2250-2 - Fourrés à genévriers sur falaises

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Ce type d’habitat correspond à une végétation thermo-méditerranéenne qui se développe sur les hauts des falaises maritimes, sur un substrat rocheux de nature géologique variée (calcaires, roches cristallophylliennes), pouvant devenir très sec en été, dans des situations parfois assez exposées à la déflation éolienne et aux embruns.

Variabilité

Variabilité géographique :
- variabilité liée aux falaises et arrière-dunes thermoméditerranéennes de Corse : association à Oléastre (Olea europaea subsp. sylvestris) et Genévrier de Phénicie (Juniperus phoenicea subsp. turbinata) (Oleo sylvestris-Juniperetum turbinatae) ;
- variabilité liée aux falaises de Provence orientale, des Alpes-Maritimes et de Corse : association à Asperge à feuilles aiguës (Asparagus acutifolius) et Barbe de Jupiter (Anthyllis barbajovis) (Asparago acutifolii-Anthyllidetum barbajovis) ;
- variabilité liée aux grandes falaises occidentales de Corse : association à Genévrier oxycèdre à gros fruits (Juniperus oxycedrus subsp. macrocarpa) et Euphorbe arborescente (Euphorbia dendroides) (Junipero macrocarpae-Euphorbietum dendroidis) ;
- variabilité liée aux arrière-dunes provençales : association à Chêne vert (Quercus ilex) et Pin d’Alep (Pinus halepensis) sous-association à Genévrier de Phénicie (Querco ilicis-Pinetum halepensis sous-association juniperetosum lyciae).

Variabilité morphologique et de taille du fourré en fonction de la distance à la mer et de l’aérodynamisme.

Physionomie, structure

Les fourrés à Genévriers sur falaises correspondent à des maquis littoraux plus ou moins denses et impénétrables, de taille variable, pouvant atteindre 3 m de hauteur. Dans les sites les plus exposés aux vents et aux embruns, d’importantes anémomorphoses caractérisent ces maquis.
Dans certains sites surfréquentés ou subissant régulièrement des incendies, cet habitat apparaît de manière fragmentée, en îlots de quelques pieds ou par pieds isolés.
Cet habitat peut s’observer en lisère de boisements à Chêne vert ou de Chêne liège (Quercus suber).

Confusions possibles

En raison de sa localisation sur des substrats rocheux, ce type d’habitat ne peut être confondu avec d’autres habitats, notamment les autres junipéraies qui se développent sur des substrats sableux dunaires.

Dynamique

Spontanée :
Cet habitat peut montrer un caractère pionnier en colonisant les parties les plus internes de la garrigue primaire des hauts de falaise.
En raison des fortes contraintes écologiques qu’il subit (exposition au vent et aux embruns, sécheresse du substrat), cet habitat ne montre pas de dynamique vers un stade forestier et correspond généralement à une végétation permanente spécialisée, présentant le plus souvent un caractère subprimaire, en équilibre avec les conditions du milieu.
En situation abritée et sur des sols plus profonds, la dynamique de ce fourré littoral peut conduire à la chênaie verte littorale à Arisarum commun, Arisarum vulgare (Arisaro vulgare-Quercetum ilicis).

Liée à la gestion :
Aucune dynamique particulière n’est observée en relation avec la gestion.

Habitats associés ou en contact

Falaises avec végétation des côtes méditerranéennes (UE : 1240).
Dunes à végétation sclérophylle des Cisto-Lavanduletalia (UE : 2260).
Chênaies vertes (UE : 9340).
Pinèdes méditerranéennes de Pins mésogéens endémiques (UE : 9540).
Ourlets méditerranéens mésothermes de Provence à Brachypode rameux, Brachypodium retusum (UE : 6220*).
Formations basses d’Euphorbes près des falaises (UE : 5320).

Répartition géographique

Provence orientale et Côte d’Azur (îles d’Hyères, de Maures, de l’Estérel).
Alpes-Maritimes. Littoral de la Corse.

Valeur écologique et biologique

Type de végétation rare et précieux au plan de la conservation : certaines associations sont endémiques du littoral de la Corse.
Présence d’espèces végétales à valeur patrimoniale ;
- espèces protégées au niveau national : Barbe de Jupiter (Anthyllis barba-jovis), Lavatère maritime (Lavatera maritima), Caroubier (Ceratonia siliqua) ;
- espèces protégées au niveau régional : Genévrier oxycèdre à gros fruits (Juniperus oxycedrus subsp. macrocarpa) en Corse, Éphédra à deux épis (Ephedra distachya), Camélée à trois coques (Cneorum tricoccum), Passerine hirsute (Thymelaea hirsuta).

États de conservation

États à privilégier :
Maintien en l’état des formations de fourrés plus ou moins denses ou d’îlots isolés de Genévriers.

Autres états observables :
Fourrés à Genévriers boisés de Pin parasol (Pinus pinea).
Dans les zones hyperfréquentées et piétinées peut s’observer une forme fragmentée, représentée par des îlots épars de quelques pieds de Genévriers.

Tendances et menaces

Ce type d’habitat occupe des superficies assez réduites sur la frange littorale. Il présente une grande vulnérabilité vis-à-vis des incendies, qui peuvent conduire à sa destruction totale.
D’une manière générale, cet habitat est menacé par la destruction des milieux littoraux par les remblaiements ou les décharges, ou dans le cadre d’aménagements touristiques ou portuaires, de l’urbanisation littorale…

Axes de recherche

Absence de données.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

 Bensettiti F., Bioret F., Roland J. & Lacoste J.-P. (coord.), 2004. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 2 - Habitats côtiers. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 399 p. + cédérom. (Source)