9340-11 - Yeuseraies corses à gallet scabre

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Type d’habitat caractéristique de l’étage mésoméditerranéen en Corse, pouvant s’installer dès le thermoméditerranéen dans certaines situations (cf. Cordon de galets littoral du Fango…).
Installé sur substrat siliceux (granite, rhyolithe, roches métamorphiques…).
Sols peu évolués compte tenu du climat, souvent superficiels, riches en éléments grossiers à caractère filtrant.
Litière fréquemment épaisse et continue compte tenu de la mauvaise décomposition liée aux conditions climatiques…

Variabilité

Variations d’ordre altitudinale :
Quelques rares peuplements à l’étage thermoméditerranéen (Fango…).
Horizon inférieur de l’étage mésoméditerranéen (0 m-100 m à 400 m-500 m) avec le Frêne à fleurs (Fraxinus ornus), le Filaria à feuilles larges (Phillyrea latifolia), Lentisque (Pistacia lentiscus), Myrte (Myrtus communis)…
Horizon supérieur de l’étage mésoméditerranéen (500 m-600 m à 700 m-900 m) avec l’Érable de Montpellier (Acer monspessulanum), le Houx dispersé (Ilex aquifolium), la Germandrée scorodoine (Teucrium scorodonia), la Fétuque hétérophylle (Festuca heterophylla), le Gaillet à feuilles rondes (Galium rotundifolium)…

Variations de bilan hydrique liées à l’épaisseur du sol, à la pente, à l’exposition à la microtopographie :
- variante hyperxérophile sur sols superficiels ;
- variante xérophile sur sols caillouteux ;
- variante mésoxérophile sur sols plus profonds.

Physionomie, structure

Très variable en fonction des pressions anthropiques passées ou actuelles (coupes, cultures, pâturage, incendies…).
Existence de futaies denses et hautes (vallée du Fango, communes de Carbini, dans le Fium Orbo) dépourvues d’arbustes et pauvres en espèces herbacées.
Abondance des structures en taillis, plus ou moins ouverts, avec fréquence de l’Arbousier, de Filarias ; avec une strate herbacée disséminée (existence d’une litière épaisse).

Confusions possibles

Avec les chênaies vertes à houx du supraméditerranéen, plus mésophiles, dépourvues d’espèces mésoméditerranéennes ; en continuité souvent selon le gradient altitudinal, ou installée dans des vallons très frais au sein de l’yeuseraie à Gaillet.

Dynamique

Cf. schéma cahier d'habitat

Habitats associés ou en contact

Forêts riveraines à Alnus glutinosa, Alnus cordata (UE : 92AO).
Chênaies pubescentes, châtaigneraies (UE : 9260).
Yeuseraies à Houx du supraméditerranéen (UE : 9340).
Cistaies à Cistus monspeliensis, C. Creticus subsp. Corsicus.
Maquis à Arbutus unedo, Erica arborea.
Fruticées naines à Stachys glutinosa, Genista corsica.
Fruticées basses à Helichrysum italicum.
Pelouses ouvertes à Tuberaria guttata.
Rochers à Sedum caeruleum, Dianthus sylvestris subsp. godronianus (UE : 6110).
Rochers suintants à Adiantum capillus veneris, Selaginella denticulata…
Pineraies de Pin maritime (UE : 9540).
Suberaies (UE : 9330).

Répartition géographique

Ces types d’habitats à Chêne vert se rencontrent sur l’ensemble de la Corse ; les plus belles yeuseraies répertoriées se rencontrent dans la vallée du Fango. Les plus vastes surfaces s’observent dans les vallées du Fango et du Taravo, de l’Ortolo et sur le plateau de Levic, l’Alta Rocca et le Sartenoris.

Valeur écologique et biologique

Type d’habitat relativement répandu : milieu représentatif de l’étage mésoméditerranéen.
Très grand intérêt des peuplements fermés, les plus mûrs, en futaie (vallée du Fango) :
- réserve MAB Biosphère sur la vallée du Fango ;
- réserve intégrale forestière dans la forêt domaniale du Fango ;
- héberge une avifaune très riche et diversifiée.

États de conservation

États à privilégier :
Futaie dense, fermée, élevée avec des arbres atteignant 20 à 25 m.
Futaie claire avec présence des espèces de maquis.

Autres états observables :
Taillis de chêne vert plus ou moins denses, avec espèces de maquis.

Tendances et menaces

À court et moyen terme : incendies.
À long terme :
- vieillissement des taillis ;
- risque de surexploitation du Chêne vert (forte demande en bois de chauffage) ;
- problème de régénération des futaies (germination difficile des glands), bien que moins importants que sur le continent. Le facteur le plus néfaste sur la régénération reste le panage (fouissa- ge par les porcs).
Type d’habitat tendant cependant à s’étendre par maturation lente de certains maquis et par l’abandon quasi général du pâturage organisé.
Par contre, impact sur la végétation herbacée et les essences forestières (semis, rejets) des panages porcins et pâturage bovin.

Potentialités intrinsèques de production

À noter la productivité moyenne à forte des yeuseraies corses (2,5 m3/ha/an en moyenne mais pouvant atteindre 6 m3/ha/an, source IFN).
Le bois de chêne vert est très prisé comme bois de chauffage. La forme des arbres, souvent médiocre, ne présente pas d’inconvénients pour ce débouché.
Les bois de chênes des futaies sont commercialisés en bois de chauffage, mais ils pourraient être valorisés en produits artisanaux (ex : souches pour les pipes).
Possibilité de valorisation indirecte par le tourisme quand les arbres sont imposants et célèbres.

Axes de recherche

Expérimentations sur le maintien de la capacité à rejeter des taillis de chêne vert vieillis.
Expérimentations sur la conversion en taillis sous futaie. Expérimentations sur les différents modes d’exploitation du taillis pour préserver et rajeunir les souches.
Étude de l’influence de la mycorhization sur la régénération du chêne vert.
Essais de production de bois d’œuvre dans futaies de belles venues.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)