Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

91E0-2 - Saulaies arborescentes à Saule cassant

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Se rencontre entre 300 et 800 m d’altitude.
Habitat caractéristique des alluvions pauvres en calcaires des montagnes siliceuses et des lits sableux ; vallées petites ou moyennes.
Substrat plutôt mésotrophe.
Se développe sur les bancs alluviaux et les rives un peu stabilisées, au-dessus du niveau des petites saulaies arbustives.
Subit de longues inondations l’hiver ou au printemps, voire en été ; les arbres et les arbustes montrent des blessures liées à ces inondations.

Variabilité

Variations d’ordre géographique restant à préciser.

Variations liées à la dynamique des peuplements :
- saulaies basses avec quelques saules fragiles ;
- saulaies arborescentes à sous-bois de saules arbustifs.

Variations selon le niveau d’installation par rapport à la rivière et la durée des crues qui en découle :
- à proximité du cours d’eau ;
- en situation légèrement surélevée.

Physionomie, structure

Strate arborescente de 10-15 m dominée par le Saule cassant, surmontant une strate arbustive riche en espèces, de 2-5 m de hauteur.
Strate herbacée variable selon le degré de maturation du peuplement (phase juvénile de mélange avec Saules arbustifs et phase de maturité dominée par le Saule cassant), selon le niveau.

Confusions possibles

Avec Saulaies dominées par le Saule blanc.
Avec Saulaies arbustives à Saules osiers, installées dans les vallées plus larges sur alluvions eutrophes.
Phase pionnière ou habitat stable à la base du complexe forestier riverain.

Dynamique

Spontanée :
En ceinture avec la saulaie à Saule des vanniers (Salix viminalis), Saule à trois étamines, en contrebas sur des alluvions mal stabilisées et plus inondées.
Mais souvent l’habitat à Saule cassant provient de l’évolution de la saulaie arbustive au niveau des alluvions stabilisées.
Elle peut par ailleurs évoluer vers l’aulnaie à Stellaire des bois dans certaines situations plus élevées par rapport à la rivière ou après canalisation du cours d’eau, entraînant un enfoncement de son lit.

Saulaies à Salix triandra --> Saulaies à Salix fragilis --> Aulnaie à Stellaire des bois avec Saule cassant.

Habitats associés ou en contact

Habitats aquatiques (UE : 3260 ou UE : 3150).
Saulaie arbustive.
Forêts alluviales à bois durs (UE : 91E0*).
Chênaies pédonculées (UE : 9160).
Lisières à plantes herbacées élevées, nitrophiles (mégaphorbiaies UE : 6430).
Roselières, cariçaies…
Hêtraies, hêtraies-chênaies des versants (dont UE : 9130).

Répartition géographique

Habitat restant à étudier par le détail en France (souvent rangé avec la Saulaie blanche).
Vosges, Morvan, Massif central…

Valeur écologique et biologique

Habitat occupant une surface réduite ; de nombreuses saulaies ont été détruites par le passé (—› activités pastorales, travaux de canalisation…).
Parfois limité à un étroit liseré dans les rivières canalisées. Rôle important dans la protection des rives (ancrage).
Intérêt des mosaïques de milieux avec habitats aquatiques, prai- ries inondables, mégaphorbiaies…
—› Végétation vraiment résiduelle dont il convient de préserver les derniers vestiges.

États de conservation

États à privilégier :
Saulaies arborescentes.
Saulaies arbustives avec quelques saules arborescents.
Saules avec Aulne et Frêne (stade dynamique vers l’aulnaie à Stellaire des bois).
Étroits liserés résiduels.

Autres états observables :
Plantation de peupliers.

Tendances et menaces

Menaces représentées surtout :
- par les modifications du cours d’eau au cours de rectifications, curages ou endiguement ;
- par des plantations de peupliers ;
Évolution possible de certaines zones vers l’aulnaie à Stellaire ou une autre forêt à bois durs, après abaissement de la nappe.
—› Type d’habitat ayant fortement régressé et tendant encore à disparaître du fait des conséquences des travaux hydrauliques.

Potentialités intrinsèques de production

Valeur économique très faible voire nulle des formations spontanées.
Populiculture sur les banquettes hautes.

Axes de recherche

À rechercher.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 1. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 339 p. + cédérom. (Source)