9340-5 - Yeuseraies calcicoles supraméditerranéennes à Buis

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Type d’habitat se rencontrant à l’étage supraméditerranéen sur des sols superficiels le plus souvent calcaire mais aussi siliceux.
Même aire que la yeuseraie à Laurier-tin : territoire ibéro-provençal jusqu’aux Alpes-Maritimes.
Installé sur des roches calcaires compactes à l’origine de sols peu épais, caillouteux, avec affleurements rocheux ; souvent en exposition chaude.
Se retrouve sur des roches siliceuses libérant dans leurs altérites d’abondants éléments minéraux.

Variabilité

Variations géographiques :
- compte tenu de l’étendue importante de l’aire de distribution, il existe sans doute des races géographiques qui restent à définir.

Variations édaphiques :
- variante sur calcaires avec sols peu profonds et riches en cailloux ;
- variante sur substrat siliceux.

Physionomie, structure

La strate arborescente qui dépasse rarement 7-8 m est dominée par Quercus ilex, accompagné du Chêne pubescent, des Alisiers (blanc et torminal).
La strate arbustive est très dense par endroit avec le Buis, le Cytise à feuilles sessiles, l’Amélanchier, les Filarias, l’Alaterne…
La strate herbacée toujours peu recouvrante montre quelques taches de Poa nemoralis et individus de Chrysanthemum corymbosum…

Confusions possibles

Avec les chênaies mésoméditerranéennes à chêne vert installées sur le même substrat mais dépourvues des espèces supraméditerranéennes.

Dynamique

Cf. schéma cahier d'habitat

Habitats associés ou en contact

Chênaies pubescentes. Ripisylve (UE : 92A0).
Fruticées sempervirentes et caducifoliées. Buxaies.
Garrigues diverses.
Pelouses à Brachypode rameux, ouvertes, riches en annuelles (UE : 6220).
Pelouses à Brachypode de Phénicie.
Habitats des fentes de rochers (UE : 8210).
Habitats d’éboulis (UE : 8130).
Habitats de dalles rocheuses (UE : 6110).

Répartition géographique

Large répartition sur l’ensemble de la région méditerranéenne française jusqu’aux environs de Grasse.
À l’étage supraméditerranéen.
Mais moins répandues que les yeuseraies calcicoles à Laurier-tin mésoméditerranéennes.

Valeur écologique et biologique

Type de yeuseraies en îlots dans l’étage supraméditerranéen, avec le maintien en altitude d’espèces méditerranéennes, du fait du bilan hydrique très déficitaire.
Flore sinon assez banale, représentative de la région.
Intérêt des mosaïques forêts-fruticées-garrigues-pelouses par la diversité végétale offerte et l’ensemble des niches possibles pour la faune.

États de conservation

États à privilégier :
Futaies très rares.
Taillis le plus souvent plus ou moins exploité.
Phase pionnière plus riche en chêne vert.
Peuplements ouverts en mosaïques avec pelouses et garrigues.

Tendances et menaces

Type d’habitat assez répandu (fréquent) mais peu étendu ; sur l’ensemble de l’étage supraméditerranéen. Peut souffrir des incendies.
Aire tendant à augmenter par recolonisation d’espaces ouverts.

Potentialités intrinsèques de production

Les bois de chêne des taillis sont commercialisables en bois de feu.

Axes de recherche

Expérimentation sur le maintien de la capacité à rejeter des taillis de chêne vert vieillis.
Expérimentations sur les différents modes d’exploitation du taillis pour préserver et rajeunir les souches.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)