9530-1.2 - Peuplements supraméditerranéens de Pin de Salzmann de l'Hérault

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Type d’habitat se rencontrant dans l’Hérault sur dolomies et calcaires compacts à l’étage supraméditerranéen.
Altitude de 400 m à 600 m ; précipitations élevées (>1 000 m), avec une période de sécheresse estivale marquée.
Température minimale hivernale pouvant descendre à - 3°C. Substrat dolomitique surtout à l’origine d’altérites sableuses donnant des rendzines dolomitiques ; substrat sec d’autant que l’épaisseur de l’altérite est souvent réduite.
Présence possible sur calcaires compacts où le Pin est mal venant et beaucoup concurrencé par les Chênes (lithosols, rendzines, sols rouges méditerranéens…).

Variabilité

Variations selon l’épaisseur du sol :
- sols plus ou moins évolués des combes avec Camérisier à balais (Lonicera xylosteum), Euphorbe douce (Euphorbia dulcis)…;
- sols plus superficiels sur les versants et plateaux avec Buis (Buxus sempervirens), Nerprun des rochers (Rhamnus saxatilis)… arbres plus rabougris.

Variations selon le degré de maturation du peuplement :
- peuplements à ambiance forestière avec espèces herbacées de forêt ;
- peuplements plus clairs, sur sols moins évolués avec espèces des pelouses dolomiticoles (Seslérie élégante : Sesleria elegantissima, Euphorbe de Duval : Euphorbia duvalii, Raiponce molle : Phyteuma tenerum…).

Variations selon le bilan hydrique général :
- stations les plus chaudes avec dynamique incluant la garrigue à Romarin appauvrie ;
- stations plus mésophiles avec dynamique à partir de pelouses.

Physionomie, structure

Forêts denses avec arbres pouvant dépasser 15 m ; ou peuple- ment plus clair souvent rabougris (selon le sol) ; Pins mêlés de Chêne pubescent, d’Alisier blanc, d’Érable de Montpellier, d’Érable à feuilles d’Obier…
Strate arbustive souvent dense avec le Buis, le Cytise à feuilles sessiles, le Chèvrefeuille étrusque, l’Amélanchier, le Camérisier à balai.
Strate herbacée peu recouvrante dans les peuplements fermés avec Mélitte à feuilles de Mélisse, Garance voyageuse, Laîche humble…
Couvert herbacé plus développé sur sols superficiels avec la Seslérie élégante, l’Euphorbe de Duval…

Confusions possibles

Avec les peuplements mésoméditerranéens très riches en espèces méditerranéennes.

Dynamique

Cf. schéma du cahier d'habitat.

Habitats associés ou en contact

Complexe forestier :
- yeuseraie à Piptatherum (UE : 9340) ;
- chênaie pubescente.
Complexe de fruticées et matorrals :
- garrigue à Erica multiflora et Romarin ;
- fruticées à Amélanchier.
Complexes rupicoles :
- éboulis à Centranthus lecoqui (UE : 8130) ;
- dalles rocheuses (UE : 6110) ;
- sables dolomitiques à Armeria girardii.
Complexes de pelouses :
- pelouses à Sesleria caerulea subsp. elegantissima ;
- pelouses à Stipa pennata (Ononidion striatae)

Répartition géographique

Hérault :
- région de Carlencas ;
- Saint-Guilhem-le-Désert.
Environ 600 ha (y compris des plantations anciennes).

Valeur écologique et biologique

Pin occupant une aire réduite en France.
Type d’habitat en forte régression en général.
Intérêt génétique certain ; propriétés écologiques (résistance à la sécheresse, rusticité) encore mal utilisées.
Participe à des complexes d’habitats de grand intérêt par la diversité des niches écologiques offertes aux espèces animales et végétales.
Présence possible d’espèces rares.

États de conservation

États à privilégier :
Tous les peuplements denses ou clairs.

Tendances et menaces

Surfaces à peu près stables sur la dolomie.
Menaces :
- plantations, à proximité, de tout pin noir pouvant entraîner des hybridations (perte de patrimoine génétique) ;
- incendies.

Potentialités intrinsèques de production

La productivité du Pin de Salzmann peut être, dans l’absolu, correcte mais, en France, il n’existe plus que dans des stations particulièrement médiocres. Il y est souvent un des seuls arbres à pouvoir y pousser ce qui est déjà remarquable. On n’en connaît donc que des peuplements de faible à très faible productivité (estimée à 2 à 3 m3/ha/an).

Axes de recherche

Études génétiques sur les peuplements existants pour confirmer leur caractère autochtone et « pur ».
Études fines sur la dynamique de la végétation. Dynamique des populations de Pin de Salzmann.
Études sur les taux d’hybridation, la distance seuil de pollution par les Pins noirs.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)