea (forme rhéophile) (in Wiegleb, 1983, tab. 2 et 3). il prend place dans le Sparganio emersi - Potametum pectinati (cf. fiche 55-16) ;
- on note l’absence assez fréquente de Myriophyllum alterniflorum (auvergne : Delcoigne, 2006 ; Limousin : monts de guéret, obs. pers.), le gr.étant alors dominé par Callitriche hamulata.

Synchorologie

Distribution européenne atlantique et subatlantique. en France, l’ass. est surtout présente à la tête des bassins versants (étages collinéen supérieur à montagnard) des massifs granitiques et métamorphiques siliceux en eau peu profonde et courante sur substrat sablo-graveleux des ruisseaux. Auvergne [so du Cantal : dans le ruisseau d’escalmels et affluents (Ratel, com. pers., 2013) et bassin d’aurillac (Renaux, 2014 : 15) ; Puy-de-Dôme : cours supérieur des affluents de l’Allier (Delcoigne et al., 2008; tab. 1-a)] ; Bourgogne [morvan (Robbe, 1993)] ; Bretagne (Haury & Muller, 1991) ; Centre [sologne (Docob-1, 2010 : 84)] ; Limousin [plateau de millevaches (Chabrol & Reimringer, 2011 : 23 ; dans la vienne et ses affluents du cours supérieur (botineau & ghestem, 1995 ; Chatenet et al., 2000) ; monts de guéret (obs. pers., 2014) ; cours moyen de la Dronne (Docob-2, 2011)] ; Languedoc-Roussillon [Cévennes granitiques (Julve, 2010)] ; Lorraine [massif vosgien (Haury & Muller, 1991)] ; Midi-Pyrénées [Lot : le Ségala (Ratel, com. pers., 2013)] ; Basse-Normandie (Delassus, Magnanon et al., 2014) ; Pays de la Loire (Delassus, Magnanon et al., 2014) ; Rhône-Alpes [Ardèche : bassin versant du Haut-Allier (Docob-3, 2003)]

Axes à développer

Faire des investigations dans les Pyrénées atlantiques pour savoir si la variante à Potamogeton crispus y est présente et si elle correspond bien au Myriophyllo alterniflori - Potametum crispi Rivas Goday 1964 comme cela est proposé ici ou bien si ce syntaxon représente une ass. autonome ou une sous-ass.

Bibliographie

Chabrol L. & Mady M., 2012 ; Chabrol L. & Reimringer K., 2011 ; Chatenet Ph. et al., 2000, 1999 ; Delassus L., Magnanon S. et al., 2014 ; Delassus L. & Zambettakis C., 2010 ; Delcoigne A., 2006 ; Delcoigne A. et al., 2008 ; Ferrez Y. et al., 2011 ; Haury J., 1994 ; Haury J. & Muller S., 1991 ; Müller T., 1962 ; Oberdorfer E., 1957, 1970 ; Passarge H., 1992a ; Renaux B., 2014 ; Robbe G., 1993 ; Royer J.-M. et al., 2006 ; Steusloff U., 1939 ; Weber G., 1988 ; Weber-Oldecop D.W., 1967, 1970, 1971 ; Wiegleb G., 1979, 1983.
Sites internet :
Docob-1 : «Sologne », 2010, http://www.donnees.centre.developpement-durable. gouv.fr/natura2000/docob_Fr2402001/2-1habit.pdf
Docob-2 « Réseau hydrographique de la Haute Dronne », 2011, http://www.limousin.developpement-durable.gouv.fr/img/pdf/tome_iii_-_annexes_techniques_et_administratifs_-_ DoCob_Haute_Dronne.pdf
Docob-3 « Milieux alluviaux et aquatiques de l’Allier et de ses affluents », 2003, http://carmen.application.developpement-durable.gouv.fr/iHm/metadata/rHa/Publication/docob/Fr8201665_b20/b20_docob.pdf
Julve, 2010, http://www.tela-botanica.org/page:liste_projets-id_projet=18&act=documents&id_repertoire=15403

Bibliographie

 Felzines J.-C., 2016. Contribution au prodrome des végétations de France : les Potametea Klika in Klika & V. Novák 1941. Colloq. phytosoc., série 3, 3 : 218-437. (Source)