AUV0100 - Captage du Puy de Louchadière Code GILGES : B : Géomorphologique, Grotte, Volcans, Cascades, Paysage, Forme d'érosion, Fijords, Karst
Coupe géologique : Non

Phénomène géologique : Eruption volcanique

Description géologique : La coulée de Louchadière et son volcan appartiennent au volcanisme quaternaire de la chaîne des Puys. Cette coulée a emprunté une dépression dans le socle granitique. Une reprise locale du dégazage au sein de la coulée s’est traduite par l’apparition ponctuelle de phénomène faiblement explosif créant des cônelets de scories soudés ou hornitos. Au niveau du captage de Louchadière, on rencontre successivement: - le substratum composé de granite et de roches métamorphiques plus ou moins altéré en surface ; - des colluvions recouvrant le socle, visibles en bordure de la coulée, composés de sable argileux, d'arène et de cailloux granitiques ; - une couche de cendres volcaniques ; - une couche de scories d’où s'écoulent de grandes quantités d'eau ; - des coulées de laves très compactes qui se présentent en surface sous la forme de cheires scoriacées. Les eaux souterraines du bassin hydrogéologique de Louchadière (de taille réduite, 3 - 5 km²) sont alimentées par des eaux météoriques infiltrées verticalement et qui vont rejoindre le socle de la paléovallée. A son contact, elles s’écoulent en ruissellement plus ou moins diffus pour rejoindre le cœur du paléotalweg où se forme une nappe qui réapparaît en extrémité de coulée sous la forme d’importantes résurgences. L'ensemble colluvions - cendres volcaniques contribue à colmater les fissures du granite altéré et constitue ainsi "le plancher" imperméable de l'aquifère. Toutefois on observe sur les bords de la coulée quelques rares émergences, cette eau échappe ainsi au piégeage dans l'aquifère principal de l'ancien thalweg. Creusée artificiellement, la galerie de Louchadière, atteint le cœur du talweg après un parcours de 1827 m. Elle est creusée sur la majorité de son parcours au sein de la coulée basaltique. De plus, la lave trachy-basaltique du Puy de Louchadière a enregistré l’anomalie magnétique de Laschamp en refroidissant. Age de la coulée : 38 000 +/-5 , méthode potassium - argon (K/Ar).

Âge du phénomène
Le plus récent : Pléistocène (0.0117 millions d'années)
Le plus ancien : Pléistocène (2.58 millions d'années)

Âge des terrains
Le plus récent : Pléistocène (0.0117 millions d'années)
Le plus ancien : Paléozoïque (541 (+ ou millions d'années)
Les données diffusées sur ces pages présentent des territoires qui sont potentiellement en domaines privés ou d’accès dangereux, il est de la responsabilité de chacun de se comporter selon la loi et de mesurer les risques encourus. Les participants au programme, auteurs de fiches etc., déclinent toute responsabilité relative à l’utilisation de ces données en cas de problème ou litige.