6170-9 - Pelouses calcicoles orophiles méso-xérophiles des Alpes sur lithosols

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Étages subalpin et alpin (1 500-2 700 m).
Pieds de falaises, replats et corniches ainsi que buttes ou crêtes rocailleuses.
Pente faible (éventuellement nulle), aux différentes expositions.
Substratum calcaire (et dolomitique), souvent à caractère karstique.
Lithosol ou sol peu évolué (rendzine squelettique) à mull carbonaté (pH voisin de 7).
Conditions microclimatiques (surtout thermiques et hydriques) très contrastées, en rapport avec l’action fréquente du vent ainsi que d’un court enneigement.
Pâturage ovin éventuel.

Variabilité

Diversité typologique principalement liée à la localisation topographique et à la répartition altitudinale :
- au niveau des bases de falaises, encorbellements et plates-formes rocheuses, du subalpin à l’alpin, pelouse à Laîche ferme [Caricetum firmae], avec la Pédiculaire rose (Pedicularis rosea), ainsi que la Laîche mucronée (Carex mucronata) et la Laîche des rochers (Carex rupestris);
- sur les buttes et crêtes ventées du subalpin inférieur (jusqu’à 1 900 m environ), surtout en zone préalpine, pelouse à Androsace velue et Gentiane à feuilles étroites [Androsaco villosae-Gentianetum angustifoliae], avec l’Anthyllide des montagnes (Anthyllis montana).

Physionomie, structure

Pelouses en général ouvertes à très ouvertes (10 à 60 % de recouvrement), exceptionnellement fermées, à prédominance d’hémicryptophytes (Graminées, Cypéracées, Légumineuses, Gentianacées) mais également riches en petits chaméphytes en touffes ou en coussinets : Hélianthème alpestre (Helianthemum oelandicum subsp. alpestre), Globulaire rampante (Globularia repens), Dryade à huit pétales (Dryas octopetala), Silène acaule (Silene acaulis), etc.
Disposition en gradins absente ou mal caractérisée.
Différenciation physionomique assez marquée des deux types principaux : -pelouses à Laîche ferme largement dominées par les touffes de Cypéracées (luisantes, raides et coriaces pour la Laîche ferme), souvent disposées selon les fissures du substratum ; -pelouses à Androsace velue à caractère moins nettement « graminéen », pouvant être lâchement piquetées par des chaméphytes hauts : Raisin d’ours commun (Arctostaphylos uva-ursi), et des nanophanérophytes : Genévrier nain (Juniperus sibirica), Cotonéaster à feuilles entières (Cotoneaster integerrimus).

Confusions possibles

Avec les autres types de pelouses orophiles méso-xérophiles à Seslérie bleuâtre : Seslerio caeruleae-Caricetum sempervirentis dans les Alpes du nord [Seslerienion caeruleae, code UE : 6170] et Seslerio caeruleae-Avenetum montanae dans les Alpes du sud [Seslerienion caeruleae, code UE : 6170].

Dynamique

Spontanée :
Pelouses à caractère quasi permanent, en raison des conditions stationnelles contraignantes (vent, contrastes microclimatiques, érosion).
Dans les situations topographiques les moins soumises à ces contraintes (plates-formes et combes), possibilité d’une très lente évolution du type à Laîche ferme vers les pelouses à Élyne fausse queue de souris (Kobresia myosuroides) [Oxytropido-Elynion myosuroidis, code UE : 7170] ou à saules rampants [Arabidion caeruleae, code Corine : 36.122] (cf. ci-dessous).
De même, possibilité d’un très progressif enrichissement des pelouses à Androsace velue et Gentiane à feuilles étroites en ligneux bas de fruticées (Raisin d’ours commun, Genévrier nain, Cotonéaster à feuilles entières).

Liée à la gestion :
Néant.

