Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220220013
BOIS DE LA CONVERSERIE

(n° régional : 02BRI130)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le « Bois de la Converserie » est situé sur le plateau de la Brie. Il repose exclusivement sur des placages de limons de plateau et constitue, à ce titre, une entité très originale, l'essentiel du plateau étant cultivé de manière intensive. Ce bois est situé sur une hauteur du plateau, présentant un versant de faible pente exposé au nord-est.

La grande uniformité du substrat entraîne une homogénéité dans les boisements. En fonction de l'humidité et de la teneur en éléments nutritifs du sol, plusieurs groupements sont cependant visibles.

Une chênaie-hêtraie acidophile à Muguet (Lonicero-Fagetum) occupe les parcelles les plus sèches des parties sommitales du plateau. Les clairières et les bermes de chemins sont bordées de fourrés acidophiles mésotrophes à Genêt à balais (Sarothamnion) et d'ourlets thermophiles acidophiles du Teucrion scorodoniae. Les layons présentent une flore acidophile mésohygrophile (Violion caninae fragmentaire).

La chênaie-charmaie mésotrophe acidocline fraîche (Lonicero-Carpinion) occupe la majorité des parcelles situées sur le versant nord-est. Dans ces groupements, des mares forestières eutrophes sont présentes, essentiellement au nord-ouest du bois.

Au centre du bois, des prairies interstitielles de fauche (Colchico-Arrhenatherenion), peu amendées, mésophiles, offrent une flore et une faune diversifiées. Des creux abritent notamment un groupement hygrophile à Oenanthe aquatique (Oenanthe aquatica).

De nombreuses prairies se situent à la périphérie du bois. Il s'agit en partie de prairies plus ou moins humides eutrophes (Agrostietalia stoloniferae), pâturées par des bovins. Dans ces prairies, des mares abritent une flore méso-eutrophe des Potametea pectinati. Sur des substrats moins humides, les prairies sont plus mésophiles et nettement moins diversifiées du point de vue de la flore.

INTERET DES MILIEUX

Les prairies de fauche (Colchico-Arrhenatherenion), interstitielles au bois et particulièrement intéressantes, sont peu enrichies en éléments nutritifs. Ces groupements, en nette régression en Picardie, sont inscrits à la directive "Habitats" de l'Union Européenne.

La chênaie-hêtraie acidophile à Muguet (Lonicero-Fagetum), à l'état de futaie dans le bois, est également inscrite à la directive "Habitats".

INTERET DES ESPECES

Plusieurs plantes de grand intérêt pour le patrimoine naturel régional sont répertoriées dans le bois et les prairies :

- l'Ornithogale des Pyrénées (Ornithogalum pyrenaicum), espèce essentiellement présente dans le sud de l'Aisne pour la Picardie ;

- l'Orchis tachetée (Dactylorhiza maculata), orchidée assez rare en Picardie ;

- Le Silaüs des près (Silaum silaus), assez rare en Picardie et typique de prairies peu enrichies en éléments nutritifs.

La mosaïque de milieux ouverts (prairies) et fermés (bois) est très favorable à un cortège avifaunistique remarquable avec :

- l'Autour des Palombes (Accipiter gentilis), rapace qui affectionne les régions assez densément boisées et qui est rare en Picardie ;

- la Pie-Grièche écorcheur (Lanius collurio), espèce en déclin en Europe, inscrite à la Directive "Oiseaux" ;

- le Rouge-queue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus), espèce vulnérable en Europe ;

- le Pic mar (Dendrocopos medius), espèce inscrite à la Directive "Oiseaux".

\nFACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

La gestion en futaie et taillis sous futaie des boisements sans coupe à blanc est souhaitable dans ce bois.

La poursuite de l'exploitation actuelle des prairies intraforestières garantira le maintien de la biodiversité.

Le curage des mares, de manière à effectuer des pentes douces, et la limitation des intrants permettraient à une faune d'amphibiens de se développer.

Commentaires sur la délimitation

Le contour de la zone englobe le bois de la Converserie, les lisières et les prairies pâturées et/ou fauchées périphériques.