8130-13 - Éboulis calcaires alpins à Fétuque des glaciers et Fétuque des Pyrénées

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Habitat présentant son optimum écologique à l’étage alpin, pouvant parfois descendre à l’horizon supérieur de l’étage subalpin.
Il colonise les pierriers fins, surtout calcaires et relativement pentus. La richesse en fractions fines terreuses et l’exposition généralement au nord confèrent à cet habitat un long enneigement, une fraîcheur et une certaine humidité quasi permanentes.

Variabilité

Une communauté est décrite, l’association à Fétuque des glaciers et Fétuque des Pyrénées [Festucetum glaciali-pyrenaicae], pouvant se décliner en plusieurs sous-associations :
- sous-association typique [festucetosum glaciali-pyrenaicae], des éboulis calcaires des Pyrénées centrales et occidentales ;
- sous-association à Ibéris spatulé (Iberis spathulata) [iberidetosum spathulatae], des éboulis calcaires de petite taille des Pyrénées centrales ;
- sous-association à Campanule d’Andorre (Campanula jaubertiana subsp. andorrana) [campanuletosum andorranae], des éboulis calcaires de la région d’Andorre ;
- sous-association à Gaillet à racines chevelues (Galium cometerhizon) [galietosum cometerhizonis], des éboulis enrichis en éléments schisteux siliceux des Pyrénées centrales.

Physionomie, structure

Végétation de recouvrement compris entre 25 et 45 %, dominée par des hémicryptophytes.
Étant donné l’écologie particulière de l’habitat, les espèces se montrent très nettement spécialisées aux contraintes du milieu (nature, granulométrie, mobilité, microclimat, phénomènes cryonivaux…). On y rencontre des espèces de pierriers mobiles : Ibéris spatulé, Linaire des Alpes (Linaria alpina), Renoncule à feuilles de parnassie (Ranunculus parnassifolius), et des espèces de pierriers longtemps enneigés : Fétuque des glaciers, Fétuque des Pyrénées, Pritzelago des Alpes (Pritzelago alpina)… Ces espèces lithophiles présentent diverses stratégies leur permettant de résister aux contraintes imposées par les mouvements se produisant au sein des pierriers. L’organisation morphologique et anatomique de leur système végétatif (notamment « souterrain ») permet à ces espèces lithophiles de suivre et de subir, ou non, le mouvement des pierriers, d’où les diverses stratégies distinguées :
- stratégie migratrice : lithophytes migrateurs par allongement et régénération [Campanule d’Andorre, Campanule à feuilles de cranson (Campanula cochleariifolia), Crépide naine (Crepis pygmaea), Fétuque des Pyrénées, Gaillet à racines chevelues] ; lithophytes migrateurs par allongement [Pavot de Lapeyrouse (Papaver alpinum subsp. lapeyrousianum)] ; lithophytes indépendants (Ibéris spatulé, Renoncule à feuilles de parnassie) ; lithophytes migrateurs à système racinaire fasciculé adhérant fortement au substrat (Fétuque des glaciers) ;
- stratégie sédentaire : lithophytes à système aérien stabilisateur [Gaillet des Pyrénées (Galium pyrenaicum)].

Confusions possibles

Les autres éboulis calcaires subalpins et alpins de l’Iberidion spathulatae [Code UE : 8130] des Pyrénées.
Les éboulis et dalles érodées de crêtes de l’horizon supérieur de l’étage alpin [Androsacion ciliatae ; Code UE : 8130] des Pyrénées centrales, d’écologie et de composition floristique différentes.

Dynamique

Cet habitat est permanent tant qu’un équilibre s’établit entre les processus géomorphologiques remaniant le milieu et la colonisation par les espèces végétales lithophiles spécialisées.

Habitats associés ou en contact

Végétation chasmophytique des pentes rocheuses calcaires [Code UE : 8210].
Autres communautés des éboulis calcaires subalpins et alpins [Iberidion spathulatae ; Code UE : 8130] des Pyrénées.
Pelouses calcicoles orophiles méso-hygrophiles [Primulion intricatae ; Code UE : 6170].
Pelouses acidophiles à Nard (Nardus stricta) [Nardion strictae ; Code UE : 6230*].
Combes à neige calcicoles [Arabidion caerulae ; Code Corine : 36.12].
Pelouses calcaires à Élyne queue de souris (Kobresia myosu- roides) [Code UE : 6170].
Pelouses calcaires mésophiles climaciques à Laîche courbe (Carex curvula) [Code Corine : 36.341].

Répartition géographique

Habitat endémique des Pyrénées centrales et occidentales qui peut se rencontrer d’Andorre aux massifs béarnais.

Valeur écologique et biologique

Habitat original, endémique des Pyrénées centrales et occidentales, ne couvrant pas en général de vastes surfaces. Il présente une grande valeur écologique et biologique par les conditions très particulières du milieu et le nombre d’espèces spécialisées qu’il renferme. Le cortège floristique compte plusieurs espèces endémiques pyrénéennes au sens large : Fétuque des glaciers, Fétuque des Pyrénées, Pavot de Lapeyrouse, Campanule d’Andorre, Chardon fausse carline, Gaillet à racines chevelues, Gaillet des Pyrénées, Ibéris spatulé, Renoncule à feuilles de parnassie sous-espèce de Favarger.

États de conservation

États à privilégier :
Stade optimal de l’habitat.

Autres états observables :
Stades pionniers peu typiques et stades appauvris.

Tendances et menaces

L’habitat n’apparaît pas pour l’instant globalement très menacé dans les Pyrénées. Toutefois des menaces de destruction directe (aménagement et extension de domaines skiables, piétinement et pâturage intensifs par les troupeaux, piétinement et bouleversement lors de randonnées, érosion…) et indirecte (changement climatique global éventuel…) existent.

Axes de recherche

Affiner la répartition géographique de l’habitat et réaliser les inventaires de la faune associée.
Il serait intéressant de faire un suivi à long terme de cet habitat afin de connaître son évolution éventuelle lors d’un changement climatique global.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Herard-Logereau K., Van Es J. & Balmain C. (coord.), 2004. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 5 - Habitats rocheux. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 381 p. + cédérom. (Source)