Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

6410-2 - Prés humides oligotrophiques sur sols paratourbeux basiques, collinéens et continentaux d'Alsace

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Étages planitiaire.
Climat continental.
Topographie en dépression de grande vallée fluviale, mais source de variabilité selon la position de la nappe d’eau.
Nappe d’eau stabilisée par les endiguements du lit fluvial majeur.
Roche mère de type alluvions fines carbonatées.
Sols hydromorphes argileux ou paratourbeux à nappe phréatique élevée (gley).
Influences biotiques nulles (prés difficiles d’accès) à extensives (fauchage).

Variabilité

Variabilité fonction de la position topographique, ces prés étant eux-mêmes très variables, du moins en Allemagne où ils sont optimaux :

Niveau inférieur : pré à Iris de Sibérie [Iridetum sibiricae] et pré à Oenanthe de Lachenal et Molinie bleue [Oenantho lachenalii-Molinietum caeruleae], ce dernier avec (en plus de formes secondarisées sous l’influence du fauchage) :
- variation palustre à Alpiste roseau (Phalaris arundinacea) et Séneçon des marais (Senecio paludosus) [phalaridetosum arundinaceae] ;
- variation de niveau supérieur à Sélin à feuilles de carvi (Selinum carvifolia) et Peucédan officinal (Peucedanum officinale) [typicum] ;
- variation à Jonc alpin (Juncus alpinoarticulatus), Calamagrostide commune (Calamagrostis epigejos), Épipactis des marais (Epipactis palustris), Véronique à longues feuilles (Veronica longifolia) [calamagrostietosum epigei] ;
- variation sur sol tassé à Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica) et Lotiers [pulicarietosum dysentericae] ;

Niveau moyen : pré à Cirse tubéreux et Molinie bleue [Cirsio tuberosi-Molinietum caeruleae], avec :
- variation de niveau supérieur à Brome dressé (Bromus erectus) ou à Bugrane épineuse (Ononis spinosa) [sous-associations brometosum erecti et ononidetosum spinosae] ;
- variation type à Épipactis des marais, Valériane dioïque (Valeriana dioica) et Orchis à feuilles raides [typicum], présentant une variante à Jonc alpin et Iris de Sibérie ;
- variation à Prêle panachée (Equisetum variegatum) et Jonc alpin [equisetetosum variegati] ;
- variation à Salicaire commune (Lythrum salicaria), Euphorbe des marais (Euphorbia palustris) et Sélin douteux (Kadenia dubia) [lythretosum salicariae] ;
- variation à Canche moyenne (Deschampsia media) et Potentille rampante (Potentilla reptans) [deschampsietosum mediae].

Physionomie, structure

Habitat typiquement prairial à hautes herbes vivaces sociales, riche en espèces oligotrophiques dont des Dicotylédones souvent très fleuries.
Bonne structuration entre une strate supérieure à Molinie bleue (Molinia caerulea), Cirse tubéreux (Cirsium tuberosum), Oeillet superbe (Dianthus superbus)… et une strate inférieure à petites Laîches, Violettes, Lotiers…
Optimum de floraison tardi-vernal à pré-estival.

Confusions possibles

Aucune.

Dynamique

Spontanée :
L’abandon de certaines formes de cet habitat semble favoriser le retour des mégaphorbiaies de grande vallée alluviale à Euphorbe des marais, Véronique à longues feuilles et Pigamon jaune (Thalictrum flavum) [Code UE : 6430].

Liée à la gestion :
Habitat altéré en régime de fauche, induisant la pénétration d’espèces prairiales banales.

Habitats associés ou en contact

Mégaphorbiaies de grande vallée alluviale continentale à Euphorbe des marais, Véronique à longues feuilles et Pigamon jaune [Code UE : 6430].
Prairies inondables méso-eutrophiques de bas-niveau topographique du Cnidion venosi [Code UE : 6440].
Fourrés hygrophiles à Saule noircissant (Salix myrsinifolia) et Viorne obier (Viburnum opulus) [Code Corine : 31.812].

Répartition géographique

Habitat optimal en Allemagne occidentale, atteignant sa limite occidentale en Alsace, dans la vallée du Rhin.

Valeur écologique et biologique

Haute valeur écologique de par sa position en limite d’aire occidentale et par la présence d’espèces d’intérêt patrimonial :
-protégées au niveau national : Violette élevée, Iris de Sibérie, Oeillet superbe ;
-menacée au plan national : Iris de Sibérie ;
-protégées en région Alsace : Ophioglosse commune, Ail anguleux, Orchis incarnat (Dactylorhiza incarnata), Épipactis des marais, Jonc alpin, Orchis des marais (Orchis palustris), Sélin douteux, Euphorbe des marais, Gentiane pneumonanthe, Inule britannique (Inula britannica), Gesse des marais (Lathyrus palustris), Oenanthe de Lachenal, Laîche de Davall (Carex davalliana), Parnassie des marais (Parnassia palustris), Peucédan officinal, Séneçons à feuilles spatulées (Tephroseris helenitis) et des marais, Valériane des prés (Valeriana pratensis), Véronique à longues feuilles, Violette à feuilles de pêcher (Viola persicifolia)., Violette naine (Viola pumila).
Le pré à Oenanthe de Lachenal et Molinie bleue offre un rare exemple de moliniaie primaire ou quasi primaire.

États de conservation

États à privilégier :
Privilégier les formes les plus sauvages, « primaires », dépourvues d’espèces prairiales banales eutrophiques.
Autres états observables :
Formes secondarisées sous l’influence du fauchage, enrichies en espèces prairiales banales eutrophiques.

Tendances et menaces

Habitat en limite d’aire géographique très menacé par une altération du régime hydrologique (pouvant favoriser la dynamique naturelle vers le boisement), les modifications d’usage des prairies, la fertilisation…

Potentialités intrinsèques de production

Prés fauchés d’une grande diversité floristique.

Axes de recherche

Absence de données.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 2. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 487 p. + cédérom. (Source)