Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

Nymphaeetum albae T. Müll. & Görs 1960

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Ass. héliophile des eaux stagnantes et calmes (étangs, lacs), souvent au contact des roselières, moyennement profondes (0,5-2,5 m) sur substrat vaseux plus ou moins calcarifère ou paratourbeux ; large amplitude de conditions écologiques : acidicline à basicline, oligodystrophile à mésotrophile.

Nom cité du syntaxon

Nymphaeetum albae Müller & Görs 1960 (Beitr. naturk. Forsch. SüdwDtl. 19 : 71 et tab. 1, col. 10).

Synonymes

Castalietum albae Eggler 1933 : 160, nom. nud. ; Potamo - Nymphaeetum albae Vollmar ex H. Passarge 1992 : 261, nom. inval. (art. 3g) ; Utriculario - Nymphaeetum albae Jeschke ex H. Passarge 1992 : 264, nom. inval. (art. 3g) ; Ceratophyllo demersi - Nymphaeetum albae Kadid, Thébaud, Pétel & Abdelkrim 2007 : 606, nom. illeg. (art. 29c) ; Myriophyllo spicati - Nymphaeetum albae Kadid et al. 2007 : 608, nom. illeg. (art. 29c).
Corresp. syntax. : Myriophyllo verticillati - Nupharetum W. Koch ex Sauer 1937 faciès à Nymphaea alba : 505, tab. 8, col. III, nom. inval. (art. 3c).
Basionyme : Nymphaeëtum minoris Vollmar 1947 typicum Müller & Görs 1960. La var. minoris DC. de Nymphaea alba n’est pas un taxon infraspécifique validement publié (non citée dans TA XREF v7.0). Après correction, le Nymphaeetum albae minoris Vollmar 1947 devient Nymphaeetum albae et il s’avère qu’il représente en fait la sous-ass. à Sparganium minimum (= natans) citée par Müller & Görs, 1960 : 72 (et tab. 1, col. 9). Ce changement de statut permet d’élever Nymphaeetum albae typicum sensu Müller et Görs au rang d’association sans risque d’homonymie alors que le Nymphaaetum albae sparganietosum minimi est conservé comme sous-ass.
Remarque : Oberdorfer, 1957 : 125 a transcrit le tab. de Vollmar sous forme d’une col. synth. mais en diminuant la fréquence de Sparganium natans (I à la place de III).

Type nomenclatural

Rel. 4 (neotypus nominis), tab. 57 in Lang, 1973 (Die Vegetation des westlichen Bodenseegebietes : 301).

Physionomie

Végétation vivace à feuilles flottant à la surface, paucispécifique, largement dominée par Nymphaea alba, à floraison blanche estivale, souvent associée à Potamogeton natans (nymphaeides) et à des pleustophytes (Utricularia vulgaris ou U. australis). Une strate inférieure peut exister avec Ceratophyllum demersum (cératophyllide), Myriophyllum spicatum (myriophyllide), Potamogeton trichoides, P. lucens (potamides) et parfois des charophytes.

Combinaison caractéristique d'espèces

Nymphaea alba subsp. alba et subsp. occidentalis, Potamogeton natans.
Remarque : cette association se distingue d’une variante du Nymphaeetum albo - luteae dominée par Nymphaea alba par une faible représentation des parvopotamides et élodéides et l’absence ou la très faible fréquence de Myriophyllum verticillatum et de Nuphar lutea.

Variations

a- typicum ; incl. myriophylletosum spicati T. Müll. & Görs 1960 : 72 et utricularietosum neglectae T. Müll. & Görs 1960 : 73 (art. 14, 30) ; charetosum Lang 1973 : 301. Le caractère mésotrophile de cette sous-ass. est probablement dû à des conditions de minéralisation plus rapide de la matière organique sous climat chaud en été ; l’évolution du substrat peut la conduire au Nymphaeo albo - luteae.
b- sparganietosum minimi T. Müll. & Görs 1960 (Beitr. naturk. Forsch. SüdwDtl. 19 : 72). Corresp. syntax. (basionyme) : Nymphaeetum albae Vollmar 1947 (Ber. Bayer. Bot. Ges. 27 : 53) ; nom original : Nymphaeetum albae minoris. (syn. : Utricularia vulgaris-Ges. Jeschke 1963 : 489 (art. 3c) ; Utricularia-Subass. H. Passarge 1992 : 265 ( art. 3g, 3o)]
Typus nominis : rel. 6, tab. VI in Vollmar, 1947 (Ber. Bayer. Bot. Ges. 27 : 53).
Diff. /typicum : Sparganium natans, Utricularia minor, U. intermedia.
Sous-ass. dystrophile quelquefois turficole, boréo- atlantique à subatlantique.

