Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages
91E0-11 - Aulnaies à hautes herbes

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Cette aulnaie (où le Frêne est souvent sporadique) est installée sur des tourbes, des vases tourbeuses, des alluvions, avec des sols très riches en humus ; en vallée, bord de plan d’eau, sources…
Les sols sont neutres ou basiques.
Une nappe permanente se rencontre assez près de la surface. Malgré l’humidité, la nitrification est excellente, comme le révèle la présence de nombreuses nitrophiles.

Variabilité

Type d’habitat le plus répandu à Reine des prés (Filipendula ulmaria), Cirse des maraîchers (Cirsium oleraceum)… (Filipendulo-Alnetum) :
- variante typique dans les dépressions des vallées sur vase tourbeuse gorgée d’eau ;
- variante à Consoude officinale (Symphytum officinale) sur alluvions limoneuses humifères avec Ronce bleue (Rubus caesius), Grand liseron (Calystegia sepium), Ortie royale (Galeopsis tetrahit), Pigamon fauve (Thalictrum flavum)… ;
- variante à Cardamine amère (Cardamine amara) sur sols gorgés d’eau calcaire, avec Renoncule rampante (Ranunculus repens), Scirpe des bois (Scirpus sylvaticus), Stellaire des bois (Stellaria nemorum)…
Type d’habitat plus rare à groseillier rouge (Ribes rubrum) (Ribo-Alnetum), à localiser en France, près des sources et à proximité des plans d’eau avec Laîche des marais (Carex acuti- formis), Crépide des marais (Crepis paludosa), Valériane dioïque (Valeriana dioica)…, en zone montagnarde (Vosges…).

Physionomie, structure

La strate arborescente est largement dominée par l’Aulne glutineux auquel s’associe parfois le Frêne commun.
La strate arbustive héberge le Saule cendré, le Groseillier rouge, la Viorne obier…
Le tapis herbacé est constitué par un recouvrement continu d’espèces de mégaphorbiaies auxquelles s’ajoutent souvent des grandes Laîches.

Confusions possibles

Avec les aulnaies marécageuses dont ces aulnaies (-frênaies) peuvent dériver par drainage (ces aulnaies présentent un horizon noir de matière organique gorgé d’eau, « où les bottes s’enfoncent »).

Dynamique

Peuvent dériver de l’assèchement d’aulnaies marécageuses ou de l’exhaussement de queues d’étangs ; le drainage ou l’abais- sement de plan d’eau entraîne une activation de la minéralisa- tion de la matière organique épaisse caractérisant l’aulnaie marécageuse.
Possibilité d’évolution à partir de prairies :
Prairies à hautes herbes (mégaphorbiaies) --> Fruticées à Saule cendré, Viorne obier --> Maturation par l’Aulne glutineux.
La maturation de la strate arborescente est plus ou moins élevée selon le niveau de l’eau : 1) Aulne seul en conditions assez engorgées ; 2) Aulne et Frêne en situation moyenne ; 3) Aulne, Frêne, Chêne pédonculé dispersé, dans la partie la plus surélevée.

Habitats associés ou en contact

Habitats aquatiques (UE : 3150 ; UE : 3260).
Prairies humides à hautes herbes (mégaphorbiaies) (UE : 6430).
Chênaies pédonculées-frênaies sur les terrasses plus élevées (UE : 9160).
Prairies inondées à Laîches (Carex acutiformis, Carex riparia…).
Roselières à Baldingère (Phalaris arundinacea), à Phragmite (Phragmites australis).
Aulnaies marécageuses.
Ormaies-frênaies (UE : 91E0*).

Répartition géographique

À l’état dispersé, à l’étage collinéen des domaines atlantique et continental.

Valeur écologique et biologique

Types d’habitats peu fréquents et occupant d’assez faibles étendues. Par ailleurs certains individus ont été drainés à ciel ouvert pour des plantations de peupliers.
Présence possible de quelques espèces peu fréquentes : Cardère velue, Pigamon jaune.
Complexes d’habitats variés offrant de multiples niches écologiques aux espèces végétales et animales.

États de conservation

États à privilégier :
Aulnaies (-frênaies) en futaie.
Aulnaies en taillis, frêne en futaie.

Autres états observables :
Plantations de peupliers.

Tendances et menaces

Déforestation ayant fait disparaître certains individus. Drainages opérés, suivis de transformation en peupleraie.
Fragilité : la permanence de l’habitat dépend de la subsistance de la nappe permanente peu profonde.
—› Forte réduction de la surface d’origine : stabilité actuellement de la surface résiduelle occupée.

Potentialités intrinsèques de production

Potentialités très moyennes compte tenu de l’engorgement assez prononcé.
L’Aulne glutineux en futaie est l’essence la plus adaptée. Habitat limite pour le Frêne (engorgement hivernal).
Stations qui ont été utilisées, après drainage, pour le peuplier.

Axes de recherche

Préciser les modalités sylvicoles de régénération de l’Aulne.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 1. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 339 p. + cédérom. (Source)