Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013411
BOIS DU MONTHIZEL ET MARAIS DE NOGENT

(n° régional : 02LAN106)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La zone, constituée du « Marais de Nogent » et du « Bois de Monthizel », se situe sur la rive droite de l’Ailette, au sud de la région naturelle du Laonnois. L’essentiel du périmètre est installé sur les sables du Cuisien (Yprésien inférieur) et le sud-est du bois s’inscrit sur les argiles du Sparnacien. Le long de l’Ailette et du ru de Coucy-le-Château-Auffrique, des colluvions et des alluvions modernes forment une banquette alluviale bien développée au niveau du « Marais de Nogent ».

Les groupements forestiers du « Bois de Monthizel », typiques du Laonnois, sont les suivants :

- chênaie-hêtraie acidocline à Muguet (Convallaria majalis), du Lonicero-Fagetum, sur les sables acidifiés par lessivage ;

- chênaie acidophile à Molinie bleue (Molinia caerulea) fragmentaire (Querco-Molinietum), sur les sables lessivés proches de la nappe du Sparnacien ;

- chênaie-charmaie acidocline à Jacinthe des bois du Hyacinthoido-Fagetum ;

- frênaie-charmaie neutrophile fraîche (Carpinion), sur colluvions humides ;

- Ormaie rudérale rivulaire, de l’Alno-Ulmion, près de l’Ailette.

De nombreuses plantations de résineux et de peupliers ont été réalisées.

De nombreux groupements intraforestiers complètent cette mosaïque d’habitats, avec, entre autres :

- l’ourlet acidophile à Mélampyre des prés (Melampyrum pratense), du Teucrion scorodoniae ;

- les layons sur sables acides, enrichis en bases, à Véronique officinale (Veronica officinalis) ;

- les layons humides mésotrophes à laîches du Caricion remotae.

Les berges de l’Ailette sont occupées par une mégaphorbiaie eutrophe du Calystegion sepii.

Le « Marais de Nogent », situé à l’ouest de la zone, présente des cariçaies asséchées (Caricetum ripario-acutiformis), des bourbiers à Iris faux-acore (Iris pseudacorus) et des fourrés de saules du Salicion cinereae. Quelques parcelles de roselières, en phase d’atterrissement, persistent au sein de ce marais. Les étangs présentent des ceintures de végétation intéressantes avec, notamment, des berges où se développent des fragments du Rorippo-Oenanthetum et des herbiers à utriculaires (Utricularia sp.), typiques des eaux de bonne qualité physico-chimique.

INTERET DES MILIEUX

Milieux forestiers remarquables inscrits à la directive "Habitats" de l’Union Européenne :

- chênaie-hêtraie acidocline, du Lonicero-Fagetum, en futaie de Hêtre et de Chêne ;

- chênaie acidophile, du Querco-Molinietum ;

- chênaie-charmaie, du Hyacinthoido-Fagetum, de répartition subatlantique en Europe.

Herbiers immergés à utriculaires, milieux en régression en Picardie.

INTERET DES ESPECES

Cortège de plantes forestières remarquables :

- la Platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia), orchidée assez rare en Picardie ;

- le Maïanthème à deux feuilles (Maianthmum bifolium), assez rare ;

- le Cerisier à grappes (Prunus padus).

Plantes héliophiles de grand intérêt :

- l’Oeillet des sables (Dianthus armeria), rare en Picardie ;

- le Cardère velu (Dipsacus pilosus) ;

- le Laiteron des marais (Sonchus palustris),...

Cortège faunistique remarquable :

- le Cordulegastre annelé (Cordulegaster boltoni), libellule rare en Picardie ;

- le Triton crêté (Triturus cristatus), amphibien inscrit à l’annexe II de la directive "Habitats" ;

- le Cerf élaphe (Cervus elaphus),...

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

Plantations de peupliers et de résineux, au détriment des groupements forestiers typiques de ces stations.

Assèchement du marais, notamment par drainage.

Atterrissement naturel des étangs du « Marais de Nogent ».

Commentaires sur la délimitation

Les contours de la zone englobent le massif forestier, le marais, les étangs et les milieux connexes. Les cultures sont exclues.