Synchorologie

Distribution boréo-européenne, médio-européenne et méditerranéenne ; répandue en France de l’étage planitiaire à l’étage montagnard.
Sous-associations ou variantes géographiques :
a- typicum
Aquitaine [Landes : étang de Léon (Vanden Berghen, 1967, tab. 1)] ; Auvergne (Thébaud et al., 2014) ; Bourgogne [Bazois, Morvan, Puisaye (Felzines, 1982 : tab. 39 ; Royer et al., 2006)] ; Bretagne [(Clément et al., 1982 ; Clément & Touffet, 1988) ; Finistère : étangs de Saint-Vio (Goret, 2009)] ; Centre [Cher (Felzines, 1982, tab. 39) ; Indre : la Brenne (Géhu et al., 1988 : tab. 3 ; Otto- Bruc, 2001 : tab. IIIb)] ; Champagne-Ardenne [Ardenne : étang Doby (Royer et al., 2006) ; Champagne (Royer et al., 2006) ; lac du Der (Didier & Royer, 1999)] ; Corse [Haute-Corse : l’Agriate, marais de Canutta (Paradis et al., 2013 : tab. 22)] ; Corse-du-Sud : marais de Canniccia (Lorenzoni et al., 1994 : 234)] ; Franche-Comté [lacs jurassiens (Bailly et al., 2007) ; la Vôge (Fernez, 2009 : 33)] ; Limousin [(Chabrol & Reimringer, 2011 : 24) ; Corrèze : Gimel (Felzines, obs. pers., 2012)] ; Midi-Pyrénées [Aveyron : étangs du Ségala (Docob, 2009) ; Lot : Catus, Lavercantière (Heaulmé, Ratel, com. pers., 2013)] ; Nord-Pasde- Calais [étangs de la Sensée (Mériaux, 1978 : tab. 22e)] ; Basse-Normandie (Delassus & Zambettakis, 2010) ; Haute-Normandie (Chaïb, 1992 : tab. 15) ; Pays-de-la-Loire [Loire-Atlantique : la Brière (Clément et al., 1982) ; lac de Grand-Lieu (Dupont, 2004)] ; Picardie [marais arrière-littoraux (Wattez, 1968 : tab. 18) ; vallée de la Somme (François, Prey et al., 2012)] ; Rhône-Alpes [Loire : plaine du Forez (Guillerme, 2005)]
b- sparganietosum minimi
Alsace (Trémolières, 2004 : tab. p. 90, col. 1).

Bibliographie

Bailly G. et al., 2007 ; Chabrol L. & Reimringer K., 2011 ; Chaïb J., 1992 ; Clément B. & Touffet J., 1988 ; Clément B. et al., 1982 ; Delassus L. & Zambettakis C., 2010 ; Didier B. & Royer J.-M., 1999 ; Dupont P., 2004 ; Eggler J., 1933 ; Felzines J.-C., 1982 ; Fernez T., 2009 ; François R., Prey T. et al., 2012 ; Géhu J.-M. et al., 1988 ; Guillerme N., 2005 ; Jeschke L., 1963 ; Kadid Y. et al., 2007 ; Koch W., 1926 ; Lorenzoni C. et al.,1994 ; Mériaux J.-L., 1978 ; Müller T. & Görs S., 1960 ; Oberdorfer E., 1967 ; Otto-Bruc C., 2001 ; Paradis G. et al., 2013 ; Passarge H., 1992b ; Royer J.-M. et al., 2006 ; Sauer F., 1937 ; Thébaud G. et al., 2014 ; Trémolières M., 2004a ; Vanden Berghen C., 1967 ; Vollmar E., 1947 ; Wattez J.-R., 1968.
Site Internet :
Document d’objectifs du Site Natura 2000 FR 7300876 « Étangs du Ségala », 2009, http://www.google.fr/url-sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&cad=rja&uact=8&ved= 0CCwQFjAC&url=http%3A%2F%2Fdrealmp.net%2Fdocs.php%3Fidd%3DDOCOB093&ei=- SIJ6VKC3H8v5avudgfgN&usg=AFQjCNHQqvSgsy8Nl_-rhbLKNy4mPvpWQw

Bibliographie

 Felzines J.-C., 2016. Contribution au prodrome des végétations de France : les Potametea Klika in Klika & V. Novák 1941. Colloq. phytosoc., série 3, 3 : 218-437. (Source)