Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

4090-6 - Landes épineuses pyrénéo-cantabriques

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Depuis l’étage collinéen supérieur jusqu’à l’étage montagnard et à la base de l’étage du Pin à crochets (560-1 650 m).
Expositions chaudes et ensoleillées, principalement sud et sud-est.
Versants d’éboulis stabilisés, falaises, pieds de falaises, affleurements de rocaille, généralement sur pentes moyennes à fortes.
Climat général de type humide à hyperhumide.
Sur substrat carbonaté et sol plus ou moins profond.

Variabilité

Habitat marqué par la physionomie caractéristique du Genêt occidental (Genista hispanica subsp. occidentalis), très hétérogène sur le plan floristique, structural et écologique, correspondant à diverses pelouses, garrigues ou landes à Germandrée des Pyrénées (Teucrium pyrenaicum) et Genêt occidental classiquement regroupées sous le nom de Teucrio pyrenaici-Genistetum occidentalis. On distinguera provisoirement les types de landes présentés ci-après.

Landes des étages collinéen et montagnard (580-1 100 m), avec deux ensembles :
- landes riches en espèces, caractéristiques des pentes raides sur roches carbonatées à fragmentation fine, différenciées notamment par la présence de la Crapaudine à feuilles d’hysope (Sideritis hyssopifolia), de l’Astragale de Montpellier (Astragalus monspessulanus) et du Réséda glauque (Reseda glauca);
- landes des rocailles à faible pente et des éboulis de calcaires fixés, dominées par le Genêt occidental, caractérisées par une bonne représentation des espèces des pelouses des Brometalia erecti et de leurs stades d’ourlification, notamment : Brachypode des rochers (Brachypodium rupestre), Thym gr. serpolet (Thymus gr. serpyllum), Lin purgatif (Linum catharticum), Boucage saxifrage (Pimpinella saxifraga) et Origan vulgaire (Origanum vulgare) ;

Landes de la partie supérieure de l’étage montagnard, développées jusqu’à la zone du Pin à crochets dans le secteur de haute Soule (jusqu’à 1 650 m). Elles se différencient par un appauvrissement en espèces thermophiles et par une meilleure représentation des espèces d’altitude, comme la Gentiane printanière (Gentiana verna) et l’Avoine de Seyne (Helictotrichon sedenense). L’Hélianthème blanchâtre (Helianthemun oelandicum subsp. incanum) et la Koelérie du Valais (Koeleria vallesiana) peuvent prendre une importance significative dans la composition floristique de ces milieux.

Confusions possibles

Par sa composition floristique, l’aspect caractéristique du Genêt occidental et sa répartition géographique, cet habitat ne peut être confondu.

Dynamique

Habitat primaire ou secondaire résultant de la colonisation et de la fixation des éboulis calcaires à Patience à écussons (Rumex scutatus). Il peut s’inscrire dans une dynamique de colonisation forestière et être supplanté par un taillis de Buis (Buxus sempervirens) ou de Noisetier (Corylus avellana), précédant généralement l’installation de ligneux hauts : Hêtres (Fagus sylvatica), Chênes (Quercus spp.), Pins (Pinus spp.).
Ailleurs, l’habitat correspond à un stade de dégradation de forêts sèches à Chêne, Hêtre ou Châtaignier (Castanea sativa) et des parties basses de la forêt de Pin à crochets (Pinus uncinata).

Habitats associés ou en contact

Éboulis calcaires occidentaux méditerranéens thermophiles [code UE : 8130].
Landes pyrénéo-cantabriques à Bruyère vagabonde (Erica vagans) et Bruyère cendrée (Erica cinerea) [Daboecion cantabricae, code UE : 4030].
Landes subatlantiques à Genêt poilu (Genista pilosa) et Callune vulgaire (Calluna vulgaris) [Calluno vulgaris-Arctostaphylion uvae-ursi, code UE : 4030].
Garrigues montagnardes à thyms [code Corine : 32.63].
Forêts de chênes [code Corine : 41.5].
Forêts de hêtres [code Corine : 41.1].
Forêts de châtaigniers [code Corine : 41.9].
Forêts de pins à crochets [code Corine : 42.4].

Répartition géographique

Pyrénées occidentales depuis le Pays basque jusqu’en vallée d’Aure (Hautes-Pyrénées).

Valeur écologique et biologique

La valeur de ces landes réside dans la présence d’espèces méditerranéo-montagnardes dans le domaine atlantique du massif pyrénéen.
L’ouverture relative du milieu, l’ensoleillement, la situation sur des versants bien exposés et le substrat calcaire créent les conditions d’une remarquable diversité floristique (jusqu’à 140 espèces dans certains secteurs des Hautes-Pyrénées).

États de conservation

Lande ouverte riche en espèces.

Tendances et menaces

Connaissances actuelles insuffisantes pour définir les tendances évolutives de l’habitat. Les dynamiques de boisement observées laissent supposer que l’habitat est sensible à la déprise pastorale.

Potentialités intrinsèques de production

Globalement, ces landes, quel que soit leur site d’implantation, constituent de par leur diversité floristique et leur bonne exposition des milieux pastoraux de bonne qualité.

Axes de recherche

Impacts des pratiques agropastorales sur la dynamique de la lande.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 1. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 445 p. + cédérom. (Source)