Habitats associés ou en contact

Rochers à Potentille caulescente (Potentilla caulescens) [Potentillion caulescentis, code UE : 8210].
Éboulis à Tabouret à feuilles rondes (Noccaea rotundifolia) [Thlaspion rotundifolii, code UE : 8120].
Combes à neige pierreuses à Saule à réseau (Salix reticulata) et Saule à feuilles émoussées (Salix retusa) [Arabidion caeruleae, code Corine : 36.122].
Pelouses des stations ventées à Élyne fausse queue de souris [Oxytropido-Elynion myosuroidis, code UE : 6170].
Autres types de pelouses orophiles méso-xérophiles à Seslérie bleuâtre (cf. ci-dessus, « Confusions possibles »).
Il s’y ajoute, pour le type à Androsace velue et Gentiane à feuilles étroites préalpin (Vercors, Diois, Baronnies), les pelouses fermées acidiphiles à Benoîte des montagnes (Geum montanum) et Méum fausse athamanthe (Meum athamanticum) [Nardion strictae, code UE : 6230*], dans lesquelles ce type se trouve ordinairement inclus (buttes).

Répartition géographique

Pelouse à Laîche ferme : très localisée et souvent à l’état fragmentaire dans les Alpes françaises : Haute-Savoie (Préalpes des Bornes), Isère (Oisans), Alpes maritimes (massif du Marguareis).
Pelouse à Androsace velue et Gentiane à feuilles étroites : Préalpes sud-occidentales (Vercors méridional, Diois et Baronnies), Alpes maritimes (massif du Marguareis).

Valeur écologique et biologique

Très élevée en ce qui concerne le type à Laîche ferme, représentatif (bien qu’à l’état appauvri) sous la forme de rares stations relictuelles dans les Alpes françaises, d’une végétation paléoalpine d’origine tertiaire.
Au-delà du Carex firma lui-même (espèce protégée au plan national), plusieurs autres espèces rares ou très rares au niveau des Alpes françaises y sont localisées : Chamorchis des Alpes (Chamorchis alpina), espèce protégée (convention de Washington, liste régionale PACA), Laîche mucronée (Carex mucronata), espèce à surveiller (Livre rouge national, tome II), Saxifrage bleuâtre (Saxifraga caesia).
Élevée pour le type à Androsace velue et Gentiane à feuilles étroites qui héberge l’Androsace velue (espèce protégée au plan national).

États de conservation

États à privilégier :
Plus particulièrement les pelouses à Laîche ferme riches en Laîche mucronée, principalement liées aux plates-formes karstiques du massif du Marguareis, dans les Alpes maritimes [Caricetum firmae subass. caricetosum mucronatae].
Autres états observables :
Stade pionnier à Dryade à huit pétales des pelouses à Laîche ferme, sur sol graveleux, voire même éboulis (ex. : pelouses fixatrices à Laîche des rochers de la Vanoise).
Stade pionnier à Globulaire à feuilles en cœur (Globularia cordifolia) et Hélianthème alpestre des pelouses à Androsace velue et Gentiane à feuilles étroites.

Tendances et menaces

Habitat naturellement sensible en ce qui concerne le type à Laîche ferme, à tendance régressive plus ou moins marquée (selon la localisation topographique et principalement la pente) par érosion ou cryoturbation, et à régénération très lente.
En conséquence, ce même type s’avère particulièrement menacé par les interventions humaines, principalement pour les stations des Alpes maritimes (risque de surfréquentation liée aux pratiques sportives).
Par contre, les menaces dues à un éventuel surpâturage ovin sont relativement limitées, compte tenu de la faible valeur pastorale de ces parcours.

Potentialités intrinsèques de production

Pelouses ouvertes à très ouvertes, présentes sur lithosol (falaises, plates-formes rocheuses, buttes et crêtes ventées).
Elles peuvent s’insérer dans une unité de gestion pastorale plus large et pourront à ce titre être pâturées éventuellement par le bétail qui s’y trouve.
Il s’agit cependant de parcours à faible valeur pastorale.

Axes de recherche

Absence de données.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 1. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 445 p. + cédérom. (Source)