4030-6 - Landes atlantiques sèches méridionales

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Landes planitiaires et collinéennes dépendantes d’un climat océanique.
Établies sur crêtes rocheuses, sur rankers d’érosion à humus de type mor ou moder.
Sols oligotrophes à très faible capacité de rétention en eau.

Variabilité

Diversité typologique en rapport avec les variations géographiques, climatiques et la nature du substrat géologique :
- dans le sud-est du Massif armoricain, lande à Agrostide de Curtis et Bruyère cendrée [Agrostio setacei-Ericetum cinereae];
- sur les corniches rocheuses sèches du nord-est du Massif armoricain, lande à Millepertuis à feuilles de linaire et Bruyère cendrée [Hyperico linarifolii-Ericetum cinereae];
- sur les substrats acides de l’ouest du Massif central, lande à Genêt poilu et Bruyère cendrée [Genisto pilosae-Ericetum cinereae];
- sur les substrats riches en magnésium (telles les serpentines) du Limousin, lande sèche à Bruyère vagabonde et Callune vulgaire [Erico vagantis-Callunetum vulgaris].

Physionomie, structure

Landes rases à moyennes, très ouvertes sur les vires et affleurements rocheux, plus denses et fermées sur les pentes des collines.
Dominance des Bruyères, de la Callune vulgaire et/ou de l’Ajonc d’Europe avec parfois quelques Genêts à balais dans les stades ouverts.
Les formes dégradées renferment des Poacées, telles qu’Agrostides (Agrostis spp.) et Canche flexueuse (Deschampsia flexuosa), et des plantes des pelouses écorchées telles le Millepertuis à feuilles de linaire (Hypericum linariifolium), la Patience petite oseille (Rumex acetosella) ou la Jasione des montagnes (Jasione montana).
L’abondance des mousses pleurocarpes et des Cladonies (Cladonia spp.) sur la litière est un indice de faibles perturbations et de stabilité des landes.

Confusions possibles

Avec les landes atlantiques subsèches développées sur substrats à meilleure réserve en eau [Ulici minoris-Ericeta cinereae, code UE : 4030 (fiche 4030-7)].
Avec les landes nord-atlantiques sèches à subsèches où manque l’Ajonc nain [Calluno vulgaris-Ericeta cinereae, code UE : 4030 (fiche 4030-9)].

Dynamique

Spontanée :
Sur affleurements et vires rocheuses, les contraintes édaphiques, faible rétention en eau, limitent le développement des Ajoncs et des espèces préforestières telles le Prunellier (Prunus spinosa).
Lors de cycles de sécheresses interannuelles, les plantes à forte biomasse meurent et libèrent l’espace pour les espèces compagnes, assurant une régénération spontanée de la lande.

Liée à la gestion :
Le piétinement conduit localement à une régression des lichens et des bryophytes et produit une ouverture propice aux espèces des pelouses acidiphiles. S’il est localisé, il peut également constituer un facteur de biodiversité.

Habitats associés ou en contact

Pelouses pionnières des dalles rocheuses atlantiques [Sedion anglici].
Pelouses acidiphiles thermo- à eu-atlantiques [Agrostion curtisii, code UE : 6230*].
Landes atlantiques subsèches à Bruyère cendrée et Ajonc nain [Ulici minoris-Ericeta cinereae, code UE : 4030 (fiche 4030-7)].

Répartition géographique

Lande à Agrostide de Curtis et Bruyère cendrée : Haute-Bretagne, Bas-Maine.
Lande à Millepertuis à feuilles de linaire et Bruyère cendrée : Basse-Normandie et Haute-Bretagne.
Lande à Genêt poilu et Bruyère cendrée : ouest du Massif central, rare plus à l’est (montagne Bourbonnaise, Forez, massif du Pilat).
Lande à Bruyère vagabonde et Callune vulgaire : serpentines de l’ouest du Massif central.

Valeur écologique et biologique

Type d’habitat refuge pour un grand nombre de bryophytes et de lichens et pour des éléments des pelouses acidiphiles de contact ou en mosaïque.

États de conservation

États à privilégier :
Les landes d’étendue limitée aux crêtes rocheuses sont à conserver en raison de leur diversité biologique et paysagère.
Les autres landes sont à gérer pour éviter le boisement spontané ou les plantations d’essences résineuses.

Tendances et menaces

Tendance naturelle à une évolution progressive lente et limitée en raison des contraintes édaphiques ; processus de rajeunissement naturel lors de sécheresses excessives (tendance aux landes primaires).
Risque d’érosion en cas de piétinement trop intense et étendu, altérant la mosaïque lande-pelouse dans les sites touristiques trop fréquentés.

Potentialités intrinsèques de production

Landes utilisables en parcours pour le bétail (ovins et bovins rustiques) qui y trouve une part de son alimentation.
Exploitation de la Bruyère à Balai (brande) comme combustible.
Fort intérêt paysager.

Axes de recherche

Absence de données.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 1. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 445 p. + cédérom. (Source)