Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220004996
MARAIS DE LA VALLÉE DE LA SOMME ENTRE AILLY-SUR-SOMME ET YZEUX

(n° régional : 80VDS110)

Identification du site

Région : PICARDIE  

Type de zone : 1

Rédacteur de la fiche : Conservatoire d'espaces naturels de Picardie (FLIPO S., ADAM D.)

Description du site

Altitude (m) :
minimale : 12
maximale : 20

Superficie (ha) : 746

Centroïde calculé : 49.96° - 2.13°

Carte de localisation

Critères de délimitation de la zone
01 -  Répartition des espèces (faune, flore)
02 -  Répartition et agencement des habitats
03 -  Fonctionnement et relation d'écosystèmes
04 -  Degré d'artificialisation du milieu ou pression d'usage
Facteurs d'évolution de la zone
110 -  Habitat humain, zones urbanisées
131 -  Route
135 -  Transport d'énergie
140 -  Extraction de matériaux
150 -  Dépots de matériaux, décharges
210 -  Rejets de substances polluantes dans les eaux
310 -  Comblement, assèchement,drainage, poldérisation des zones humides
320 -  Mise en eau, submersion, création de plan d'eau
330 -  Modification des fonds, des courants
340 -  Création ou modification des berges et des digues, îles et îlots artificiels, remblais et déblais, fossés
350 -  Entretien des rivières, canaux, fossés,plans d'eau
382 -  Aménagements liés à l'ostréiculture
440 -  Traitements de fertilisation et pesticides
450 -  Pâturage
470 -  Abandons de systèmes culturaux et pastoraux, apparition de friches
530 -  Plantations, semis et travaux connexes
620 -  Chasse
630 -  Pêche
820 -  Atterrissements, envasement, assèchement
912 -  Eutrophisation
915 -  Fermeture du milieu

Le marais communal de La Chaussée-Tirancourt est protégé par un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope (depuis 1989), lequel interdit tout acte susceptible de porter atteinte aux milieux remarquables du site.

Les marais se caractérisent par un vieillissement généralisé, avec accélération de la dynamique à la fois arbustive et préforestière (boisement des roselières, apparition de mégaphorbiaies dans les prairies,...). Les espèces remarquables, inféodées aux milieux ouverts, en subissent les conséquences.

Ces phénomènes de fermeture peuvent être accélérés soit par l'intervention humaine (plantations de peupliers), soit par non-intervention (abandon des pratiques d'entretien des milieux ouverts telles que l'exploitation de la tourbe et la fauche des roseaux).

Globalement, les marais marquent une tendance à l'assèchement, qui s'explique par la réalisation de fossés à pouvoir drainant, à une gestion non optimale des niveaux d'eau de la Somme et à des plantations de peupliers ...

La qualité des eaux se détériore, conduisant à une régression des espèces aquatiques, inféodées aux eaux oligotrophes.

Les étangs ont tendance à s'envaser. Ce phénomène est provoqué, en partie, par les limons des plateaux entraînés dans le cours d'eau par les pluies.

Le développement des Habitations Légères de Loisirs (HLL) entraîne une dégradation, tant paysagère qu'écologique des marais.

Les opérations de curage des étangs sont souvent réalisées aux dépens des milieux palustres rivulaires (dépôts des boues de curage sur les berges ...).


Compléments descriptifs
Géomorphologie  :
23 - Rivière, fleuve
24 - Lit majeur
27 - Bras mort
30 - Mare, mardelle
31 - Etang
Activités humaines  :

Si les anciennes activités liées à l’exploitation de la tourbe ont grandement façonné les paysages de la vallée de la Somme, d’autres activités sont aujourd’hui présentes sur ces marais, avec un impact plus ou moins important sur les milieux :

- Les activités cynégétiques sont répandues et traditionnelles au sein de la vallée de la Somme avec notamment la chasse à la « hutte » pratiquée sur de nombreux étangs

- La pêche est également pratiquée sur un certain nombre d’étangs avec notamment le Brochet et la Carpe

- Les activités pastorales se sont considérablement réduites au cours du XXème siècle. Quelques prairies restent toutefois pâturées, notamment par des bovins

- Les activités nautiques se sont développées sur certains grands étangs de la vallée, notamment à Argoeuves

- De nombreux chemins et sentiers existent entre les différents étangs. La fréquentation y est toutefois assez faible.


02 - Sylviculture
03 - Elevage
04 - Pêche
05 - Chasse
06 - Navigation
07 - Tourisme et loisirs
09 - Urbanisation discontinue, agglomération
16 - Exploitations minières, carrières
17 - Activités hydroélectriques, barrages
19 - Gestion conservatoire
Statut de propriété  :
00 - Indéterminé
01 - Propriété privée (personne physique)
20 - Collectivité territoriale
30 - Domaine communal
Mesure de protection  :
14 - Zone de préemption du département
15 - Terrain acquis (ou assimilé) par un Conservatoire d'espaces naturels
38 - Arrêté Préfectoral de Biotope
61 - Zone de Protection Spéciale (Directive Oiseaux)
62 - Zone Spéciale de Conservation (Directive Habitat)
Critères d'intérêts
Patrimoniaux  : Fonctionnels  : Complémentaires  :
2 - Ecologique
12 - Faunistique
13 - Poissons
14 - Amphibiens
15 - Reptiles
16 - Oiseaux
17 - Mammifères
41 - Insectes
42 - Floristique
44 - Bryophytes
45 - Ptéridophytes
46 - Phanérogames
75 - Fonction d'habitat pour les populations animales ou végétales
62 - Fonctions de régulation hydraulique
87 - Archéologique
Liaisons écologiques avec d'autres ZNIEFF
Aucune information disponible
ZNIEFF de type 2 incluante
Aucune information disponible
ZNIEFF de type 1 incluses
Aucune information disponible